Les femmes plus en danger à vélo "paradoxalement parce qu'elles respectent mieux le code de la route"


Quatre morts à vélo en quatre mois dans la région. C’est déjà plus qu’en 2023. Comment on l’explique ? D’où vient le danger ? Quelles solutions ? Le président de l’association Mieux se déplacer à bicyclette (MDB) répond à France Bleu Paris.Des cyclistes qui se sentent de plus en plus en danger dans la région malgré les efforts d’investissements et les nouvelles pistes. Le dernier bilan de la sécurité routière inquiète : quatre morts depuis le début de l’année, (un à Paris, trois dans la région), c’est deux fois plus que l’année dernière sur un an. ** »Ces accidents ne sont pas une fatalité, il est possible de les éviter », assure Alexis Frémaux, président l’association de cyclistes MDB sur France Bleu Paris. »Le danger vient du manque d’infrastructures », pointe Alexis Frémaux. Pourtant la région a mis 300 millions d’euros sur la table pour 750 kilomètres de pistes supplémentaires, Paris compte déjà plus de 1.000 kilomètres de pistes cyclables et en promet 180 km de plus. « Il y a de gros efforts qui sont faits, mais tous ces efforts vont moins vite que le développement du vélo ». Preuve en est avec le boulevard Sébastopol et ses 20.000 cyclistes par jour, « ça sature ». loading

Trop de poids lourd ?

« Dans Paris, il faut surtout traiter tous les endroits où il y a des coupures entre pistes cyclables, notamment les grands carrefours non sécurisés », appelle le président de l’association. Pour Alexis Frémaux, l’aménagement du carrefour de la reine dans le 8e aurait pu éviter la mort de la jeune cycliste Sophiane, morte à 32 ans sous les roues d’un camion en janvier. « Probablement le chauffeur poids lourd aurait vu la cycliste, elle n’aurait pas été dans son angle mort ».Alexis Frémaux demande par ailleurs des « changements législatifs, pour réguler la circulation de poids lourd », parce qu’il y a « trop de poids lourds à Paris ». Ce sont eux qui causent les accidents mortels, « pas les voitures ».

Les femmes plus en danger à vélo

Les femmes davantage victimes

L’association alerte aussi sur un paradoxe : deux tiers de femmes sont victimes d’accidents mortels avec les poids lourd alors qu’elles sont moins nombreuses que les hommes à vélo, « parce que paradoxalement, elles respectent mieux le code de la route et les feux rouges. Elles redémarrent en même temps que les véhicules et vous vous exposez au même accident ».Faut-il griller les feux rouges pour rester en vie à vélo ?« Pas forcément griller le feu rouge, mais bien avancer devant le feu, pour être visible et prendre un peu d’avance pour démarrer, oui ça protège ».Le comportement des cyclistes est aussi pointé du doigt par de nombreux auditeurs, ce lundi à l’antenne de France Bleu Paris. « Y’a des comportements inacceptables de tous les usagers y compris des cyclistes à l’égard des piétons. Nous on rappelle toujours priorité aux piétons. Ca veut dire aussi qu’il faut permettre aux cyclistes de passer au rouge quand il n’y a pas de piétons. »Quant à la question du permis vélo ? « Il faut un code adapté oui, un permis non, et il faut apprendre aux enfants. »