Fonction publique : plus de 3 000 enseignants titularisés


Priorité pour l’éducation. 284 écoles Manarapenitra ont été construites et 450 autres sont actuellement en cours de construction à travers Madagascar depuis 2019 a fait savoir hier la ministre de l’Education nationale, Marie Michelle Sahondrarimalala lors de l’inauguration de l’Ecole Primaire Publique (EPP)– Manarapenitra d’Amborovy à Mahajanga. Une cérémonie qui s’est déroulée en présence du président Andry Rajoelina.

A cette occasion, 142 enseignants sortant du Centre régional de l’Institut national de formation pédagogique (CRINFP) de Boeny se sont vu remettre leur titularisation en tant que fonctionnaire. Un peu plus 3 000 sortants des CRINFP devront être titularisés cette année suivant les postes budgétaires pour l’année 2021 alloués à l’éducation nationale. Pour les classes de primaire, 1 799 enseignants et 230 conseillers pédagogiques sont à recruter dans l’ensemble du pays, 1 289 pour le secondaire. Ces nouveaux fonctionnaires seront affectés dans des zones rurales éloignées pour une durée de cinq. Pour ce faire, ils ont signé une lettre d’engagement précisant qu’ils resteront dans leur première zone d’affectation durant les cinq ans à venir et ne pourront pas effectuer une autre demande d’affectation sous peine de rupture de leur contrat.

Les CRINFP proposent une formation initiale des enseignants de primaires et de secondaires mais aussi une formation continue. L’admission aux CRINFP se fait par voie de concours d’entrée avec le Bacc comme diplôme exigé. Chaque année scolaire, 1000 futurs élèves maîtres sont sélectionnés pour intégrer ces centres. Il existe 25 CRINFP dans le pays.

Outre le manque de salles de classe, l’éloignement des écoles par rapport à l’habitation des élèves constitue un des grands problèmes qui est source d’abandon scolaire et un obstacle à une éducation accessible et inclusive dans le pays. Normalement, chaque fokontany est doté d’une Ecole Primaire Publique (EPP), les Collèges d’Enseignement Général (CEG) se situent au niveau des Communes et les Lycées d’enseignement Général au niveau des districts. Certes, il y a des Fokontany où l’on trouve des Collèges d’Enseignement Général (CEG) et des Communes où des lycées d’enseignement général sont implantés mais ces cas sont très limités.

Toutefois, ces dernières années, le niveau d’enseignement a connu un développement quantitatif assez important par l’ouverture non planifiée de beaucoup d’établissements de type communautaire à l’initiative des structures décentralisées et des communautés. Les effectifs ont ainsi augmenté à un taux moyen annuel de plus de 13%. Mais l’insuffisance des ressources a des impacts négatifs sur la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage des élèves. (Source MEN/PSE)

En matière de qualité, on constate, dans les établissements publics. Les tests pratiqués depuis une dizaine d’années ont montré une baisse alarmante des scores en lecture (français et malgache) et en mathématiques. La qualification des enseignants est très faible seulement 18% des enseignants du primaire avaient un diplôme pédagogique et les difficultés d’accès dans les zones rurales et enclavées empêchent l’encadrement pédagogique des enseignants peu formés.

Hier, la ministre de l’Education nationale a également annoncé avoir distribué près de 7 millions de Rakibolana (dictionnaire), de manuels scolaires et 1 600 000 tabliers dans les différents districts Madagascar. Le projet de mise en place de cantines scolaires et le recrutement d’enseignants et maîtres FRAM, pour mieux assurer le bon fonctionnement des établissements scolaires, se poursuivent également selon le MEN.