la grève reconduite chez Esso et TotalEnergies


Carte interactive : dans quelles stations-service peut-on (espérer) faire le plein ?

environ une station-service sur trois connaît une pénurie totale ou partielle en France. Mais toutes les régions ne sont pas touchées de la même manière.

14h31  : La gauche défend la grève« Le but des salariés n’est pas de gêner, (.) c’est de pouvoir faire payer la direction et je pense que tous les Français dans ce pays se sentent malgré tout représentés par ces salariés », a martelé le député LFI Alexis Corbière.« Soutien aux salariés d’Esso-ExxonMobil et TotalEnergies, à qui le gouvernement répond par une menace de réquisition des salariés en grève », a tweeté l’écologiste Marie-Charlotte Garin.  

Le mouvement de grève qui bloque les dépôts de carburants a été reconduit mardi, chez TotalEnergies comme chez Esso-ExxonMobil. Face à cette situation, le gouvernement a haussé le ton.

14h39  : « Le gouvernement doit mettre l’épée dans les reins des pétroliers », estime Olivier MarleixLe patron des députés LR Olivier Marleix a dénoncé ce mardi la « chienlit » créée par les pénuries de carburant, et il a estimé que, face à cette « situation inédite » qui relève de l’« ordre public », « le gouvernement doit mettre l’épée dans les reins des pétroliers pour débloquer cette question au plus vite ».« Tout cela est totalement intolérable », a-t-il ajouté, regrettant que « le gouvernement laisse faire, laisse Total, qui lui-même procrastine ».

14h11  : Cinq personnes en garde à vue pour vente d’essence à la sauvette dans le Val-de-MarneCinq personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi dans le Val-de-Marne pour avoir vendu de l’essence à la sauvette, selon nos confrères de BFM TV. Un homme de 20 ans a été arrêté à Arcueil, il proposait de l’essence à 3,50 euros le litre. Au même moment, à Créteil, quatre jeunes hommes âgés de 19 à 22 ans vendaient également illégalement de l’essence pour 3,50 euros le litre. Ces pratiques peuvent être punies de 6 mois de prison et de 3750 euros d’amende. À LIRE ÉGALEMENT : Grèves dans les raffineries: le remplissage de jerricans interdit partout en France dès mardi

11h19  : Une station « privatisée » par des individus dans le Val-d’OisePlusieurs personnes ont bloqué l’accès, lundi vers 18h, à une station Total de Villiers-le-Bel puis ont revendu de l’essence aux automobilistes entravés. Les individus ont empêché des automobilistes d’accéder à la station au motif qu’ils n’étaient pas du quartier., un jeune homme de 24 ans a été interpellé pour outrage.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies ».

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix

J’accepte

J’accepte tous les cookies

10h00  : La CGT reconduit la grève chez TotalEnergiesLes grévistes de TotalEnergies ont reconduit mardi matin le mouvement de grève pour les salaires à l’appel de la CGT, en dépit de la pression croissante du gouvernement. « Ce matin, les salariés ont revoté à une large majorité pour la poursuite de la grève, on est toujours en attente de précisions en matière de négociations par la direction », a indiqué Eric Sellini, coordinateur CGT pour le groupe.

Une file d’attente, ce matin à Lyon./ Laurent CIPRIANI

09h03  : La CGT et FO reconduisent la grève chez Esso-ExxonMobil, malgré un accord sur les salaires La CGT et FO ont reconduit mardi la grève qui touche les deux raffineries françaises du groupe Esso-ExxonMobil, malgré la signature d’un accord majoritaire sur les salaires par d’autres syndicats, qu’elles ont pour leur part rejeté, a indiqué mardi la CGT.« Le mouvement a été reconduit ce matin à 6h, parce que ça ne correspond pas aux revendications des salariés grévistes qui demandent du pouvoir d’achat », a indiqué Christophe Aubert, délégué syndical central CGT, selon qui l’amélioration de la proposition formulée par la direction consiste essentiellement en une prime.8h32 : « Si on voit que c’est bloqué, nous n’aurons pas d’autre moyen que de réquisitionner » menace Le MaireInvité de Franceinfo ce mardi matin, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a estimé qu’il n’y avait « qu’une seule solution : le déblocage sans délai », affirmant  : « Si on voit que c’est bloqué, nous n’aurons pas d’autre moyen que de réquisitionner les moyens nécessaires pour libérer les dépôts et faire fonctionner les raffineries. (.) Le timing se chiffre en heures, à la limite en jours. Ça n’a que trop duré ».

