La formation scientifique des journalistes


Emmanuelle Daviet, médiatrice des antennes de Radio France reçoit aujourd’hui Olivier Emond, chef du service sciences, santé, environnement et technologies de franceinfo. 

Emmanuelle Daviet :, ils nous disent entendre des approximations à l’antenne.

Ce constat, sur un manque de connaissances, vous paraît-il juste ou exagéré ?

Olivier Emond : Il est partagé, en tout cas. on va en parler. Ce manque de connaissances, ça peut arriver évidemment, mais au-delà même des interviews de scientifiques ou sur des questions scientifiques, dans n’importe quel entretien, ça peut arriver qu’un chiffre, on ne l’ait pas en tête pour le vérifier. On peut laisser passer quelque chose. C’est notamment pour ça qu’il existe des cellules de vérification. Par exemple, il y en a une au sein de franceinfo qui, après une interview ou après une déclaration d’un homme politique, d’un expert, peut aller vérifier avec les bonnes données quelle est la vérité des faits, la véracité de ce qui a été dit.

Les remarques des auditeurs coïncident, en cette rentrée, avec le lancement d’un grand plan de formation. quelle que soit leur spécialité, vont être formés ? Comment ça va se passer ?

Alors l’objectif., plusieurs centaines, donc ça ne peut pas se faire comme ça d’un coup de baguette magique. L’idée, avec la direction de l’information et des sports avec Vincent Giret, après en avoir discuté toute l’année dernière, c’est de se dire : il faut qu’on priorise les choses, et qu’on commence par les gens qui sont directement à l’antenne, ou ceux qui ont la responsabilité de l’antenne. les présentateurs, etc.

Donc ça va commencer dès fin novembre, avec notre centre de formation interne, et on va commencer sur ces questions climatiques et environnementales, parce qu’on voit bien qu’on cette rentrée, c’est ça l’enjeu. Il y a un an, un an et demi, quand on a commencé à réfléchir, on se disait, est-ce qu’il ne faut pas commencer par les questions médicales puisqu’on était encore en pleine crise du Covid ? Et puis là, on se dit bon, commençons par les questions scientifiques liées au climat, sachant que finalement il y a un lien entre tout ça, c’est comment est-ce qu’aujourd’hui se fait la science ? Qu’est-ce qu’une étude scientifique, la différence entre un communiqué de presse d’une entreprise, quelle qu’elle soit, d’un groupe pharmaceutique ou une étude revue par les pairs, donc il y a une base commune à partager. Et l’idée c’est vraiment ça. quand il y a un sujet sur le climat ou sur l’environnement.

Emmanuelle Daviet :, et cela a fait l’objet d’intenses échanges avec les scientifiques. A présent la crise climatique domine largement l’actualité.

Pour traiter ces différentes questions, climat, biodiversité, environnement, énergie, avez-vous mis en place un véritable compagnonnage avec les scientifiques, les laboratoires ? Des auditeurs souhaitent savoir comment se traduit très concrètement votre relation avec le monde de la science.

Olivier Emond :. que Vincent Giret, directeur de l’information et des sports,: comment fonctionne le cycle du CO2, comment fonctionne le cycle de l’eau ? Que dit véritablement le rapport du GIEC, etc.

Donc on voit bien qu’il y a deux mondes qui étaient assez éloignés, qui se rapprochent au fur et à mesure. La crise Covid a poussé à ça forcément. On a rencontré beaucoup de médecins, d’immunologues, de virologues avec les grands instituts aussi, avec le CNRS, avec l’Inserm, on a beaucoup plus travaillé avec eux parce qu’on avait besoin aussi de leur expertise. Le rythme de la science n’est pas forcément celui de l’information, et notamment sur une chaîne d’info continue. Donc on est beaucoup dans l’échange.