Les 35 ressources pédagogiques de la semaine (du 2 au 9 juillet 2021)


Déjà la rentrée dans le Café mensuel 196 ?

Comment se prépare la rentrée ? Le Café mensuel l’annonce en même temps qu’il fait le bilan d’une fin d’année chaotique. Il est question des réformes (maternelle, direction d’école, bac et lycée) mais aussi des fins d’année heureuses des enseignants qui, malgré tout, inventent et explorent.

     

 

Cyberharcèlement : Quand Eric Debarbieux fait la leçon au Sénat.

« Vous êtes dans un projet politique. Votre vision est pédagogiste ».

Eric Debarbieux, ancien délégué ministériel (sous la droite et sous la gauche !) à la lutte contre la violence scolaire, a irrité la droite sénatoriale qui s’est exprimée par la voix de Jacques Grosperrin (LR). C’est qu’interrogé sur le harcèlement, Eric Debarbieux a montré que le problème ne se limitait pas aux élèves mais qu’il concerne notre conception de l’enseignement. Et que les politiques par leur comportement ont leur responsabilité dans le comportement des élèves.

     

 

Agnès Florin : Le Covid va laisser une trace durable

La longue crise sanitaire que nous avons vécu va t-elle laisser des traces chez les élèves ? De nombreux enseignants parlent déjà d’une « génération covid » qui aurait perdu des repères dans le travail scolaire mais aussi dans la façon d’être à l’école ou au collège. Est ce vraiment établi ? Nous avons demandé à Agnès Florin (CREN , Nantes), qui va bientôt publier une enquête sur les effets du covid sur les collégiens, de dévoiler quelques éléments de ce travail.

     

 

Bruno Devauchelle : Pour une fin d’année numérique

Que la crise sanitaire se prolonge ou pas, l’école et la société vont être marquées par cette nouvelle configuration, faite d’incertitude et de remise en cause de l’existant.

Pour y faire face, il a fallu que chacun transforme ses habitudes, acceptant les contraintes et développant de nouvelles compétences. Dans l’enseignement si le numérique s’est imposé comme moyen, c’est la question pédagogique qui a en réalité été questionnée. C’est en particulier la capacité d’ingénierie pédagogique de chacun des enseignants et personnels de l’Éducation Nationale.

Or, force est de reconnaître qu’il y a eu d’abord des hésitations, des tâtonnements et surtout une difficulté face à l’inattendu. Bien sûr, la mise en avant des moyens techniques numériques par le ministère a été, au départ, porteur d’espoir, mais rapidement de désillusion : techniquement, il y avait encore beaucoup à faire. Mais surtout le ministère et les cadres intermédiaires n’avaient surtout pas envisagé les évolutions pédagogiques nécessaires pour permettre à tous les élèves et étudiants de passer le cap.

     

 

Bruno Devauchelle : Les vacances, le numérique et l’école

Les vacances sont encore plus inégalitaires que les périodes scolaires, c’est ce qu’en disent les chercheurs qui se penchent sur cette période de l’année pendant laquelle l’école est « absente » de l’espace social.

Le rituel de la rupture est d’autant plus important pour les enfants et leurs parents qu’il est aussi largement soutenu par les enseignants et plus largement par l’institution scolaire. En proposant des « vacances apprenantes », le ministère tente de colmater cette brèche dans le principe de l’égalité porté par l’école. Il faut reconnaître qu’historiquement l’été était aussi celui des travaux des champs et celui des colonies de vacances et autres centres aérés.

C’est en 1985 qu’une question émerge dans l’espace social et celui de la recherche : Les temps de loisirs peuvent-ils être formateurs ? Peut-on utiliser les vacances ou les lieux de vacances pour aborder l’informatique ?

     

 

Les programmes d’arts et histoire des arts au BO

Le BO du 1er juillet publie les programmes limitatifs de terminale pour l’histoire des arts, les arts, la musique (spécialité et option), les arts du cirque, le théatre (spécialité et option) pour 2021-2022 et 2022-2023.

