Lyon  : la Ville convertit sa flotte au vert pour s'adapter à la Zone à Faibles Emissions


Lyon fut la première collectivité locale à acheter une Zoé électrique, du temps de Gérard Collomb en 2013. Aujourd’hui. où sont aussi réparés chariots motorisés, disqueuses, ou débroussailleuses, les voitures sont déjà toutes compatibles avec le durcissement de la ZFE , qui ne tolérera plus que les CritAir 0 ou 1. Hormis 54 modèles électriques, la flotte est majoritairement composée d’essences récentes.

« Le programme de suppression des motorisations thermiques sur les véhicules légers attendra le mandat suivant », reconnaît Grégory Doucet. Car il y a plus urgent. Il reste 166 engins utilitaires roulant au diesel, essentiellement des fourgons pour espaces verts et des camions outils, bennes, nacelles, etc.

« Leur remplacement par des motorisations au GNV est la priorité du mandat, à raison de huit à neuf achats par an », dit le maire EELV, qui a prévu un budget de 15 millions d’euros.Pour « franchir le mur de l’investissement ». « avec un système de réservations ». Ils roulent assez peu, moins de 5.

000 kilomètres par an.

Véhicules polluants aux enchères

L’élu propose aussi de remplacer « quand cela est possible » une voiture par un vélo cargo électrique. La mairie du premier arrondissement s’est récemment débarrassée d’un Kangoo diesel pour un triporteur.

, dont il se dit « très satisfait avec 100 kg de charge et 50 km d’autonomie ». Un programme de formation sera proposé au personnel souhaitant se déplacer à vélo quand leur mission ne nécessite pas de chargement. Le nouvel exécutif a déjà acquis 41 bicyclettes à assistance électrique et une trentaine de VTT.

pour la somme de 44.000 euros, ses engins CritAir 4 et 5  : « Au lieu de mettre au rebut des véhicules polluants et réduire la dette climatique, le maire préfère la délocaliser. C’est triste », taclent les conseillers d’opposition Pierre Oliver et Béatrice de Montille.