Deux ministres au chevet de la crise du logement au Pays basque


Le brouillard n’aura pas eu raison de leur visite, bien qu’il l’aura significativement retardée. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, et Guillaume Kasbarian, ministre délégué en charge du Logement, étaient ce vendredi en visite à Biarritz, Anglet et Bayonne. Si dans la matinée, Bruno Le Maire a visité une boulangerie de Biarritz pour échanger avec des professionnels sur les questions liées à l’énergie, à l’apprentissage, au recrutement et aux dispositifs de soutien de l’État (PGE), c’est bien sur la question du logement que ce dernier était attendu l’après-midi.

Les deux ministres se sont rendus du côté d’Anglet, où ils ont visité ensemble le site de construction Erreka, un chantier innovant et mixte, mêlant logements sociaux pour les seniors, logements intermédiaires pour les classes moyennes, bails réels solidaires et logements privés. Pour Guillaume Kasbarian, il s’agit là d’« un site modèle en termes d’investissement et de mixité sociale ». Site qui devrait accueillir dans un futur proche, près de 109 foyers.

Deux ministres au chevet de la crise du logement au Pays basque

À cette occasion, les Ministres ont pu échanger avec différents acteurs du logement au Pays basque pour alimenter e contenu du futur projet de loi logement, tout en faisant des annonces concernant le reclassement de communes au titre du zonage ABC, toujours dans le but selon eux, de faciliter le développement de l’accession à la propriété et le logement locatif intermédiaire, une problématique ultrasensible sur la côte basque.

Élargissement des zones éligibles au prêt à taux 0

Ce qu’il faut surtout retenir de ces annonces, c’est que près de 800 nouvelles communes devraient permettre à leurs habitants d’accéder au prêt à taux 0 dans le neuf. « Nous annonçons en effet une extension du zonage, a confirmé Guillaume Kasbarian.

Le logement locatif intermédiaire est un beau produit, un produit qui permet de répondre aux classes moyennes ».

Quelques secondes, auparavant, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait assuré de « la mobilisation totale du gouvernement » sur la question de la crise du logement, symbolisée peut-être par cette double présence ministérielle sur le sujet dans un territoire touristique particulièrement touché. « Nous avons parfaitement conscience que cette crise pénalise beaucoup de jeunes qui veulent rentrer sur le marché du travail ainsi que beaucoup de personnes de la classe moyenne qui ne trouvent pas de logements, a-t-il déclaré.

Nous voulons une réponse rapide, massive et efficace » . Avant d’ajouter que « le gouvernement a déjà commencé à travailler sur un certain nombre de propositions », comme celle d’élargir les zones éligibles au prêt à taux 0, on l » a dit, mais aussi celles éligibles au prêt intermédiaire pour les classes moyennes.Bruno Le Maire a également profité de sa visite en terres basques pour préciser qu’il travaillait sur « des mesures de simplification » pour accélérer la construction.

« Tout cela doit nous permettre de répondre à cette crise du logement, crise particulièrement aiguë ici au Pays Basque, a-t-il expliqué. Je sais que tous les habitants ont énormément de mal à se loger et que ça crée beaucoup de tensions sociales. Nous sommes bien décidés à faire bloc, à nous retrousser les manches et à apporter des solutions concrètes ».

Bruno Le Maire a ensuite échangé avec des acteurs du logement pour alimenter le contenu du futur projet de loi logement.Pendant ce temps, Guillaume Kasbarian s’est rendu à l’invitation de Jean-René Etchegaray, maire de Bayonne, sur le chantier de l’îlot Hobetu à Bayonne. Un chantier de réhabilitation important, en plein cœur de la ville, qui permettra de créer 30 nouveaux logements.

Encourager la construction

Sur place, Guillaume Kasbarian a déclaré vouloir « lever les obstacles » pour aller plus vite dans la construction : « Nous voulons déverrouiller par tous les moyens possibles, ce qui aujourd’hui peut freiner la construction de l’offre dans notre pays ». L’enjeu est, selon lui, « d’avoir plus d’offres locatives et plus d’offres neuves, pour les Basques qui galèrent aujourd’hui à se loger ». « On veut donc encourager la construction pour pouvoir répondre à leur demande », a-t-il martelé.

Quant aux problèmes des locations saisonnières, le ministre a rappelé que la proposition de loi portée par les députés avait été adoptée à l’Assemblée nationale l’année dernière. Une loi qui donne des outils aux maires pour agir sur le sujet afin d’éviter une éviction du marché locatif traditionnel vers la location touristique. « On a besoin d’avoir les deux, estime Guillaume Kasbarian.

On doit avoir une offre touristique, mais on doit aussi avoir une offre locative. Il faut pour ça équilibrer les règles ». Le ministre a rappelé que cette proposition de loi « sera inscrite à l’agenda du Sénat dans les mois qui viennent ».

Il a affirmé également son soutien à la mesure compensatoire mise en place la communauté d’agglomération Pays Basque pour réguler les meublés touristiques.Guillaume Kasbarian a terminé en rappelant que la loi SRU (loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain) était « totalement maintenue », avant d’ajouter que personne au sein du gouvernement ne « voulait toucher ou déconstruire cette loi » comme ça a pu être annoncé ces derniers temps.Le ministre délégué chargé du Logement a également profité de sa visite pour démentir l’information concernant la suppression des APL.

« Non, aucune suppression n’est à l’ordre du jour et le Gouvernement n’a jamais engagé de réflexion sur un tel projet, a-t-il assuré. C’est une fausse information que je démens fermement ».