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies ».

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix

J’accepte

J’accepte tous les cookies

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus (plus d’informations).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies ».

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.

Gérer mes choix

J’accepte

J’accepte tous les cookies

8h16   : Le gouvernement demande à Total un prolongement de sa remiseLe gouvernement a demandé à Total un prolongement de sa remise de 20 centimes/litre, qui doit en principe prendre fin au 1er novembre, a déclaré ce mardi matin le ministre des Transports Clément Beaune, invité d »‘Apolline Matin » sur RMC. « Les jours de blocage d’accès au carburant que nous sommes en train de vivre aboutiront à des prolongements des ristournes. C’est ce que nous demandons à Total. Ça devait baisser (la réduction) début novembre. On est en train de regarder avec le ministère de l’Economie et le ministère de l’Energie pour que la partie de Total se prolonge de quelques jours, parce que les Français n’ont pas pu accéder à cette ristourne ».7h39 : Le gouvernement menace d’« intervenir » pour débloquer les dépôtsCe mardi matin au micro de RTL, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a demandé à ce que les blocages soient levés « sans délai ». Le gouvernement menace d’« intervenir » pour débloquer les dépôts. « Nous mettons tout en oeuvre pour que cette situation s’arrête », a-t-il ajouté au lendemain d’une réunion d’urgence à Matignon, en évoquant la possibilité de procéder à des réquisitions ou de rouvrir les accès aux dépôts.Il a estimé que retrouver « un fonctionnement normal » dans les régions les plus touchées allait « prendre quelques jours », et assuré que « ce sera le cas dans les 15 jours », soit avant le début de congés scolaires.

7h31 : Le mouvement reconduit jusqu’à ce mardiLe groupe pétrolier et gazier TotalEnergies avait proposé dimanche d’avancer à octobre (sans date précise) les négociations salariales prévues en novembre, à condition que les raffineries et dépôts actuellement bloqués reprennent le travail. Un « chantage », a répondu lundi matin la CGT, à l’origine du mouvement de grève, et qui l’a reconduit jusqu’à mardi. « Le chantage, actuellement, ce sont les Français qui le vivent, donc l’objectif c’est bien de sortir de cette situation », avait déclaré un peu plus tôt sur la chaîne BFMTV Jean-Marc Durand, directeur du raffinage Europe du groupe.7h39 : La vente limitée à 30 litres dans trois départements du sudDepuis lundi soir, des arrêtés préfectoraux dans le Var, le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence ont limité la vente de carburant aux particuliers à 30 litres.

Durant les dernières 24 heures

Du nord au sud de la France, les mêmes scènes se reproduisent: des stations fermées, d’interminables files d’attente, des prix en hausse et le moral en berne. Lundi, 29,4% des stations-services étaient en difficulté au niveau national, a indiqué la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher. Les Hauts-de-France (nord) et la région parisienne étaient plus particulièrement touchés.-La mobilisation se poursuit à la raffinerie de Normandie, la plus grande de France, près du Havre (nord-ouest), à la « bio-raffinerie » de La Mède (sud) et au dépôt de carburants de Flandres (nord), alors que la raffinerie de Feyzin, dans le Rhône, est également à l’arrêt en raison d’un accident technique-Face aux pénuries, des syndicats de soignants (infirmiers libéraux) ont réclamé lundi soir « un accès prioritaire » dans toutes les stations.-Trois jours après être intervenu depuis Prague, le président français Emmanuel Macron a de nouveau appelé lundi les directions des groupes pétroliers et les syndicats à « la responsabilité », en soulignant que « le blocage » des dépôts de carburant n’était « pas une façon de négocier ».-La Première ministre Elisabeth Borne a par ailleurs réuni lundi soir quatre ministres pour « faire le point sur l’état des discussions » entre les entreprises et les syndicats. -Du côté d’Esso-ExxonMobil, ses deux raffineries de Notre-Dame-de-Gravenchon (nord-ouest) et de Fos-sur-Mer (sud) étaient toujours à l’arrêt, les grévistes CGT ayant également décidé lundi de reconduire la grève.