pour Gabriel Attal, « ce qui se joue » dimanche, « c’est notre capacité à nous défendre » contre les « ingérences » étrangères


Olivier Faure s’indigne d’un « dérapage incompréhensible » de Jean-Luc Mélenchon concernant la sincérité du scrutin

Le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, s’est indigné, mardi, d’un « dérapage incompréhensible » du leader de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, qui a semblé remettre en cause la sincérité du déroulement des élections européennes lors du meeting de LFI qui s’est tenu à Toulouse samedi. « On a le droit de s’interroger sur l’organisation des scrutins. Ce qui est dramatique, c’est de laisser penser effectivement que ce serait une manipulation et que ce serait une manipulation dirigée contre le seul parti de La France insoumise, ce qui n’a aucun sens.

C’est à nouveau un dérapage qui est incompréhensible car nous devons toutes et tous, ensemble, défendre la démocratie », a déclaré le patron du PS à l’antenne de Sud Radio. M. Mélenchon avait affirmé que son mouvement allait « déclencher une commission d’enquête sur le déroulement des élections en France ».

pour Gabriel Attal, « ce qui se joue » dimanche, « c’est notre capacité à nous défendre » contre les « ingérences » étrangères

 Il a notamment déclaré : « Pourquoi les professions de foi n’arrivent pas dans les quartiers populaires, hein ? Pourquoi elles sont posées sur le bord des boîtes aux lettres quand ce n’est pas directement dans la poubelle ? Tandis que dans les beaux quartiers tout arrive bien dans la belle enveloppe bien collée. Des fois, il manque des bulletins dedans. » Interrogée sur ce projet de commission d’enquête mardi à l’Assemblée, la présidente du groupe LF, I Mathilde Panot, a promis d’en dire « plus la semaine prochaine ».

Faisant état d’un exemple de radiation des listes électorales, selon elle injustifiée, elle a rappelé que LFI avait mis en place un outil sur son site Internet pour « reporter les problèmes qu’il y aurait dans la tenue de l’élection et dans les informations pour les électeurs et les électrices ». « Les élections de 2017 et 2022 n’ont pas été volées. Elles ont été réalisées dans des conditions que personne ne peut contester », a affirmé M.

 Faure, mardi. Il a cependant refusé d’établir un parallèle direct entre Jean-Luc Mélenchon et Donald Trump, qui n’a jamais reconnu l’élection de son successeur à la Maison Blanche, Joe Biden, et est accusé d’avoir incité ses partisans à prendre d’assaut le Capitole, à Washington, le 6 janvier 2021. Au cours de cet entretien, M.

 Faure s’est par ailleurs dit « heurté » par d’autres déclarations de M. Mélenchon qui a écrit dans une note de blog que « l’antisémitisme rest[ait] résiduel en France ». « Tout montre qu’il y a au contraire une explosion de l’antisémitisme dans notre pays », a-t-il dit.

« Pourquoi ? Pourquoi à chaque fois jouer avec la ligne jaune ? », s’est-il interrogé à propos du leader « insoumis ». « Moi, je suis à la fois profondément heurté par tout acte antisémite et j’ai manifesté contre l’antisémitisme. Et, en même temps, depuis le premier jour, je me bats contre la punition collective qui est infligée aux Palestiniens et je souhaite la reconnaissance d’un Etat palestinien à côté d’un Etat israélien qui vivrait en sécurité », a-t-il ajouté.

Le socialiste a estimé que les paroles de Jean-Luc Mélenchon donnaient « le sentiment là aussi d’une forme de dérive incompréhensible ».