20 ans de prison pour meurtre : les cinq jours du procès de Yasin Driessens sous la loupe


Abandonné par ses parents à 3 ans, placé en famille d’accueil, battu, Yasin a grandi dans la misère. Adolescent, il s’est fait expulser de toutes les écoles, il a refusé l’aide psychiatrique qui lui était proposée pour plutôt traîner avec ses copains dans les rues de Châtelet et de Charleroi, jouant les caïds et les gros bras. Jusqu’au 8 juillet 2018, où il a tué Romain Martin, 27 ans et jeune papa, à coups de pied et de poing, dans la rue.

Il avait 21 ans.

20 ans de prison pour meurtre : les cinq jours du procès de Yasin Driessens sous la loupe

Son procès s’est tenu toute la semaine devant la cour d’assises du Hainaut: Yasin Driessens, 23 ans, a été reconnu coupable de meurtre et condamné à 20 années de réclusion.

Jour 1 : « Je lui ai mis un penalty dans la tête »

avant de le frapper de plus belle, alors qu’il est inconscient sur le sol. Romain Martin se réveille et essaye de se relever, mais un nouveau coup l’envoie bouler sur le sol. Yasin lui a notamment envoyé un coup de pied dans le visage, « un coup puissant, un penalty » , a-t-il expliqué devant les jurés lundi.

Romain Martin est mort des suites de ses blessures, à l’hôpital. Ni ses amis, ni Yasin n’ont appelé les secours. Devant la cour d’assises, le jeune homme a expliqué qu’il n’avait pas pensé aux conséquences et que la bande était intervenue pour donner une leçon à Romain Martin, qui aurait été violent avec sa compagne.

Jour 2 : Les témoins directs entendus à la cour d’assises

Pablo, qui avait 17 ans lors des faits, a d’abord témoigné mardi. C’est lui qui a suivi Romain Martin sur le parking, ce soir-là, après avoir entendu qu’il se disputait avec sa compagne. Adepte de boxe anglaise, il a mis plusieurs coups au jeune papa de 27 ans.

Il a été rejoint rapidement par Yasin et Angela. Cette dernière, âgée de 13 ans et alors petite copine de Pablo, a également accompagné les deux gaillards pour passer à tabac Romain Martin. Entendue à son tour par la cour, elle dit avoir du mal à se souvenir de la scène.

Toujours est-il que Pablo et Angela, après avoir quitté le parking, ont rejoint la compagne de Romain pour la raccompagner chez elle en taxi, lui promettant qu’elle « ne serait plus embêtée ».

Éloïse, la compagne en question, a ensuite été entendue. Celle qui connaissait Romain depuis des années et qui venait de se « mettre en couple » avec lui tient une version bien différente : ils étaient allés boire, se sont un peu disputés, puis les trois jeunes sont intervenus alors qu’elle et Romain étaient ivres et heureux.

Elle a juré que jamais Romain Martin ne s’était montré violent envers elle, ce qui a été attesté par les expertises médico-légales et divers témoignages.

Jour 3 : La famille bouleversée, le amis et riverains choqués

Mercredi, les parents de Romain Martin sont venus expliquer l’immense vide dans leur vie depuis la mort de Romain. « Sa fille a dit qu’elle voulait le rejoindre au ciel » , a dit la mère avant de s’effondrer.

« C’était plus que mon frère, c’était mon meilleur ami » , a témoigné un de ses frères.

D’autres témoins sont passés devant les jurés. Une riveraine qui fumait une cigarette a expliqué ce qu’elle a vu : « L’homme debout lui a dit de fermer sa gueule, il lui a mis des pêches et un coup de pied qui a résonné dans la rue.

La tête a rebondi contre un poteau métallique. » Une autre ajoute : « Une voisine a demandé s’il fallait appeler les secours, il a répondu : non, c’est bien fait pour lui. »

Une mère et sa fille de 17 ans, qui connaissaient Yasin, ont quant à elles expliqué « qu’il était fier, il disait qu’il était un bonhomme, qu’il avait tué quelqu’un » et que « c’est un meneur de bande avec un ego démesuré ».

Jour 4 : Yasin Driessens reconnu coupable de meurtre

La quatrième journée a été consacrée aux débats sur la culpabilité. Le verdict est tombé après trois heures : le jeune Carolo est coupable du meurtre de Romain Martin.

Pour les parties civiles, autant pour Me Deprez qui représente la fille de Romain Martin, 9 ans, que pour Me Mayence au niveau des parents et des frères du jeune homme, il fallait que les jurés retiennent l’assassinat, c’est-à-dire le meurtre avec préméditation.

Pour eux, Yasin avait au moins 20 minutes pour prendre conscience de ses actes. Or il ne s’est jamais remis en question, n’a jamais appelé les secours, et il est resté seul sur place pour mettre à exécution son projet de tuer un homme, ce dont il s’est d’ailleurs vanté par la suite. L’avocat général est sur la même longueur d’onde.

« Il a achevé la victime, c’est une mise à mort » , a-t-il dit. Cet avis n’a pas été suivi par les jurés.

Du côté de la défense, Me Lauvaux estimait qu’il fallait partir sur un scénario de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner : « Il n’était pas animé par une intention de tuer, il y a d’abord eu l’impulsion d’Angela puis les premier s coups de Pablo, qui l’ont entraîné là-dedans.

 » Cet avis n’a pas été suivi par les jurés.

On notera tout de même les tentatives d’intimidation de témoins de la part de Yasin : depuis sa cellule avec un GSM illégal, il s’en est pris à plusieurs. Un faux profil Facebook lui servait aussi à publier le mépris qu’il a pour la loi et la justice.

Jour 5 : La peine

28 ans de prison étaient requis par l’avocat général pour le jeune homme qu’il décrit comme « une personnalité violente, impulsive et borderline ». De son côté, la défense demandait des circonstances atténuantes et espérait faire descendre la peine à 10 ans, voire 5 avec des conditions probatoires.

elle a également souligné dans son jugement que les faits étaient d’une extrême gravité.

Source : Belga