     

 

Meirieu : Eduquer à la démocratie

sans jamais sacrifier l’une des deux dimensions. Mais cela ne signifie pas qu’il faille faire de l’école une « institution démocratique » au sens politique du terme. Les enfants ne sont pas des citoyens, et supposer qu’ils le sont déjà est le meilleur moyen de les empêcher de le devenir. Il ne peut être question de singer, à l’école, un fonctionnement démocratique qui s’avèrera toujours une imposture : soit parce que l’adulte récupèrera en séduction ce qu’il a abandonné en contrainte, soit parce qu’il sera contraint de reprendre le pouvoir dès que la « démocratie enfantine » menacera l’exercice de son autorité.

La formation à la démocratie à l’école doit donc s’effectuer dans le cadre de ce qui constitue sa mission : la transmission des savoirs. C’est pourquoi je ne considère nullement comme formatrice une école qui transmet en assujettissant au mimétisme concurrentiel, même si elle ménage, à côté, quelques parenthèses « démocratiques ». Toute autre est la proposition des pédagogies coopératives : on y apprend à « penser par soi-même » et à « construire du commun » dans les activités scolaires elles-mêmes, et l’on met en place un « conseil d’élèves » où, sous la responsabilité du maître qui en fixe le cadre et en régule le fonctionnement, ce qui se vit en classe peut être réfléchi et débattu pour aller vers toujours plus de lucidité et de solidarité ».

     

 

La Grande lessive revient le 14 octobre

C’est surtout l’occasion pour un collectif scolaire de se retrouver dans une oeuvre artistique commune  accessible à tous : le jour de grande lessive chacun peut afficher son oeuvre sur le fil commun de la grande lessive

     

 

Devoirs faits : Des difficultés de transmission

Comment se passe la transmission des informations entre les travaux donnés par l’enseignant et leur réception dans le cadre du dispositif Devoirs faits ? Christine Félix et Jean-Claude Mouton (université Aix Marseille) on étudié cela pour l’IFé. Ils montrent que les consignes et le maniement des outils, comme l’agenda de l’ENT posent problème.

     

 

Territoires en éducation : Le colloque AREF

de légitimité, tant au niveau national qu’international. Enfin, le troisième axe a porté sur le territoire comme ensemble structure? d’espaces de cheminement, en lien avec les savoirs, l’apprentissage, l’emploi, le politique et appréhendé en tant qu’espace (étendue, temporalité?, ou espace socio-culturel, réel ou virtuel) ».

     

 

 

L’HEBDO PREMIER DEGRE

Thierry Leutreau : Des éducations alternatives en zone rurale ?

Entre instruction en famille et nouvelles écoles, dans le Morvan, une région du rural profond, de nouvelles pratiques éducatives se développent.

Thierry Leutreau, ancien professeur des écoles (pendant 18 ans) et président de la Coopérative des savoirs de 2014 à 2019, tente un point avec Philippe Bongrand et Françoise Carraud (Université Cergy). Il a été à l’initiative d’un groupe sur les « Modes d’instruction » qui a organisé une journée d’études en 2019. Les actes de ces journées sont édités.

     

 

Maternelle : Emplois du temps

La question de l’emploi du temps va arriver plus vite que vous le croyez. Christine Lemoine propose sur Maternailes un emploi du temps interactif pour construire ses journées. Elle aborde les questions de la sieste, des récréations, de l gestion du groupe classe de la petite section à la grande.

     

 

Les cahiers de vacances de Marseille

L’équipe des CPC Rep+ de Marseille publie de magnifiques cahiers de vacances pour la maternelle et le cycle 2. En maternelle je dessine, j’écoute des histoires, je fais du yoga, je me déguise. Toutes ces activités sont sonorisées.

En cycle 2 aussi je m’amuse à la maison.

