Crise au PS : soupçon d'irrégularité du vote à La Courneuve, ce qu'il s'est passé


Publié le 21 Jan 23 à 7 :02 

Actu Seine-Saint-Denis

Voir mon actu

Suivre ce média

Dans la nuit du jeudi 19 au vendredi 20 janvier 2023 vainqueur d’une courte tête (50,83 %) face à Nicolas Mayer-Rossignol (49,17 %).Ce résultat a très vite été contesté par le camp perdant, qui le soupçonne d’avoir été entaché par une série d’irrégularités. Le bureau de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) est notamment dans le viseur des soutiens de Mayer-Rossignol. Une vidéo publiée dans la nuit du 20 janvier sur Twitter insinue qu’une urne aurait été enfermée à clef dans une pièce lors du vote, mettant en doute la sincérité du scrutin.

Crise au PS : soupçon d'irrégularité du vote à La Courneuve, ce qu'il s'est passé

« L’urne a disparu de la salle »

« Vous n’avez pas le droit de faire voter les gens dans une salle avec une porte fermée à clef. (…) C’est scandaleux !  », tance l’auteure de la vidéo, qui n’est autre que la socialiste Delphine Pineda, soutien de Nicolas Mayer-Rossignol. Voir le tweet La séquence débute sur une porte close, sur laquelle la militante frappe à plusieurs reprises. Quelques secondes plus tard, la porte s’ouvre, trois hommes en sortent silencieux, visages floutés. « L’urne a disparu de la salle. Elle est dans une pièce fermée à clef dans laquelle je ne peux pas rentrer. Voilà comment ça se passe à la section de La Courneuve !  », fulmine Delphine Pineda, balayant les lieux avec sa caméra et actionnant la poignée de la pièce « fermée à clef », sans – semble-t-il – parvenir à l’ouvrir. 

« Démocratie made in Troussel »

Au lendemain d’un scrutin très contesté, la scène a vivement fait réagir les partisans de Mayer-Rossignol. À l’origine de la diffusion de la vidéo, Phillippe Doucet, député PS du Val-dOise, a dénoncé « la démocratie made in ⁦Stéphane Troussel », écorchant au passage le président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, soutien d’Olivier Faure. Vidéos : en ce moment sur ActuContacté par actu Seine-Saint-Denis, Oumarou Doucouré, secrétaire de la section de La Courneuve, confirme avoir bien « isolé » l’urne dans une pièce. Il dément avoir fermé la porte à clef. 

« Peu après l’ouverture du bureau de vote, Delphine Pineda s’est présentée à nous comme déléguée mandatée. Je n’avais pas connaissance qu’un scrutateur viendrait. Je lui ai demandé de patienter le temps de vérifier son inscription auprès de la Fédération. On m’a confirmé que personne n’était inscrit dans ce bureau. Je lui en ai fait part. Elle s’est mise dans une colère noire ». Oumarou DoucouréSecrétaire de section à La Courneuve

Des propos « limites racistes »

grince Oumarou Doucouré. Le premier adjoint à La Courneuve explique avoir à nouveau contacté la Fédération PS de Seine-Saint-Denis. Après lui avoir confirmé que Delphine Pineda n’était pas inscrite sur ce bureau, l’organisme lui aurait conseillé d’appeler les forces de l’ordre.« Je ne l’ai pas fait, parce que je considère que la police a mieux à faire. Face à son agressivité, je n’avais pas d’autre choix que d’isoler l’urne pour que le vote puisse se dérouler correctement », estime-t-il.  Voir le tweet

Un communiqué « lunaire »

Au lendemain des faits, le secrétaire de section s’est fendu d’un communiqué revenant sur la situation et assurant que le vote s’était « déroulé normalement ». Un message jugé « lunaire » dans le camp de Mayer-Rossignol.« Isoler l’urne derrière une porte fermée à clef, c’est gravissime. Ça va être remis en question », souffle-t-on. Et d’assurer : « Delphine Pineda avait bien été mandatée comme scrutatrice. Ils ont dû jouer sur les délais ». Pourtant, un échange de mail entre la Fédération PS de Seine-Saint-Denis et le Service Fédérations qu’a pu consulter actu Seine-Saint-Denis, semble clairement indiquer le contraire. 

Delphine Pineda était « indiquée à Alfortville »

Dans un message envoyé à 19 heures, jeudi 19 janvier, la Fédération de Seine-Saint-Denis s’inquiète de la présence de plusieurs observateurs non inscrits dans le département, dont Delphine Pineda.«  n’ont jamais été signalés à la Fédération. Ils ont souhaité surveiller le vote en Seine-Saint-Denis à partir de 17 heures. (…) Un listing a été envoyé à 14h39 et aucun des précédents noms n’y figure. Quelle est la marche à suivre pour nos secrétaires de sections, pris de court ? ». Réponse dans la foulée du Service Fédérations : « Les observateurs dont les noms ne nous ont pas été transmis régulièrement ou qui ont été affectés à une autre section que celle dans laquelle ils se trouvent ne peuvent réclamer que leur soit accordé le droit de vérifier le scrutin ». Et d’ajouter que Delphine Pineda était « indiquée à Alfortville« , et non pas à La Courneuve.

Mayer-Rossignol espère la saisine d’une commission de récolement

  Voir le tweet En tout état de cause, l’affaire ne devrait pas en rester là. Après avoir dénoncé « des urnes opaques » en conférence de presse, vendredi 20 juin, Nicolas Mayer-Rossignol a estimé dans la soirée qu’une commission de récolement « serait (enfin) convoquée » afin de faire transparence sur le vote à l’échelle nationale. Voir le tweet.Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Seine-Saint-Denis dans l’espace Mon Actu. En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.