Emmanuel Macron souhaite une « majorité plus large et plus claire » ; Yaël Braun-Pivet candidate de la majorité ...


ul class= »article__unordered-list »>

  • La France avance dans l’inconnu après le second tour des élections législatives qui ont fait perdre, dimanche, la majorité absolue à la coalition présidentielle. Loin des 289 sièges nécessaires, La République en marche (LRM) et ses alliés – MoDem et Horizons – ont enregistré une contre-performance, et Emmanuel Macron subit un revers politique majeur.
  • Avec 246 députés, la plus petite majorité de la Ve République est si faible qu’elle ouvre des questionnements institutionnels  : l’exécutif va être contraint de négocier sur chaque réforme pour pouvoir gouverner face à 142 élus de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) et un futur groupe Rassemblement national fort de 89 députés – un record historique. Les Républicains enregistrent, eux, 64 sièges de députés.
  • Le gouvernement est déjà promis à un remaniement  : certains de ses membres, battus dimanche, sont démissionnaires d’office selon une règle tacite imposée par l’Elysée, à l’image des ministres de la transition écologique, Amélie de Montchalin, et de la santé, Brigitte Bourguignon, et de la secrétaire d’Etat chargée de la mer, Justine Benin. Bien que vainqueure de son duel législatif, Elisabeth Borne se retrouve en sursis dans une telle situation politique.
  • Pour faire face à cette situation politique périlleuse, Emmanuel Macron a convié, mardi et mercredi, à l’Elysée les représentants des partis qui ont vocation à constituer un groupe à l’Assemblée. Le sens de cette rencontre est de « dialoguer et échanger pour l’intérêt supérieur de la nation et bâtir des solutions au service des Français ». Les représentants de ces forces politiques seront reçus successivement.
  • A l’agenda mercredi 22 juin  :

    Dans le poste. Clément Beaune, le ministre délégué chargé de l’Europe, sera interrogé à partir de 8 h 15 sur Europe 1, tandis que François Bayrou, président du MoDem et haut-commissaire au plan, répondra aux questions de France Inter à partir de 8 h 20. Olivier Véran, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, sera l’invité de RMC et BFM-TV à partir de 8 h 30. Rentrée. Marine Le Pen et l’ensemble des députés élus sous la bannière du Rassemblement national rejoignent le Palais-Bourbon. L’extrême droite a obtenu, dimanche 19 juin, non seulement un groupe parlementaire, qui lui confère des moyens et une visibilité accrus, mais elle envoie à l’Assemblée nationale 89 députés, près de trois fois plus que les 35 députés du Front national élus à la proportionnelle en 1986. Consultations. Emmanuel Macron poursuit ses rencontres avec les responsables politiques mercredi matin. Il doit notamment rencontrer Edouard Philippe (Horizons), Julien Bayou (Europe Ecologie-Les Verts) ou encore Adrien Quatennens (La France insoumise). Elections. A partir de 9 h 15, un vote départagera les quatre candidats (Aurore Bergé, Stella Dupont, Rémy Rebeyrotte et Guillaume Vuilletet) pour déterminer qui prendra la présidence du groupe La République en marche et la suite de Christophe Castaner, défait au second tour des législatives. En fin d’après-midi, à partir de 17 h 30, aura lieu un vote pour la présidence de l’Assemblée nationale entre les partenaires de la majorité. Yaël Braun-Pivet, Roland Lescure, Barbara Pompili, Joël Giraud, Eric Woerth et Sophie Errante sont candidats à ce poste. Une fois la personnalité choisie, l’élection du titulaire devra être confirmée la semaine suivante dans l’Hémicycle, lors d’un vote à bulletin secret de l’ensemble des députés.

    Nos articles pour approfondir

    Les essentiels

    • Quels sont les pouvoirs d’un président de la République, avec ou sans majorité à l’Assemblée nationale ?
    • Le calendrier des premiers jours de la nouvelle Assemblée nationale sans majorité absolue