Derrière les vidéos ridicules, le dangereux business des « traders » d’Instagram


de proches Claire Castanet, de la direction des épargnants à l’AMF se souvient : « On nous parlait d’embrigadement, d’endoctrinement. On nous a expliqué également que cela concernait des très jeunes gens, voire des mineurs, avec des recrutements dans les lycées, dans les écoles de commerce, dans des forums d’emplois »

La vie de trader à portée de clic

Dixiss Bakara explique que, via une application dédiée pour smartphone, « vous allez recevoir des signaux, des alertes de trade, donc des analyses, il suffit de les copier-coller, (…), tout le monde sait copier-coller, vous n’avez pas besoin d’avoir d’expérience. » La vie de trader serait donc à portée de clic.

Derrière les vidéos ridicules, le dangereux business des « traders » d’Instagram

« Marketing de réseau »

Attention, il est indispensable de s’inscrire via un parrain membre d’IML. Le premier pack de formation coûte 217 dollars à l’inscription, puis 161 dollars par mois. Le deuxième, enrichi avec l’application et l’analyseur en ligne, 250 dollars puis un versement mensuel de 194 dollars. À ce moment-là de la présentation, jamais l’intitulé « marketing de réseau » n’est évoqué. C’est pourtant ainsi que la marque Tupperware a encouragé pendant des décennies ses clients à organiser des réunions avec leurs proches pour leur présenter eux-mêmes les produits de la marque. L’hôte gagnait un pourcentage des ventes, des cadeaux, mais aussi un pourcentage des ventes réalisées par les recrues qu’il ou elle aura parrainées. le produit est dématérialisé. Pour obtenir la gratuité de leur abonnement, IML demande à ses recrues de convaincre deux de leurs proches de s’abonner à leur tour au programme. Un abonnement offert, mais deux de gagnés, le business plan semble parfait. Mieux, les clients touchent de l’argent dès qu’ils convainquent un individu de rejoindre leur équipe, mais aussi lorsque celui-ci en convaincra un autre. Ainsi, avec une équipe de trois personnes, vous pouvez prendre la licence d’IBO (Independent Business Owner) et accéder au statut « Platinium 150 », qui vous permet de toucher 150 dollars par mois. Si eux-mêmes ont convaincu trois amis chacun, votre « équipe » est équilibrée avec douze membres, votre salaire monte à 600 dollars et vous devenez « Platinum 600 ». Avec trente, c’est 1000 dollars. À partir de 500 membres recrutés en tout, l’on devient Chairman 10 et l’on touche 10 000 dollars par mois.Voilà pourquoi certains de ces « traders » inondent les réseaux sociaux, et en particulier Instagram et Snapchat où les stories éphémères peuvent se répéter à l’infini, avec leur mode de vie et leurs hashtags. Leur com’ n’est qu’un appât pour développer leur réseau et diffuser un PDF de présentation de l’entreprise. Sur YouTube, certains publient aussi des vidéos au titre trompeur, laissant croire qu’ils vont « donner leur avis sur IML », un moyen de se jouer des algorithmes de suggestions et de convaincre le plus possible d’internautes de les rejoindre. Ce faisant, ils touchent des jeunes, la plupart pessimistes quant à leurs chances de réussite sur le marché du travail. Il s’agit d’étudiants, de diplômés ou des jeunes ayant abandonné l’idée de faire des études supérieures. Stef*, coursier à vélo de 21 ans, se souvient du jour où, alors qu’il souffrait de dépression, il a failli se laisser convaincre par un homme qu’il suivait sur Twitter : « Quand j’ai refusé de le rejoindre, il a cherché à me faire culpabiliser, moi qui avais déjà une mauvaise estime de moi-même, il a ajouté que je serai un raté toute ma vie. » Asma, étudiante de presque 21 ans en BTS assistante de gestion, n’a pour sa part pas hésité une seconde :En avril dernier, quelqu’un sur Snapchat a commencé à me parler d’une opportunité financière sur Paris. J’ai saisi l’occasion, je l’ai rencontré avec un collègue à lui dès le lendemain dans un McDonald’s de Saint-Denis. Il m’a fait la présentation d’IML avec un diaporama, et j’ai décidé de les rejoindre. Je n’avais pas les papiers nécessaires sur moi, alors ils m’ont accompagné dans un autre restaurant à burgers près de là où j’habite à Montreuil et j’ai signé.

