la Maison pour tous s’invite au débat


Pour un total d’un million d’euros, équivalent à 2023, le conseil municipal a voté à l’unanimité, jeudi 27 juin, les subventions 2024 aux maisons de quartiers (1). Lors de la soirée, l’élue socialiste Françoise Méry a abordé la situation de la Maison pour tous (MPT) de Châteauneuf.

Ex-pharmacie : la Ville pourrait racheter

Vu la fragilité des finances de la Ville, elle « suppose que la MPT ne verra pas de travaux – promis en 2017 – se réaliser encore cette année ». Elle demande aussi s’il est vrai que la collectivité envisage de racheter au centre social de Châteauneuf l’ancienne pharmacie Fossier.Sur ce dernier point, la première adjointe Maryse Lavrard et l’adjoint à la jeunesse Yasin Ergul répondent que rien n’est décidé mais que la Ville « s’autorise à y réfléchir », à la fois parce que l’immeuble est « très bien situé » et pour « aider indirectement » la MPT, qui est « en délicatesse financièrement », avec seulement « sept jours de fonds de roulement ». Ce qui fait dire au maire ceci : « L’achat de la pharmacie par la MPT (en 2021) a été un peu rapide… »

« Ne pas aller trop vite »

Sur la question de la rénovation des locaux du centre social de la rive gauche, quand bien même « le bâtiment est très vieillissant », Yasin Ergul préconise de « ne pas aller trop vite », alors qu’un programme de rénovation urbaine est dans les tuyaux pour Châteauneuf.Plus tard dans la soirée, c’est l’élu communiste Pierre Baraudon qui demande où en est le projet de relance d’un centre social à Ozon. Municipaliser ou déléguer à une structure sociale, et sous quel délai ?Rien n’est décidé, répond en substance la majorité Abelin. « Malheureusement, la Fédération des centres sociaux et l’Union des MJC de la Vienne nous ont informés qu’ils se retiraient de l’appel à projets », annonce Yasin Ergul. Lequel précise qu’Ozon FC « peut être un partenaire essentiel » dans le projet en cours d’élaboration avec les forces vives du quartier.

« Est-ce le rôle d’un club de foot ? »

« Malgré tout le travail produit par cette association, est-ce le rôle d’un club de foot ? » interroge l’élu du PCF. « Si des bénévoles sont prêts à s’investir, on est preneurs », oppose le maire.« À Ozon, il faut inventer autre chose qu’un centre social, qui fonctionne avec 80 à 90 % d’argent public, », suggère l’élu Renaissance David Simon. « Une telle structure ne peut être que publique », lui rétorque Pierre Baraudon.En attendant de trouver la formule, l’accueil de loisirs et le secteur jeunes, assumés depuis un an par la Ville (pour « 400.000 € ») perdureront « au-delà de 2024 ». Pour répondre à la forte demande, la capacité de l’accueil de loisirs va passer à 120 enfants dès cet été, contre 80 jusqu’ici.(1) 158.000 € au centre socioculturel des Minimes, 201.000 € à la Maison pour tous et 631.000 € (dont 365.000 € « maximum » au titre de la gestion du centre de loisirs, ex-accueil de loisirs municipal) à la MJC Horizons Sud.