Dans "l'épicentre du crack" à Paris, la crainte d'une escalade des violences entre riverains et toxicomanes


qu’ils ne pouvaient pas intervenir » le quartier est une « priorité depuis l’été 2019 ».tg-sm/lbx :cbn*les prénoms ont été changés.