Comment Luca de Meo veut remettre Renault sur la route du succès


Comment Luca de Meo veut remettre Renault sur la route du succès

Accueilli comme le messie, le nouveau directeur général de Renault doit remettre d’aplomb un groupe chahuté par deux années de flottement dans sa gouvernance. Ses neuf premiers mois ont déjà marqué les esprits.

poursuit l’ex-patron de Michelin « Dans le passé/h2>
La version électrique de la Megane, l’eVision, sortira en 2022 avec une autonomie promise de 450 kilomètres. Dans le domaine de la mobilité partagée, le quadricycle électrique EZ-1 viendra concurrencer l’Ami de Citroën en 2023. Deux ans plus tard, Bigster incarnera le nouveau style de Dacia avec son premier SUV.

Comment Luca de Meo veut remettre Renault sur la route du succès

Le nouveau patron a fait ses classes à bonne école

Appelé en 2004 par la famille Agnelli pour sauver le groupe Fiat, Sergio Marchionne a vite repéré le potentiel du jeune cadre plein de bagou qui s’occupait alors de Lancia. « Au bout de quinze jours, il m’a appelé pour me mettre sur Fiat. J’avais 35 ans et lui ai dit : “Mais, Monsieur, je ne pense pas être capable de faire ça !” Le groupe perdait 5 millions d’euros par jour, dont 4 sur le périmètre qu’il voulait me confier. » « Ne vous inquiétez pas, je vais vous aider », lui répondit Marchionne, pourtant réputé pour sa dureté. De 1,7 milliard de pertes, les comptes sont repassés à l’équilibre en trois ans grâce à la nouvelle 500, la Grande Punto et… un contrôle des coûts drastique. « Sa perspective était financière, j’étais plus dans le sport, l’envie de faire des voitures… A l’époque, ça m’énervait ; maintenant que je fais ce boulot, je le comprends mieux. »

Megane eVision prévue pour 2022. ADDITIVE, CG Watkins via SP Renault