Méfiez-vous de la berce du Caucase, cette grande plante aux fleurs blanches peut provoquer de graves brûlures


Cette plante dite « invasive » peut également provoquer des brûlures. Que sait-on de la berce du Caucase ? Comment la maîtriser ? On vous répond en cinq points.

C’est une plante qui peut provoquer des brûlures grave, et que l’on trouve en France, notamment en Franche-Comté. Alors comment reconnaître la berce du Caucase, et comment prévenir ses effets ? Comment maîtriser sa reproduction ? Nous avons posé ces questions à Laurent Rebillard, chargé de mission et responsable Santé du végétal au sein du réseau Fredon Bourgogne-Franche-Comté. 

Méfiez-vous de la berce du Caucase, cette grande plante aux fleurs blanches peut provoquer de graves brûlures

À quoi ressemble la berce du Caucase ?

La berce du Caucase est une plante venue d’Europe de l’Est, comme son nom l’indique. Le conservatoire botanique de Bourgogne Franche-Comté la décrit par ses « grandes ombelles [ensemble de petites fleurs groupées formant une coupole, une sphère, NDLR.] aux fleurs blanches ». Celle-ci est avant tout reconnaissable par sa taille. Le conservatoire du littoral indique qu’elle peut atteindre « 3 à 4 mètres de hauteur ». Ses tiges peuvent être « larges de 5-10 cm de diamètre à la base ». « Pour reconnaître une berce commune d’une berce du Caucase, cela sera avant tout par la taille, confirme Laurent Rebillard. Elle sera 2 à 3 fois plus grande. »

 Où trouve-t-on la berce du Caucase ?

Si l’Inventaire national du patrimoine naturel recense l’ensemble des signalements de la présence de cette plante, celle-ci est majoritairement décrite dans le nord et l’est de la France. Sa présence est confirmée dans différents endroits de la Franche-Comté. En cas de détection de la plante, Laurent Rebillard souligne la possibilité de déclarer sa présence. Il est possible d’envoyer un mail à l’adresse [email protected]

Celle-ci plébiscite les milieux humides, au sol frais, « mais elle peut être partout », souligne le responsable santé du végétal. Si son développement n’est pas intégralement répertorié en Franche-Comté, il estime que celle-ci est « de plus en plus présente » sur le territoire. 

Pourquoi cette plante inquiète-t-elle ?

La berce du Caucase est considérée comme « invasive ». « Sa semence, volante, peut très vite se propager », décrit Laurent Rebillard. Elle peut occuper jusqu’à 100 % d’une surface une fois installée « avec une concurrence nutritive et de lumière ». « Pour moi, oui, elle peut éroder la biodiversité », décrit Laurent Rebillard. Celle-ci avait été au départ importée « pour ses qualités ornementales ». 

 Quels peuvent être ses effets sur l’homme ? Comment les éviter ?

Pour l’homme, le fait de toucher la berce du Caucase peut provoquer des brûlures grave, et ce jusqu’à 48 heures après le contact. « En cas de contact avec la plante, on ne le sentira pas forcément sur le moment, mais cela pourra engendrer des cloques ou des brûlures les jours suivants », souligne le membre du réseau Fredon. « J’ai encore eu un signalement ce mardi, raconte l’intéressé. On aimerait que ce phénomène soit surveillé par l’Agence régionale de santé, afin que la vigilance soit systématique ».  

Comment éviter sa propagation ?

En cas de détection de la présence de la berce du Caucase, Laurent Rebillard indique qu’il faut d’abord signaler la présence de la plante (cf. l’adresse mail ci-dessus). « Le risque, c’est la non-gestion des sites où elle se trouve. On ne pourra pas revenir en arrière si elle est entièrement installée », détaille-t-il. Un signalement qui peut permettre de prévenir les publics ciblés : habitants, pêcheurs, chasseurs….. Il est par ailleurs recommandé de ne pas approcher ces plantes sans protection. 

Pour prévenir sa reproduction, il conseille d' »éviter le débroussaillage » et de préférer les enlever avec une fourche à bêcher. « C’est plus laborieux, mais c’est plus efficace », suggère-t-il.