MotoGP Espagne J0, Conférence Fabio Quartararo : « il y avait pas mal de gros mots dans cette vidéo », etc. (Intégr...


En ce jeudi 29 avril 2021.

Joan Mir, Franco Morbidelli, Marc Márquez et Pedro Acosta.

Comme à notre habitude.

Fabio,

Fabio Quartararo : « oui, je me sens très excité, avant tout parce que j’adore ce circuit. Je me sens très bien sur la moto et très bien avec l’équipe donc je pense avant tout à travailler de la même façon que ce que nous avons fait depuis le Qatar. car nous avons vu Miguel (Oliveira) qui a eu certains problèmes à Portimao alors qu’il avait gagné l’année dernière.

Je veux donc simplement me concentrer pour travailler de la même façon et être prêt pour dimanche. Cela ne veut donc rien dire, que nous ayons remporté les deux courses l’an dernier. »

Vous avez dit que votre moto vous convenait mieux mais vous paraissez plus calme : avez-vous changé votre approche mentale cette saison avec une expérience plus grande ?

« Oui, plus d’expérience et je sens que la saison 2020 m’a beaucoup aidé car il s’est passé beaucoup de choses, alors qu’en 2019 tout était parfait et je m’étais beaucoup amuser avec sept podiums et des pole positions. En 2000 était plus constitué de hauts et de bas : nous sommes très bien partis puis nous avons connu quelques problèmes de moteur et d’électronique, j’ai un peu perdu mon mental avant de revenir, puis la fin de saison a été un désastre total.

Je sens que j’ai beaucoup appris et je sens que rester calme est le plus important pour moi  : quand je suis un peu en colère sur la moto, mes commentaires à l’équipe ne sont pas clairs. Je sens qu’être beaucoup plus calme sur la moto, avec moins de stress, fonctionne mieux. Les résultats des premières courses parlent donc je veux continuer comme ça.

Je sais que ce n’est pas facile mais je me sens très bien et je sens que nous allons dans la bonne direction. Je suis donc heureux. »

À cause des températures du mois de juillet et du fait qu’il s’agissait des premières courses de la saison, Jerez 2020 était différent de Jerez 2021.

Votre approche a-t-elle changé également ?

« Oui, bien sûr, c’est totalement différent de l’année dernière. Comme vous l’avez dit. mais mon approche est la même. En 2019, on avait plus ou moins la même situation avec plus ou moins les mêmes dates et nous avions très bien fonctionné : nous avons obtenu notre première pole position et nous étions deuxième quand nous avons connu un problème avec la moto, mais c’était la première fois où je me sentais vraiment à l’aise et rapide sur une MotoGP.

Donc les deux situations sont différentes mais je pense que notre approche est la même et consiste à travailler dans la bonne direction. Après, bien sûr, beaucoup de pilotes peuvent faire une grosse différence mais mon approche pour cette course est la même qu’à Portimao et au Qatar : c’est de suivre notre plan, puis dimanche matin de voir où nous sommes et à quelle position nous pouvons nous battre. »

Vous qui avez été il y a quelques années un golden boy sans titre en Moto3, que pouvez-vous dire à Pedro Acosta ?

« Avant tout, je n’ai pas connu le même début que lui (rires).

Je n’ai jamais gagné une course Moto3 donc je ne peux pas dire grand-chose, mais ce qui est le plus important, c’est qu’il a 16 ans, il est super talentueux, super rapide et il a simplement besoin de prendre du plaisir en restant lui-même. Il est normal que les médias aillent à lui aussi vite mais je pense que le mieux pour lui est de prendre du plaisir. Il fonctionne vraiment bien et il faut juste continuer comme ça, sans pression.

C’est sa première année et c’est l’erreur que j’ai commise dans le passé, donc le plus important est de s’amuser. Comme Marc (Márquez) l’a dit, s’il fait un top 10, c’est OK, s’il gagne c’est encore mieux mais il faut simplement profiter de sa première année en championnat du monde. »

Lui conseilleriez-vous de passer directement de la Moto3 en MotoGP, comme Jack Miller l’a fait ?

« Mec, il a seulement 16 ans et il arrive à sa quatrième course de la saison  ! Comme je l’ai dit avant, il faut simplement qu’il s’amuse, et avec les résultats qu’il fait je ne suis pas inquiet pour son futur.

Pour le moment, je n’ai donc pas de commentaire à faire car il est encore trop tôt, mais il a un excellent futur devant lui. »

Après ce qui s’est passé pour Maverick Vinales et Jack Miller, pensez-vous qu’il faudrait remplacer les réseaux sociaux par quelque chose de plus approprié et de plus spécifique au MotoGP ? Après tout, vous êtes des êtres humains et vous pouvez être blessés par ce qui s’y écrit…

car comme vous le dites, nous sommes tous des êtres humains.

J’imagine des personnes de 40 ou 50 ans  : cela pourrait être leur fils qui fait cela et elles n’aimeraient pas voir les mauvais commentaires. Avant tout, je ne regarde personnellement pas vraiment les commentaires et je pense que cela aide beaucoup car il y aura toujours des personnes qui diront de mauvaises choses quand ça se passe mal et peut-être que ce seront les mêmes personnes qui vous diront de belles choses quand vous gagnez. De mon côté, je pense que le plus important est de ne pas trop regarder les commentaires, et cela aide beaucoup.

»

Avez-vous vu la vidéo de Jorge Lorenzo et qu’auriez-vous fait à sa place ?

« (Fabio a un fou rire) oui, j’ai vu la vidéo. Il y avait pas mal de gros mots dans cette vidéo (rires) mais oui, c’était amusant à regarder. »

Question des réseaux sociaux : quelle est votre plus belle célébration de victoire, et laquelle avez-vous particulièrement appréciée dans un autre sport ?

« J’aime la dernière, du Portugal.

Il y a vraiment beaucoup de célébrations dans tous les sports mais je choisirai d’un bon ami, Daniel Ricciardo, qui a bu le champagne dans sa bottine et l’a partagé avec tout le monde. Je pense que c’était une très belle célébration. »

MotoGP.com