     

 

Les cahiers de vacances de La Réunion

« L’Académie de la Réunion propose à tous les élèves qui le souhaitent, la deuxième édition du carnet de vacances, avec des activités ludiques de la maternelle au CM2. L’objectif principal commun étant la remobilisation des savoirs, le renforcement des acquis, la culture, le sport et le développement durable.

 » Edités en 2020, ces cahiers sont toujours utiles.

     

 

 

Documentation

EMI : Un rapport demande une heure hebdomadaire pour l’EMI au collège

Une demi heure à une heure hebdomadaire au collège pour un module sur l’EMI : c’est la principale recommandation du rapport « Renforcer l’éducation aux médias et à l’information (EMI) et la citoyenneté numérique », remis par Serge Barbet, directeur du Clemi et un groupe d’experts au ministre. Une recommandation très lourde pour un rapport très léger (20 pages !) qui apporte peu d’arguments à ses propositions.

     

 

Pix analysé par les professeurs documentalistes

« Globalement, l’outil PIX jouit d’un regard particulièrement positif de la part des enseignants et autres personnels qui ont répondu à l’enquête », écrit l’Apden qui a mené une consultation auprès de 1000 enseignants dont 85% de professeurs documentalistes. « Certes, il est probable que pour cette première enquête, sur un sujet encore neuf, ce soit surtout des personnels motivés qui aient répondu. Tout de même, du fait notamment d’une diffusion large auprès des professeur.

e.s documentalistes, on constate une approche positive significative, cette approche n’empêchant pas, loin de là, les nuances et critiques. Le principe d’une évaluation des compétences numériques par un tel outil est globalement accepté, mais avec l’idée que PIX évalue, et ne peut évaluer, que des savoir-faire, bien davantage que des savoirs.

La considération de PIX comme outil d’apprentissage ne fait pas consensus ».

     

 

 

L’HEBDO LETTRES

Thibault Lambert : Prof de français en classe coopérative

Comment favoriser au collège une démarche de coopération, de projet, d’autonomie ? Un bel exemple en est donné au collège Edouard Vaillant à Gennevilliers avec la « 4èCINC » : une 4ème conçue par toute l’équipe enseignante comme une « Classe Inclusive Numérique et Coopérative » pour répondre aux besoins pluriels d’élèves multilingues. Thibault Lambert y enseigne le français et nous en éclaire le fonctionnement : le travail de coordination entre collègues, l’évaluation par missions, les projets particuliers menés autour des « Misérables » ou du « laboratoire des cas de conscience » …

     

 

Créer : à partir de tableaux à Orthez

haïkus, « valises sensorielles ». dessin animé, créations picturales, bibliothèque d’œuvres dont certains tableaux de Laurel Holloman pourraient constituer des couvertures,  fausses émissions de télé … A la rentrée 2021, les travaux des élèves seront exposés à la médiathèque d’Orthez : on peut d’ores et déjà en visiter une présentation virtuelle grâce à l’application Artsteps.

     

 

Argumenter : à l’écoute de la nature à Meaux

Sommes-nous sourds aux appels de la nature ? C’est la question que se sont posée les 2ndes d’Anne-Laure Favier au lycée Jean Vilar à Meaux. Au programme de la séquence : étude de bandes-annonces de films argumentatifs, lecture de la nouvelle d’Alphonse Daudet « Wood’stown », écriture à partir du court-métrage « Wrapped » d’un discours donnant la parole à la nature ou à la ville, analyse d’un discours de Severn prononcé lors du Sommet de Rio de Janeiro, rédaction de paragraphes argumentatifs …

     

 

Lire : brigade de critiques littéraires à Bruay

Au lycée Carnot à Bruay-la-Buissière, les élèves ont décerné comme chaque année le « Prix littéraire Carnot 2021 ». Au fil des mois,  les élèves ont fait vivre leurs lectures d’ouvrages autour du thème « Richesse et pauvreté » de Gaudé à Zola en passant par Fitzgerald ou Elitza Gueorguieva : ils ont réalisé et partagé en ligne des critiques écrites et des critiques vidéo originales.

