Josep Borrell : la position de l'UE sur le Sahara occidental est "connue et inchangée"


Advertisement

Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l’Union européenne, a déclaré que la position de l’UE sur la question de la décolonisation au Sahara occidental « est connue et n’a pas changé », soulignant son soutien aux efforts de suivi du processus politique dans la région.

En réponse à une question au Parlement européen, Borrell a souligné que « l’Union européenne soutient pleinement les efforts du secrétaire général des Nations unies et de son envoyé personnel, Staffan de Mistura, pour poursuivre le processus politique visant à parvenir à une solution juste et réaliste , solution politique pratique, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara Occidental. »

Le responsable européen a déclaré qu’une solution à la question du Sahara occidental doit être basée  sur une « solution de compromis, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Borrell a également déclaré que l’UE « est en contact régulier avec l’envoyé personnel et est prête à soutenir ses efforts pour relancer le processus de négociation ».

El Pais : les partenaires européens de l’Espagne affluent en Algérie

20 juin 2022 : L’Union européenne, comme l’Italie, l’Allemagne, et dans une moindre mesure la France, cherche à profiter des relations tendues entre l’Algérie et l’Espagne, pour remplacer Madrid comme partenaire stratégique dans le domaine de l’approvisionnement en gaz.

Cela ressort d’un rapport du journal espagnol « El Pais » intitulé : « Partenaires européens en concurrence, pour combler le fossé laissé par la crise entre l’Espagne et l’Algérie ».

A l’heure où les pays européens tentent de s’affranchir de la dépendance vis-à-vis de la Russie dans le domaine énergétique, l’Algérie est l’alternative la plus proche.

Mais la crise entre l’Algérie et Madrid, suite au revirement de position de cette dernière sur la question de la décolonisation au Sahara arabe, a créé un vide que de nombreux « partenaires concurrents » sur le marché de l’énergie s’apprêtent à combler, indique le journal.

Pour l’Italie, l’Algérie est la solution

Mais Rome s’efforce néanmoins de réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie, qui fournit environ 40 % de ses besoins annuels.

Bien qu’elle ait conclu des accords avec d’autres pays, comme la République démocratique du Congo, le Qatar et l’Angola, la solution algérienne est la plus faisable, la plus rapide et la plus efficace.

El País confirme ce fait, se référant aux infrastructures disponibles en Algérie, pour transporter d’importantes quantités de gaz naturel vers l’Europe.

La France regarde la crise avec une distance « réfléchie »

Comme le rapport « El Pais » mentionne la France, il dit qu’il « observe la crise entre l’Espagne et l’Algérie avec une distance étudiée ».

« Paris a évité de prendre parti en public et s’est contenté d’exprimer son souhait que Madrid et l’Algérie résolvent leurs différends par le dialogue. »

Lundi dernier, la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, s’est entretenue par téléphone avec son homologue algérien, Ramtane Lamamra, et les deux parties ont discuté de la crise avec l’Espagne, selon El Pais.

Selon un communiqué du ministère français des Affaires étrangères, le ministre Colonna a souligné le profond attachement de la France aux bonnes relations avec ses partenaires méditerranéens et ses voisins de la rive sud de la mer.

L’Allemagne est cliente du gaz algérien dans deux ans

Quant à l’Allemagne, elle ne figurait que récemment parmi les clients les plus importants du gaz algérien. Cependant, quelque chose est en train de changer, dit El Pais.

La vice-ministre allemande des Affaires étrangères, Katja Kohl, s’est rendue à Alger cette semaine, au milieu d’une crise diplomatique entre le pays du Maghreb et l’Espagne.

Berlin entretient de bonnes relations politiques avec l’Algérie et de forts intérêts dans le secteur des énergies renouvelables. Notamment la filière de l’hydrogène vert, que le gouvernement du social-démocrate Olaf Scholz s’est engagé à développer comme ressource énergétique alternative.

Cependant, Berlin comprend que l’hydrogène vert n’est pas une alternative à court terme à sa dépendance au gaz russe, dont elle cherche à se libérer au plus vite.

Ainsi, le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck, a annoncé, lors d’une rencontre avec des hommes d’affaires de son pays, début mai.

Journal espagnol : Le droit international est du côté de l’Algérie dans son différend avec l’Espagne

Le 16 juin 2022, citant des experts espagnols en droit international, le journal espagnol « Publico » soulignait à quel point le droit international sera du côté de l’Algérie dans son différend politique avec Madrid.

Après les violations commises par le gouvernement Sanchez, à la suite d’un changement de position sur la question de la décolonisation au Sahara Occidental, la réponse de l’Algérie était conforme à ce qu’exigent les conventions internationales, selon les experts.

Selon ce que le journal a cité de l’Association espagnole des professeurs de droit international, ce que le gouvernement espagnol a fait implique plusieurs violations  :

  • Madrid s’est soustrait à sa responsabilité internationale, en tant que puissance administrante du territoire du Sahara occidental.
  • Non-respect du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, conformément aux résolutions des Nations unies.
  • Ne pas s’engager à organiser un référendum d’autodétermination, en soutenant la proposition marocaine d’accorder l’autonomie aux Sahraouis.
  • Ignorer les violations des droits de l’homme commises par le régime marocain dans les terres sahariennes.

« Lorsqu’un État viole une norme qui fait partie intégrante du droit international, comme le droit des peuples à l’autodétermination.

 La réponse à cette violation devient la responsabilité de chaque État de la communauté internationale.

C’est ce qu’a fait l’Algérie, ajoute le journal espagnol. Car « la violation flagrante du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination par l’Espagne, oblige tous les Etats à exiger qu’ils reviennent à la légitimité ».

Le journal a souligné que les mesures prises par les autorités algériennes en réponse à l’évolution de la position espagnole sur la question sahraouie s’inscrivaient dans le cadre des « contre-mesures » que tous les pays doivent suivre pour contraindre les pays contrevenants à respecter les chartes.

« Ce droit et ce devoir ont été mis en œuvre par le gouvernement algérien, dans le strict respect du droit international.

 comme une obligation de répondre à la grave violation de l’Espagne.

« Étant donné que l’Espagne n’a pas répondu aux demandes de retour à la légitimité de l’Algérie, la suspension du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec Madrid est une contre-mesure légale, dans la mesure où elle est nécessaire et attendue « , ajoutent des sources de Publico.

.