MotoGP Australie J3 Débriefing Francesco Bagnaia (Ducati/3) : « Fabio est toujours compétitif puis, en course, il commence à avoir des problèmes », etc. (Intégralité)


Ce dimanche 16 octobre 2022, Francesco Bagnaia
a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit de Phillip Island au terme du Grand Prix d’Australie.
Désormais leader du championnat pour 14 points, le pilote Ducati a « fait le boulot » en assurant des gros points quand son principal adversaire craquait…
Comme à notre habitude, nous reportons ici ses paroles sans la moindre mise en forme, même si cela est traduit de l’anglais.

Francesco, vous n’avez pas pu enclencher votre système pour le départ et cela nous a fait perdre six ou sept places au premier virage…Francesco Bagnaia : « Sincèrement, c’est quelque chose à laquelle vous devez vous préparer, car cela peut arriver. C’était un peu plus dangereux sans (le système) car votre moto commence à faire des wheelies et c’est plus difficile à contrôler. Le Front Height Device nous aide beaucoup à être plus prudent au départ, et vous partez mieux. J’ai donc perdu des positions mais je me suis dit que j’allais prendre des risques dans le premier tour pour revenir dans le top 3 et ensuite, j’ai commencé à gérer les pneus. La stratégie était bonne. Aujourd’hui, le problème était de tout contrôler, car je gérais les pneus mais aussi, dans les cinq ou sept derniers tours, je n’avais plus du tout de pneu avant du côté gauche. Il était complètement détruit et cela a engendré de gros problème dans les virages à gauche, mais le rythme est resté assez bon. Je suis donc heureux du résultat. Je suis plus heureux pour Rins que pour la course, car mon objectif d’aujourd’hui était de gagner. Ma course a complètement changé quand j’ai vu sur le panneau que Fabio était Out, mais je pense que quoi qu’il en soit c’est un bon résultat. »
Avez-vous été surpris par la dégradation du pneu avant à la fin du Grand Prix ?« Oui, je ne m’attendais pas à autant car normalement notre moto est assez bonne sur l’avant. Mais peut-être qu’aujourd’hui, en étant plus prudent sur l’arrière, j’ai davantage usé l’avant et trop forcé sur l’avant. Mais c’est quelque chose qui peut arriver. J’étais proche de la victoire et quand j’ai vu qu’ils m’ont doublé dans le virage 2, je me suis dit « si je vois une opportunité, je la prendrai, mais si ce n’est pas le cas, je ne prendrai aucun risque ». Je l’ai trop fait cette année, trop d’erreurs cette année, donc il était important d’être malin. »
Vous pouvez être titré la semaine prochaine en Malaisie. Vous aviez un déficit de 91 points sur Fabio en Allemagne : Comment ressentez-vous cela ?« Bien sûr, ce sera très important, mais j’essaierai simplement de faire la même chose que ce nous faisons depuis le break estival : Simplement penser séance par séance, faire du bon travail et se préparer pour la course. Puis nous verrons s’il sera possible d’être couronné là-bas ou à Valence. Simplement être malin et prendre soin de tout, car il sera très important de terminer la course et d’être devant. »
C’est la première fois où tous les pilotes du podium boivent dans leurs bottes : Quel goût cela avait-il après 27 tours ?« Je pense ce weekend doit être un exemple pour toutes les courses, car en arrivant sur le circuit, dans le paddock, nous avons dû faire comme un Hall of fame avec tous les fans, et je pense que c’est quelque chose qui sera très important pour le futur, car les pilotes seront plus proches des fans et ces derniers pourront être contents de ça. Également, toutes les activités qu’il y a eues durant le week-end, c’est quelque chose de très important à refaire en Europe. Enfin, la caméra d’épaule : c’est la première fois que je voyais quelque chose comme ça et c’était incroyable. J’ai donc vraiment apprécié, et quand j’ai commencé à entendre que les fans réclamaient le shoey, j’ai simplement dit aux autres « allons-y   » et on l’a fait (rires). Bien sûr, le goût…. (rires) mais c’était plus pour le geste que pour le goût. »