Pour clore l’année, ils ont même constitué des brigades littéraires pour partager leurs coups de cœur dans différentes classes du lycée. 

     

 

 

L’HEBDO SCIENCES

Claire Lommé : Mathématiques estivales

Il nous faut recharger nos batteries, nous reposer, récupérer, pour pouvoir repartir vers et à côté de tous ces jeunes. Et moi, pour ça, je vais faire des maths ».

Le bilan de cette année particulièrement éprouvante se transforme, pour Claire Lommé, dans la perspective de nouveaux projets. à la rencontre des matheux !

     

 

Thibault Brément : Des collégiens en stage de survie

Etre en contact direct avec la nature, c’est du concret pour ces collégiens de 3ème partis en forêt deux jours vivre une forte cohésion de groupe. Thibault Brément, professeur de SVT au collège Gérard Philipe de Froissy (60) a lancé ce projet hors du commun avec 44 élèves de 3ème volontaires. Au programme de ce Koh Lanta pédagogique : production de feu, conception d’un abri, orientation par les étoiles ou de la boussole mais aussi purification de l’eau et repas d’orties, d’achillée millefeuille ou de limaces.

« Un certain nombre d’élèves se sont révélés durant ce stage : disparition de vulgarité, prises d’initiative, communication plus spontané », relève l’enseignant aussi sapeur pompier volontaire. Ouf !

     

 

Un calendrier pour les maths

A chaque jour suffisent ses maths. Le site de Nantes propose un calendrier qui associe une référence mathématique à chaque jour de l’année.

Le 6 juillet c’est la fête à Ronald Graham qui a effectué d’importants travaux sur la théorie de l’ordonnancement, la géométrie algorithmique, la théorie de Ramsey et les suites quasi-aléatoires.

     

 

SVT et éco délégués

« Comment permettre aux élèves, notamment les écodélégués, de réaliser un diagnostic ou de mettre en œuvre des actions autour de la préservation des écosystèmes dans et autour de leur établissement ? » Le site de Versailles propose un scénario en troisième sur le vivant et son évolution à propos des fossiles.

     

 

 

L’HEBDO SCIENCES HUMAINES

Alain Dalongeville : 5 changements pour réussir sa classe

« On part du constat de la souffrance des professeurs et du sentiment de ne pas y arriver.

Et on propose 5 petites transformations ». Comment améliorer son enseignement en histoire-géo ? Professeur d’histoire-géographie en France, Alain Dalongeville propose, avec son collège québécois Marc André Ethier, 5 changements clés capables de changer le rapport des élèves aux savoirs disciplinaires et d’améliorer la réussite des élèves et le plaisir des enseignants. 5 changements à introduire par étape ou pas, totalement ou pas, mais qui font réfléchir sur l’enseignement de l’histoire et de la géographie.

Un petit livre agrémenté de nombreuses fiches pratiques. Alain Dalongeville explique sa démarche.

     

 

Histoire : Le monopoly des chateaux forts

Etudier les châteaux forts à la manière d ‘un monopoly c’est ce que réussit à faire Gabriel Feliu, professeur d’histoire géo au collège Cressot de Joinville en Haute-Marne avec Olivier Thomas, professeur de technologie.

« Vous incarnez deux jeunes chevaliers , tout juste adoubés. En tant que vassaux du seigneur de Joinville, vous lui devez conseil. Aidez- le à reconstituer les principaux éléments architecturaux qui seront nécessaires à la construction du château d’En Haut de Joinville.

Pour ce faire, retrouvez et réunissez le maximum de cartes d’éléments d’architecture du château. »

     

 

Enseigner le changement global en 5ème

C’est une sequence complète que propose Richard Cartigny, professeur au collège A de Garlande à Roissy-en-Brie. « Ce thème doit permettre aux élèves d’aborder la question du changement global (changement climatique, urbanisation généralisée, déforestation…).