« Indépendance financière » 

Argument de taille : la fameuse  « indépendance financière »  qu’on leur promet semble avoir déjà réussi à quelques Français. Mohamed Bdj et Mohamed Islem ont atteint le statut de chairman 10. Aurélie Moron, chairman 25, est la membre d’IML la plus active en France, assénant jour après jour sur les réseaux sociaux :  « Moi, aujourd’hui je fais ce que je veux quand je veux. Je gagne un argent qui aujourd’hui devient fou » , explique-t-elle dans une vidéo filmée devant le Grand Canyon. À ce jour, on compterait plusieurs milliers de membres en France et plus de 80 000 dans le monde. Au point où dès 2016, l’AMF dans la province de Québec a obtenu une ordonnance du tribunal contre Christopher Terry, forçant les porte-drapeaux locaux à fermer leurs sites et leur interdisant de recruter des membres via les réseaux sociaux. Au Royaume-Uni, la Financial Conduct Authority rangeait fin mai IML du côté des  »scammers« , des arnaqueurs. D’autres pays, comme la Belgique ou l’Espagne ont émis des mises en garde similaires.

Un système de Ponzi ?

surtout quand on démarre. Thomas*, étudiant de 21 ans vivant dans l’est de la France et ancien membre d’IML, tient un discours bien différent de ces anciens camarades : « Je devais appeler le maximum de gens, les inscrire, faire des closing, c’est-à-dire appeler un ami pour lui proposer une opportunité, l’inviter dans un restaurant un peu chic, venir bien habillé, et l’impressionner pour le recruter. Le but des mentors, c’était d’avoir un salaire élevé »Dès 1999, un rapport parlementaire mené par Jacques Guyard sur les sectes et l’argent mettait en garde contre les systèmes pyramidaux et rappelait deux dispositions de 1995 prohibant « toute source de profit fondée exclusivement sur la multiplication des adhérents ». Une pratique également dénoncée par l’article L 122-6 du code de la consommation.Pour Serge Blisko, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) qui a été alerté par le proviseur d’un lycée, IML touche une zone grise de la loi :On est vraiment sur le trait. Des sociétés très honorables ont fait de la vente multi-niveau, comme Tupperware, qui n’avait pas d’aspect manipulatoire. Le problème, c’est quand on abuse de personnes faibles, qu’il y a une pression pour acheter, qu’il faut engager beaucoup d’argent pour avoir des résultats, qu’on nous vend des formations pour apprendre à vendre, qu’il y a une pression pour recruter. Ce sont des critères que l’on retrouve chez IML. En avril dernier, Dixiss Bakara posait fièrement sur Facebook avec un livre intitulé Influence et manipulation, écrit par Robert Cialdini, docteur en psychologie sociale.

 « On n’accepte plus l’autorité, on cherche l’indépendance »

Claire Castanet il reste évasif sur le trading et mentionnait uniquement son expérience dans le marketing de réseau.

« Un gros manque d’éthique. »

Mohamed Islem nous a bloqué sur Instagram et non la pédagogie du trading IML phrases inspirantes, réunions publiques et invitations à venir lui parler en privé…« Les nouveaux membres de Kuvera veulent nous voler nos membres, ils nous insultent sur tous les réseaux, conclue le même membre d’IML. Ils ont dit qu’ils allaient nous détruire.  » Vincent Manilève, auteur de  »Youtube, derrière les écrans : Ses artistes, ses héros, ses escrocs. » Lemieux Editeur. 288 p. Vincent Manilève