« Mon message est prudent avant les publications qui débutent », Chat


 Rémi Le Bailly : Bonjour à toutes et à tous. Très heureux de vous retrouver pour ce chat du lundi.
Le Cac 40 se distingue aujourd’hui puisqu’il est en légère hausse alors que les autres places européennes et Wall Street perdent du terrain. Le résultat du premier tour des élections présidentielles semble soulager les investisseurs, qui redoutaient un score plus serré entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, sachant que le premier des deux candidats est plus « pro-business » et donc apprécié des marchés que sa rivale.
Néanmoins, il me semble que la Bourse va un peu vite en besogne car, si le scénario le plus probable reste une réélection d’Emmanuel Macron, les scores s’annoncent serrés alors que les incertitudes sont fortes sur les reports des voix des autres candidats sur les deux finalistes.
Dedalar : Bonjour, est-ce bon moment pour investir sur le Cac 40, avant le début de la prochaine publication des chiffres du premier trimestre ? Vous attendez quoi d’ailleurs en la matière ? Merci.
C’est le bon moment pour poser la question. Les publications de résultats trimestriels débutent cette semaine aux Etats-Unis avec les annonces des banques à partir de mercredi. En France, LVMH demain puis Hermès et Publicis jeudi annonceront, eux, leurs chiffres d’affaires du premier trimestre. Je pense qu’il faut être prudent avant ces publications.
La dernière communication officielle des entreprises date de la publication des résultats semestriels en janvier, février, c’est-à-dire, dans la plupart des cas, avant le déclenchement de la guerre en Ukraine. Les économies mondiales étaient déjà perturbées par le retour de l’inflation mais cette problématique a pris une tout autre dimension avec l’attaque russe. On se retrouve dans une situation où l’inflation sera plus forte que prévue et la croissance sans doute moins élevée.
Dans ces conditions, je crains que les entreprises lancent des messages de prudence et que, dans la foulée, les analystes commencent à revoir à la baisse leurs prévisions de bénéfices, ce qui pèsera sur les cours de Bourse. A l’automne dernier, alors que l’inflation donnait ses signes de reprise avec la hausse des matières premières, on s’était déjà inquiété de la publication des résultats trimestriels. Ces publications avaient été très bonnes, les entreprises se montrant capables de répercuter les hausses de coûts.
J’ai peur que le scénario ne soit pas le même cette fois. Un contexte économique moins porteur et des hausses de coûts beaucoup plus fortes rendent l’équation beaucoup plus difficile à résoudre pour les entreprises.
En résumé, mais vous l’avez compris, mon message est prudent avant les publications qui débutent.
LAURENT : Bonjour Rémi, on vient d’apprendre que la Fed va lancer une baisse drastique de son bilan. Quelle incidence sur les marchés à six mois ? D’autres facteurs peuvent-ils les influencer aussi ? Merci.
Une autre question marché. J’ai parlé de l’inflation ci-dessus. Pour y faire face, les banques centrales, tout au moins la Fed, a commencé à utiliser l’arme des taux. Cela va durer avec de nombreux relèvements prévus, même si les taux nominaux restent et resteront très en dessous de l’inflation, ce qui signifie que les taux réels seront négatifs et même très négatifs.
L’autre arme, c’est la réduction du bilan des banques centrales. C’est-à-dire le contraire du Quantitative Easing, qui par les rachats d’actifs sur les marchés a soutenu les indices ces dernières années. A priori, cette réduction du bilan n’est pas une bonne chose pour les marchés même si elle est logique compte tenu des quantités astronomiques d’argent qui ont été versées.
Pour être digérée sans trop de heurts, cette réduction de la taille du bilan, qui passera par le non-réinvestissement d’obligations détenues par les banques centrales devra être progressif et bien expliqué. Cela va demander beaucoup de doigté et de pédagogie aux banques centrales.
Sylbo : Bonjour Monsieur, je pensais vendre Wordlline (vrai cata comme Atos) pour acheter Alten. Pensez-vous cela judicieux ? Mon portefeuille est équilibré. Merci.
Une question valeur maintenant. Vous dormirez mieux avec des titres Alten en portefeuille. Parmi les technologiques, Alten est une des sociétés les plus solides et régulières. Elle fait d’ailleurs partie de notre Investir 10 Valeurs Moyennes. Nous sommes également à l’achat de Worldline, mais c’est une star déchue au profil beaucoup plus risqué.
Nicolas : Bonjour Rémi, vous qui êtes le meilleur spécialiste du secteur automobile chez Investir, pouvez-vous nous indiquer votre avis sur le titre Aramis Group qui baisse beaucoup ces derniers temps. Bien à vous, Nicolas.
