INFO LA DEPECHE. Un cas de variant indien en Lot-et-Garonne ?


Pour l’heure. Une chose est certaine, un cas suspect de Covid-19 a bien été détecté en Lot-et-Garonne, mais des analyses plus poussées sont en cours pour déterminer de quel variant il s’agit.

Jusqu’alors 17 pays ont déjà été touchés par des cas de variants indiens. En France, hormis les passagers en transit à l’aéroport de Roissy à la mi-avril, avant de regagner la Belgique, aucun cas précis de ce variant si redouté n’a encore été réellement détecté. Pour autant, tous les services virologie de France sont, bien évidemment, en alerte, pour pister les cas suspects. L’un de ces cas suspects de Covid-19 concerne le Lot-et-Garonne, qui pourrait devenir le premier département français touché par un cas de variant indien si les analyses plus poussées le confirment. Pour l’heure, tous les services de l’Etat que l’on a pu contacter sur le sujet conservent la plus grande prudence.

« Des informations pas assez fiables pour l’instant », pour l’ARS de Nouvelle-Aquitaine

Interrogée, l’Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine n’a d’ailleurs pas souhaité répondre verbalement à nos questions ce mercredi en fin d’après-midi. Elle s’est toutefois fendue d’un message écrit par le biais de son service communication : « On ne va pas communiquer ce soir. Les informations ne sont pas assez fiables pour l’instant, mais nous vous tenons informé dès que nous aurons l’assurance de l’identification de ces cas ». Nous avons également posé la question au directeur de cabinet du préfet de Lot-et-Garonne, Jean-Philippe Dargent, qui nous a répondu  : « Il y a bien un sujet. il doit y avoir des analyses plus précises. Elles sont en cours. Pour le moment, il n’y a aucune certitude. »

Des séquençages en cours au CHU de Toulouse

À Toulouse, où les séquençages des échantillons sont réalisés en vue d’identifier de potentiels variants, on se montre également très prudents, tout en confirmant qu’au moins un cas suspect est à l’étude. « Les analyses sont en cours, nous confirme-t-on, tout comme l’enquête épidémiologique. » « Il convient de rester prudents, les résultats seront connus dans les prochains jours », enchérit le Pr. Jacques Izopet, responsable du pôle biologie et chef du service de virologie du CHU de Toulouse. Nul doute que si ce cas de variant indien était avéré, l’Etat prendra toutes les mesures pour tracer au plus vite les déplacements récents de son porteur et communiquer autour de ce sujet et de ses possibles cas contacts, mais on n’en est pas encore là.