Formule 1


Daniel Ricciardo a tenté de mettre fin rapidement aux spéculations sur la fin de ses jours en Formule 1.
Son compatriote australien Alan Jones, champion du monde 1980, a déclaré cette semaine que ce sport avait connu les « meilleurs jours » de Ricciardo, 34 ans, et qu’il devait maintenant faire ses preuves une fois de plus afin de conserver son baquet pour 2025 (à lire ici).
Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait des propos de Jones et s’il avait quelque chose à prouver, Ricciardo a répondu alors qu’il récupérait ses bagages à l’aéroport de Melbourne : « Pas du tout.

A très vite  ! « 
Le pilote RB F1, dont la carrière a été sauvée par Red Bull l’année dernière après son éviction de McLaren, a ensuite tourné les talons et s’est éloigné en disant : « je suis encore là pour longtemps  ! « .
Avant cela, Ricciardo avait défendu son « démarrage lent » de la saison 2024.
« Le début d’année a été régulier mais j’admets que c’est un démarrage lent.

Formule 1

Mais cela ne fait que deux courses. Espérons que la saison reparte maintenant du bon pied à Melbourne. »
Au milieu des perceptions selon lesquelles il est d’abord une personnalité souriante et ensuite un pilote sérieux, il a adopté une nouvelle approche depuis son retour en 2023.

« Je voulais retrouver ce sentiment, faire ressortir mon ancien moi. La course et l’entraînement sont mes priorités en ce moment et tout le reste est secondaire. »
Laurent Mekies reste convaincu d’avoir retrouvé « le bon Ricciardo »
Fait intéressant, alors que les médias et même son successeur potentiel, Liam Lawson, ont fait pression sur Ricciardo cette semaine, le patron de l’équipe RB, Laurent Mekies, semble satisfait de Ricciardo.

« Lorsque je suis arrivé dans l’équipe, j’ai revu Daniel et j’ai maintenant passé mes premiers jours à courir avec lui. Et vous voyez en lui le vainqueur de courses. C’est ce que vous voyez, vous sentez que vous avez dans la voiture un gars qui recherche à faire de belles courses, des podiums. »

« Donc le Daniel que vous voyez dans la voiture est le Daniel qui se battait pour les toutes premières positions. J’ai la chance d’avoir, dans notre équipe en ce moment, un gars qui sait gagner des courses. »
« Donc je suppose que le Daniel que nous avons maintenant est le meilleur Daniel que nous ayons vu.

Bien sûr, il a traversé une période difficile ces dernières années. »
« Mais, ironiquement, cela le met probablement désormais dans le meilleur état d’esprit, avec la meilleure énergie. Il a cette incroyable sensibilité technique, il adhère au projet.

Il vit le projet RB F1 avec nous, il est fier des couleurs. Il nous pousse avec toute la positivité que nous connaissons tous à son sujet. »
« Je pense donc qu’au début d’un projet comme celui-là, avoir un gars comme Daniel avec nous au volant de la voiture, cela change tout simplement la donne. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il comprenait les conditions qui ont conduit à la baisse de forme de Ricciardo chez McLaren, et les efforts continus pour s’en remettre, Mekies a répondu : « C’est très difficile de l’extérieur de le comprendre, comme c’était probablement difficile pour les gens de McLaren d’ailleurs. Je ne vais donc pas remettre en question cela, il n’y aura pas de réponses. »
« Mais je mentirais si je ne vous disais pas que cela augmente le niveau d’attention que nous accordons pour nous assurer que nous avons les bonnes conditions autour de lui.

Nous sommes donc très prudents avec lui. »
« Il fait partie de ce processus, il dirige ce processus en s’assurant que nous le plaçons au bon endroit – à 360 degrés sur ce qu’il faut trouver dans la voiture, à l’extérieur de la voiture, et sur la façon dont nous gérons son énergie. »