L’invité – Vote électronique : une nécessité pour la Suisse


  OpinionPatrick Joset – Groupement romand de l’informatique (GRI)Publié aujourd’hui à 08h30«A voté !» Cette formule, bien désuète à nos yeux d’Helvètes, résonnait voilà quelques semaines dans toutes les communes de France à l’occasion de leur scrutin présidentiel. le vote électronique est-il souhaitable pour notre pays,?Un habitant du bout du lac me disait dernièrement: «Les Genevoises et Genevois ont pu voter par voie électronique pendant près de dix ans, avant son abandon en 2019. Eux qui ont vu leurs parents voter depuis leur écran de PC? À l’heure où les décisions des assemblées générales des sociétés «too big to fail» se font par voie électronique, est-il admissible de ne pas proposer ce canal pour nos futures votations cantonales et fédérales? C’est la question que le Groupement romand de l’informatique (GRI) a posée aux jeunes Suisses et Suissesses entre 18 et 35 ans dans le cadre d’un sondage en ligne. Les résultats sont sans appel :; plus de 75% ont répondu oui à la question : «Connaissez-vous des jeunes qui voteraient davantage si le vote électronique était généralisé?»Le vote électronique contribuerait donc à la démocratie semi-directe en Suisse. Les sondages et études récentes montrent que les jeunes – et les moins jeunes – sont très largement favorables à la possibilité de voter numériquement. Et la Confédération n’y est pas insensible, elle qui a demandé en date du 18 juin 2019 à la Chancellerie fédérale de «mettre en place une phase d’essai stable reposant sur des systèmes de vote électronique offrant la vérifiabilité complète». Le dernier communiqué de presse date du mois d’avril 2022 : on y lit que «le Conseil fédéral a décidé d’ouvrir la procédure de consultation consacrée à la restructuration de la phase d’essai du vote électronique». Chi va piano… Mais force est de constater que le rythme du projet est bien trop lent: le plan actuel ne prévoit même pas de date de fin pour cette phase d’essai. Avec le risque qu’il ne soit jamais transformé ! On dispose pourtant dans ce pays de nombreuses compétences et expériences sur ce sujet: systèmes de e-voting développés par La Poste et par Genève. etc. En l’occurrence, c’est le perfectionnisme typiquement suisse et notre fédéralisme qui nous jouent des tours. Pour paraphraser Alain Berset, en matière de généralisation du vote électronique en Suisse «il faut agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que la sécurité l’exige».Groupement romand de l’informatique (GRI)Publié aujourd’hui à 08h30Vous avez trouvé une erreur?Merci de nous la signaler.0 commentaires