au lycée Fénelon, une pionne estime avoir perdu son boulot pour une blague


Daté du 27 mai, le courrier adressé à l’étudiante en lettres à Valenciennes, par la direction du lycée Fénelon, est parlant. S’il ne confirme pas que son contrat va être renouvelé, il laisse, en revanche, clairement entendre que la jeune femme, originaire du Caudrésis, fait l’affaire. Que sa candidature sera étudiée pour « 

l’emploi qui (vous) est proposé

 ».

Pourtant, le 22 juin, convoquée dans le bureau de la proviseure adjointe, Sophie Poccard, la pionne va tomber de haut. « 

On m’a dit que je n’.