Alexandra Pizzagali, virée, réagit et fait des révélations sur sa chronique


Baptême du feu raté pour l’humoriste Alexandra Pizzagali évincée de l’émission « Télématin » après la polémique suscitée par sa toute première chronique sur les attentats de Nice. Dans une interview accordée au « Parisien », elle revient sur ses erreurs et exprime ses regrets. Mais vise sa productrice, au courant de la teneur de sa chronique.

Et un petit tour et puis s’en va. L’humoriste Alexandra Pizzagali a fait une chronique à l’écho particulièrement retentissant lors de son passage dans la sage émission Télématin, en évoquant l’attentat de Nice. Son sketch, devenu viral, a été très commenté et lui a valu d’être finalement écartée de l’antenne. Pour la première fois, elle prend la parole auprès du journal Le Parisien. Entre regrets et piques, elle se confie cash.

Alexandra Pizzagali, d’où vient la polémique ?

L’humour noir Alexandra Pizzagali ne semble pas avoir fait l’unanimité auprès du public de l’émission de Télématin le 5 septembre dernier. Nouvelle chroniqueuse de la matinale de France 2, l’humoriste qui avait choisi de relever le challenge de défendre le « connard de la semaine » s’attaque à Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, alors que le procès des attentats de Nice s’ouvre le matin même. Après avoir fait face à un problème de prompteur, Alexandra Pizzagali se lance finalement dans sa chronique mais le malaise s’installe sur le plateau.

Les propos sur l’auteur de l’attentat de Nice provoquent très vite de nombreuses réactions indignées sur la Toile et la chaine réagit dans l’après-midi avec publication d’un communiqué : « La direction de France Télévisions et les équipes de Télématin regrettent qu’une chronique à vocation humoristique ait heurté à juste titre de nombreux téléspectateurs. Nous présentons nos excuses et exprimons notre solidarité avec les victimes de l’attentat de Nice et leurs proches. »

Alexandra Pizzagali exprime ses regrets et dévoile s’être isolée 

Évincée de Télématin, Alexandra Pizzagali s’exprime désormais en exclusivité sur la polémique qui a suivi sa chronique dans les colonnes du journal Le Parisien, le 2 octobre 2022. « Je serai toujours profondément désolée de savoir qui que ce soit heurté par quoique ce soit, d’autant plus si ça vient de moi. J’ai été maladroite., mais je ne peux pas regretter ce que je n’ai pas exprimé. Dans cette chronique, je n’insulte que le terroriste, jamais les victimes », s’excuse-t-elle.

l’humoriste assume totalement ses erreurs mais évoque aussi comment elle a dû traverser le bad buzz provoqué par sa prestation ratée et la violence des réactions relayées sur les réseaux sociaux. « Ce bad buzz, soit je le prenais de plein fouet et je me foutais en l’air, soit je mettais le téléphone de côté pour me mettre dans une bulle d’amour. C’est ce que j’ai fait  : j’ai vécu pendant plus d’une semaine avec deux amis et j’ai tout coupé, les appels, les messages, les réseaux sociaux », confie-t-elle.

Comment Alexandra Pizzagali a-t-elle été lâchée par la chaine ?

Repérée par la production de Télématin pour son humour noir et acide, c’est pourtant ce qui aura valu à Alexandra Pizzagali son éviction. L’humoriste avoue ses torts et reconnait qu’elle aurait dû s’adapter davantage au contexte « à 8 heures du matin, sur France 2, on ne s’adresse pas à des gens qui ont choisi d’aller voir votre spectacle le soir », dit-elle. « Là, mon propos s’est imposé à des téléspectateurs qui suivent une émission. Ça, je ne l’ai réalisé bêtement qu’après coup », ajoute la jeune femme.

L’artiste décoche toutefois quelques piques puisqu’elle assure que la production a également validé en amont son texte. « Je l’envoie à cinq personnes dont la productrice de l’émission, qui la valide. J’arrive le matin et je vois que l’ouverture du procès de l’attentat de Nice est traitée en boucle, avec des témoignages poignants de victimes. Je n’avais pas mesuré ça. Au maquillage, je pose la question  : « Est-ce qu’on est sûr que la temporalité est bonne ? » La productrice m’a répondu  : « Je ne vais pas te cacher qu’on s’est dit que tu ne t’étais pas facilité la tâche pour une première, mais on ne va pas te demander de la réécrire maintenant, donc on y va comme ça », raconte-t-elle. Le staff de l’émission savait donc à quoi s’attendre.

Devant l’ampleur de la polémique de sa première prestation, l’humoriste confie avoir entièrement revu le concept de sa chronique et retravaillé ses textes afin qu’ils soient plus appropriés avant d’apprendre que finalement la chaîne s’oppose à son retour. Lâchée par France Télévision, Alexandra Pizzagali conserve cependant son poste de chroniqueuse dans l’émission Zoom Zoom Zen sur France Inter.