Ressentez-vous de la pression pour le championnat ?« Sincèrement, si je commençais à réfléchir à la pression, je me mettrais de la pression sur les épaules, donc je n’y pense pas. Il faut juste être calme et faire le weekend comme on l’a toujours fait dans le passé dans ce championnat. Être malin sera la clé principale, à coup sûr. »
Vous avez vu que le rythme était lent, mais ne rien faire n’était-il pas une façon d’aider Marc avec son pneu arrière tendre ?« Je pense qu’Álex et Marc ont déjà répondu à la question, mais dans mon cas, j’ai essayé de gérer le pneu, et dans les derniers tours, j’ai voulu augmenter le rythme mais je n’avais absolument plus de pneu avant. Je ne m’attendais pas à cela et c’était plutôt difficile d’aller plus vite. Je pense que nous avons fait le maximum et je perdais clairement un peu de temps en vitesse de passage en laissant la moto tourner, car c’est le point faible de notre moto : La capacité à tourner. Mais quoi qu’il en soit, mon moteur équilibrait plutôt bien les choses, et peut-être que le rythme était lent aussi à cause des conditions, car je pense que c’était bien plus rapide il y a trois ans. Nous sommes là avec des pneus différents et des conditions différentes, donc il était difficile d’aligner notre rythme. »
Quand vous avez vu que Fabio était Out, comment cela a-t-il affecté votre course pour l’obtention de la victoire ?« À coup sûr, mon objectif était de gagner aujourd’hui, afin d’avoir la possibilité d’être davantage devant au championnat. Quand je menais, j’ai vu sur mon pit-board que Fabio était Out, et j’ai donc simplement essayé d’être malin, d’attaquer car j’étais devant et c’est vrai que j’ai essayé de pousser pendant quelques tours, mais j’ai ensuite mon pneu arrière a commencé à se dégrader davantage, donc il était très difficile de créer un écart. Et dans le dernier tour, quand j’ai vu que les deux me doublaient au virage 2, j’ai dit « OK, si je vois une possibilité, je la prendrai » mais je ne voulais prendre aucun risque, car il était très facile de commettre une erreur aujourd’hui. Honnêtement, je perdais beaucoup de temps car je sentais que l’avant se dérobait à chaque tour, donc il était très important d’être malin aujourd’hui. Et puis, ils avaient plus de potentiel dans les derniers tours, ils étaient plus compétitifs que moi dans les derniers tours, donc j’ai simplement essayé de rester proche d’eux car je savais qu’il y avait un grand groupe derrière moi. »
Quelle stratégie allez-vous avoir pour les deux dernières courses ?« Pour les prochaines courses, la stratégie sera d’être intelligent pour essayer de faire comme nous faisons durant tous les weekends depuis le break estival, travailler séance par séance, et essayer d’être prêt pour la course afin d’être compétitif pour être devant en course. »
Comment voyez-vous la situation de Quartararo en ce moment ?« Concernant Fabio, sincèrement, je ne sais pas quelle est sa situation car je ne suis pas proche d’eux. Bien sûr, il semble dans un moment difficile. C’est assez clair : il est toujours compétitif puis, en course, il commence à avoir des problèmes. Il peine aussi davantage en qualification à être en première ligne ou dans les positions de tête, donc, sincèrement, je ne sais pas ce qui se passe mais il est assez clair que Yamaha a un problème en ce moment en ce qui concerne les courses. Peut-être à cause des pneus, peut-être de la pression ou peut-être que leur moteur est un peu plus lent que les autres, mais quoi qu’il en soit je n’en sais sincèrement pas ce qui se passe. »
Comment avez-vous vu le dernier tour entre Rins et Márquez ?« Derrière, j’ai vu que Marc attaquait beaucoup pour être de nouveau devant, mais je pense qu’Álex avais un peu plus de motricité dans le dernier tour, et il sortait très bien du virage 11 pour rentrer dans le 12. Si Marc l’avait doublé dans le virage 9 ou 10, peut-être qu’Álex aurait été de nouveau devant sur la ligne d’arrivée, car il avait un peu plus de motricité. »
 

Résultats du Grand Prix MotoGP d’Australie :

Crédit classement : MotoGP.com