Vous me flattez… Mais c’est un compliment empoisonné car je me suis totalement « planté » sur cette société que j’ai conseillée à l’achat lors de l’introduction en Bourse et qui, depuis, connaît une descente aux enfers. Elle a perdu les trois quarts de sa valeur depuis l’entrée en Bourse. Entre Atos et Aramis, la Bourse n’aime pas les mousquetaires.
La société évolue sur un marché porteur, celui de la voiture d’occasion, qui est en train de s’industrialiser avec l’émergence de grands groupes internationaux, dont Aramis, qui investissent pour gagner des parts de marché, construire des centres de reconditionnement… Cela pèse sur la rentabilité. Autre problème, les sociétés comme Aramis ont plus de mal à s’approvisionner en véhicules d’occasion auprès des concessionnaires ou des loueurs car ceux-ci en ont moins à disposition avec le recul du marché du neuf.
Je continue à penser que la société, avec un marché porteur et une marque bien établie, dispose d’un beau potentiel à moyen terme. Mais les prochains mois peuvent être encore difficiles. Je vous conseille de garder vos actions.
did22 : Bonjour, est-il opportun de revenir à l’achat sur Saint-Gobain svp ? Quel objectif avez-vous sur cette action ? Je vous remercie. Cordialement.
Nous avons consacré un article à Saint-Gobain dans le dernier numéro de l’hebdo avec un conseil d’achat et un objectif de 77 euros. Le titre subit un mouvement de défiance vis-à-vis du secteur de la construction dans un contexte où les sociétés fortement émettrices de CO2 sont mal vues. Toutefois, les matériaux fabriqués par la société permettent de mieux isoler les bâtiments et donc les émissions.
Autre point, qui rejoint la première question de ce chat : la capacité de la société à répercuter ses hausses de coûts dans les prix de vente. Elle y est bien parvenue l’an dernier et le management a indiqué qu’il avait encore une marge de manoeuvre pour cette année. Nous restons donc confiants.
Contrariant : Je souhaite investir en parts de SCPI à l’intérieur d’un contrat d’assurance-vie. Quels sont les « bons » contrats d’assurance vie (via internet) qui seraient bien adaptés à cette stratégie d’investissement ? A défaut, quels sont les points importants à considérer pour sélectionner un tel contrat ?
La question de Contrariant de la semaine ! Une bonne question comme d’habitude. L’offre de SCPI des assurances-vie s’est étoffée ces dernières années. Parmi les contrats que nous apprécions de façon générale à Investir, Croissance Avenir d’Epargnissimo, Linxea Avenir de Linxea et M Retraite vie de Meilleurs Placements proposent un assez grand nombre de supports immobiliers.
Robi : Bonjour, quand verra-t-on le bout du tunnel pour les fonds H20 bloqués dont la valeur diminue ?
Je pense que vous parlez de la poche « illiquide ». La société ne donne aucune indication sur la date de l’éventuel remboursement de ces actifs. Sur la partie liquide des fonds, qui, heureusement, est majoritaire, les performances s’étaient améliorées en fin d’année dernière et au début de cette année. La crise ukrainienne a provoqué une forte volatilité ces derniers temps. Nous publierons prochainement un article sur ce sujet dans l’hebdomadaire.
Calimero : Bonjour M. Le Bailly. Tout d’abord, bravo et merci pour vos conseils de placement et vos éclairages toujours intéressants. Je souhaiterais investir dans les matières premières, plus particulièrement dans l’or et le cuivre. Pourriez-vous nous indiquer des ETF dans ces deux produits. Merci.
Il me semble avoir déjà répondu à une question similaire il y a quelques semaines. Pour l’or, vous pouvez vous intéresser à l’ETC Gold Bullion Securities indexé à de l’or physique. Vous pouvez aussi regarder du côté du tracker 100% or proposé par la Société Générale.
Du côté du cuivre, la société américaine Global X propose un ETF commercialisé en Europe, le Global X Copper Miners Ucits, qui ne porte pas sur la matière première mais sur des sociétés qui exploitent des mines de cuivre.
Bonjour Rémi. Quelle est votre analyse sur Forsee Power qui chute depuis son introduction malgré la qualité de ses actionnaires ? Merci par avance. Cdlt.
Comme Aramis, la société a déçu depuis son introduction en Bourse, perdant la moitié de sa valeur. Elle souffre de retards d’approvisionnements qui ont pesé sur son activité. La société vient de suspendre ses objectifs 2023 mais elle a maintenu ceux à l’horizon 2025. Le groupe me semble disposer d’un bon potentiel à moyen terme mais les prochains mois pourraient encore être compliqués. Je vous conseille de conserver vos titres.
Merci à tous pour vos questions. A bientôt. La semaine prochaine, vous retrouverez Denis Lantoine. Attention, nous vous donnons rendez-vous mardi à 16 heures puisque lundi est un jour férié. Bonne semaine à tous.