«Il n’y aura pas de vague massive de faillites»


VIDÉO – Invité du Talk Le Figaro, dans le cadre du Big Bang des entreprises, le ministre reste confiant sur la reprise économique.

En cette période de déconfinement, un vent d’optimisme se fait sentir dans les déclarations des ministres de Bercy. Est-il exagéré, alors que l’Insee vient d’annoncer un recul du PIB au premier trimestre? «Non, il est raisonnable. Les chiffres sont là : l’investissement et la consommation redémarrent. Je table sur un retour au niveau d’activité d’avant-crise au premier trimestre 2022. a répondu hier, Bruno Le Maire, invité du «Talk LeFigaro», dans le cadre du Big Bang des entreprises.

La France attend encore son rebond économique

Et cela tient, a redit le ministre de l’Économie, à la politique menée pendant la crise. «Nous avons protégé les entreprises pendant toute cette période, donc elles peuvent repartir rapidement, les compétences et les lignes de production n’étant pas perdues. C’était le bon choix économique». D’autant que. 35 milliards d’euros sur les 100 milliards de la relance sont d’ores et déjà décaissés -5,6 milliards d’argent européen étant attendu pour fin juillet. Dans ce contexte, Bruno Le Maire ne voit pas venir de vague massive de faillites. «Je ne crois pas à cette hypothèse-là», a-t-il insisté, soulignant qu’il existe désormais un dispositif d’accompagnement pour les entreprises. «Il n’est pas question pour autant de sauver celles qui n’étaient pas viables économiquement, qui ne fonctionnaient pas bien auparavant. L’argent du contribuable doit aller à des entreprises qui peuvent se redresser.»

France : la croissance de l’activité du secteur privé accélère en mai

Ne pas casser la croissance

Cet argent dépensé.4 % du PIB cette année et la dette à plus de 117 %, les Français s’interrogent jour après jour sur la manière de le rembourser. «Il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Nous avions amélioré la situation des finances publiques au début du quinquennat; nous saurons revenir à une politique d’assainissement. Mais il ne faut pas le faire trop tôt, sinon, ça va casser la croissance», a-t-il voulu rassurer, sans entrer dans les détails…

«Il y aura un nouveau chat à Bercy prochainement», annonce Bruno Le Maire après le décès d’Olive – Regarder sur Figaro Live

Dans le cadre de la campagne présidentielle qui se profile, et au lendemain de cette crise, «nous devrons aussi tirer des conclusions sur le rôle de l’État ; c’est un débat que nous devons avoir», a en outre indiqué le ministre. L’autre débat que souhaite Bruno Le Maire depuis de nombreux mois déjà, porte sur les retraites: «Le moment venu, il faudra une réforme qui s’inscrira dans une augmentation du volume de travail français, pour que nos enfants et nos petits-enfants aient le même niveau de vie que le nôtre.» Et pour lui, le plus vite serait le mieux…