agriculture, environnement, transports, immigration, les propositions de la liste Europe Ecologie Les Verts


Quelles sont les visions de cette liste conduite par Marie Toussaint sur l’agriculture, qui vient de connaître une grave crise? Sur le pacte vert et l’écologie, les transports ferroviaires, les méga camions, l’immigration ? Nous avons posé toutes ces questions à Benoît Biteau, candidat originaire de Charente-Maritime. L’intégralité de l’interview est à découvrir en vidéo à la fin de cet article.

Benoît Biteau est formel, il veut « encore plus d’Europe ».  « Elle est imparfaite et c’est pour ça que nous sommes candidats. Mais nous, on ne pense pas que moins d’Europe nous permettra de sortir des sujets sur lesquels nous sommes en tension aujourd’hui ».

agriculture, environnement, transports, immigration, les propositions de la liste Europe Ecologie Les Verts

Les problématiques de paix, de climat, la biodiversité, la santé, doivent être traitées à l’échelon européen.
Benoît Biteau
Candidat EELV aux élections européennes

Élu au parlement européen depuis 2019, Benoît Biteau est lui-même agriculteur, même s’il préfère l’appellation « paysan ». « L’Europe, telle qu’elle est organisée, est probablement à l’origine de la détresse et de la crise des agriculteurs », estime-t-il. 
L’Europe accorde chaque année 9,5 milliards d’euros aux agriculteurs français, l’agriculture étant le premier budget de l’Union européenne. « Ces milliards sont répartis de façon très inéquitable. On distribue les aides par unité de surface : plus on a une grosse structure, plus on capte les aides ». 

53 % de l’enveloppe est distribuée à 20 % des agriculteurs. On a 80 % des agriculteurs qui sont oubliés par cette politique publique.
Benoît Biteau 
Candidat EELV aux Européennes 

Sur le revenu des agriculteurs « on a besoin de politiques publiques pour créer un filet de sécurité. On peut le créer en sortant des aides réparties par unité de surface, et on distribue les aides par unité de main d’œuvre ». Une méthode, selon le candidat, beaucoup plus « favorable à une politique de l’emploi en agriculture ». « On doit aussi créer une vraie politique de l’installation, insiste-t-il, dans les dix ans, 50 % des agriculteurs vont partir à la retraite ».

L’Europe a entériné un nouveau pacte vert, qui supprime la mesure concernant la diminution des produits phytosanitaires. Le texte visait à à réduire de moitié l’usage des pesticides dans l’UE d’ici 2030. Une erreur selon EELV :  « à aucun moment, les agriculteurs ont dit qu’ils voulaient renoncer à la transition agro écologique », assure le candidat. Leurs revendications portent sur le revenu ».

Renoncer à ça, c’est renoncer à l’avenir de l’agriculture. C’est sacrifier les agriculteurs.
Benoît Biteau
Candidat EELV aux Européennes

« On est en train de faire exactement l’inverse de ce qu’il faudrait faire », déplore Benoît Biteau, au regard de ce recul de l’Union européenne. Ce n’est pourtant pas l’agriculture productiviste et intensive qui soutient la souveraineté alimentaire, mais bien cette agriculture familiale, paysanne et agroécologique, qu’on devrait soutenir massivement ». 

Les méga camions, pouvant mesurer jusqu’à 25 mètres et peser jusqu’à 60 tonnes, circulent déjà sur les routes de plusieurs pays européens. Ils pourraient arriver en France. Benoît Biteau rappelle l’opposition d’EELV :  « le transport, c’est une des activités qui participe au dérèglement climatique. Après se pose aussi la question des infrastructures ».

Plus on alourdit les camions sur les routes, plus les routes vont être en difficulté et il va falloir les entretenir. Qui va le faire ? Encore les contribuables ?
Benoît Biteau
Candidat aux élections européennes

L’alternative défendue par le parti : l’émergence d’un système basé sur le fret ferroviaire. « On continue de ne pas avancer assez vite, sous la pression des fabricants de camions et des transporteurs routiers, on continue de privilégier des solutions de transports qui ne sont pas les bonnes ». 

Alors que les nationalismes émergent sur l’ensemble du territoire européen, le candidat défend la position de son parti. « C’est dans la diversité qu’on trouve une solution. À chaque fois qu’on a eu des flux migratoires en Europe, quand on regarde a posteriori, ça a toujours été une chance », défend Benoît Biteau.  

« L’immigration est déjà organisée, mais elle l’est très mal. On doit faire en sorte d’être solidaires de ceux qui sont victimes du dérèglement climatique, provoqué par les activités industrielles qu’on a développées ». EELV n’a pas voté le Pacte asile immigration, qui renforce la lutte contre l’immigration illégale. « Ce pacte, ce n’est que de la répression. On ne crée par les conditions d’un accueil digne d’un être humain ». 
Le candidat prône une gestion immédiate et sur le long terme. « Il faut savoir accueillir dignement les gens, mais il faut aussi travailler des outils de coopération avec les pays dont sont originaires ces gens-là, pour qu’ils se trouvent bien chez eux et n’aient pas à quitter leur territoire de naissance ». 
Le défi majeur du candidat : le dérèglement climatique, « un sujet fondamental, si on veut préparer un avenir digne et décent pour les générations futures ». 

VIDÉO ⇒ L’entretien en intégralité 

Il y a 24 listes engagées en France dans ce scrutin européen, consultables en cliquant ici.