Il permet d’appréhender quelques questions élémentaires liées à la vulnérabilité et à la résilience des sociétés face aux risques, qu’ils soient industriels, technologiques ou liés à ce changement global. Ce thème est étudié en remobilisant les acquis des élèves construits durant le programme de géographie du cycle 3. Il est particulièrement adapté à la démarche prospective.

 »

     

 

Comment devient-on raciste ?

Sous ce titre un peu bizarre, la Ligue de l’enseignement propose un guide d’accompagnement à l’usage des éducateurs. Il propose des ressources bibliographiques pour les adolescents, des sites, des chansons, des témoignages pour ne pas devenir raciste.

     

 

Germain Filoche : Des séries pour enseigner la décolonisation

Peut-on étudier la colonisation et la décolonisation en lycée professionnel, là où un grand nombre d’élèves viennent d’anciennes colonies ? Pour Gérard Filoche, professeur au lycée professionnel Costes de Bobigny, la réponse est positive.

Pour lui, « les séries rendent vivante la mémoire » et « c’est une démarche  citoyenne que d’apprendre aux élèves à décoder les démarches des auteurs des séries ».

     

 

Histoire : Un jeu sérieux sur la résistance

Ce jeu sérieux réalisé par Thomas Rousseau, professeur d’histoire-géo dans l’académie de Poitiers, amène les élèves de 3ème à incarner un résistant. Ils découvrent les missions de la Résistance à travers des documents d’époque.

     

 

Géo : Construire un jeu de cartes sur l’habiter en 6ème

ce qui dans ce type de projet n’est jamais superflu), identifier et s’approprier les contenus qui seront le coeur du jeu, prévoir et rédiger des règles, concevoir et produire le matériel de jeu, tester l’ensemble… Le tout dans une démarche coopérative. Bref, ce n’est pas une sinécure et c’est extrêmement formateur », explique le réseau Ludus qui fat connaitre ce jeu.

     

 

 

L’HEBDO LANGUES

Julien Pastre : L’espagnol contre le confinement

« Imaginer des espaces du vivre ensemble où les gens peuvent se rencontrer c’est particulièrement nécessaire en temps de confinement ».

Professeur au lycée Bellevue de Saintes, Julien Pastre a demandé à ses élèves de 2de d’imaginer leur ville idéale. ET ce qui en ressort c’est le besoin de convivialité.

     

 

Allemand : Un projet interdisciplinaire

« Prends ta planète en main ».

Sous ce titre des élèves de 3ème du collège G Sand de La Châtre (36) ont échangé à distance avec des collégiens de Duisburg sur l’environnement et sa défense. Particularité du projet : engager à coté de l’allemand, les professeurs de maths, notamment pour la réalisation de sondages, de français, pour des poésies, et SVT, travail sur les énergie srenouvelables.

     

 

Allemand : Des films et des séries pour les élèves

« Nailed it Germany », « Wolkenbruchs wunderliche Reise in die Arme einer Schickse », « Deutschland 86 » , voilà quelques unes des séries qui sont proposées par le site académique de Versailles pour entretenir son allemand durant les vacances.

     

 

Textfromtospeech

Comme son nom l’indique, Textfromtospeech est une application qui transforme un fichier audio ou un son saisi au microphone en un texte dans plusieurs langues.  » J’ai testé le site avec la fonction dictée en allemand et en français, le résultat est bluffant. Je l’ai utilisé pour ne pas avoir à taper une rédaction d’une élève que je souhaitais mettre à la disposition des autres élèves.

L’orthographe est parfaite. En allemand, les majuscules sont bien respectées pour les noms. Pour la ponctuation, il faut la dicter.

Je ne l’ai pas fait dans un premier temps, ce qui demande donc à placer la ponctuation pour séparer les phrases. Le texte dicté peut être copié, imprimé, enregistré en format txt ou envoyé par mail », écrit K Goldmann sur le site de Versailles. Mais l’application fonctionne aussi en espagnol, anglais, italien, russe etc.