Narbonne : prix des chalets, subvention et manque de concertation au conseil municipal


Retour sur le conseil municipal de jeudi dernier.

Projet du rec du Veyret. L’avant-dernier conseil municipal de l’annĂ©e qui s’est dĂ©roulĂ© jeudi soir était particuliĂšrement consistant avec 32 points Ă  l’ordre du jour auquel est venu s’ajouter une prĂ©sentation par le SMDA et le SMMAR du projet d’amĂ©nagement du rec du Veyret pour protĂ©ger Narbonne et Montredon-des-CorbiĂšres d’une crue centennale. Un dossier sensible puisque l’une des infrastructures, l’ouvrage Ă©crĂȘteur de Montredon, pensĂ© sur 240 mĂštres de long, 80 de large et 17 de haut, fait depuis plusieurs mois l’objet d’une contestation. Si on en est au stade du tout dĂ©but du projet, comme l’a rappelĂ© Didier Mouly, le maire a souhaitĂ© informer largement le conseil municipal. 

Subventions exceptionnelles. Le centre communal d’action sociale va bĂ©nĂ©ficier d’une rallonge de 100 000 € pour l’aider Ă  faire face aux dĂ©penses exceptionnelles liĂ©es Ă  la crise sanitaire et Ă  la baisse de ses recettes. De plus une avance de trĂ©sorerie de 300000€ sur l’exercice 2022 a Ă©galement Ă©tĂ© votĂ©e. Jacques Pairo l’adjoint aux sports a Ă©galement prĂ©sentĂ© deux subventions exceptionnelles. Le Football Union Narbonne se voit ainsi doter de 3000€ pour son travail Ă©ducatif Ă  destination des enfants du club mais aussi de ceux du quartier au stade Saint-Salvayre. 200 enfants y ont participĂ© et pour les rĂ©compenser le club les a amenĂ© assister Ă  Marseille Ă  une rencontre du championnat de France de l’OM. Dans un autre domaine, le club de voile de la Nautique voit la reconduction de sa subvention exceptionnelle de 5000€ pour l’organisation du championnat de France Espoirs ExtrĂȘme Glisse qui a rassemblĂ© le gratin de la glisse avec les 250 meilleurs jeunes funboarders.

Tarifs des chalets du village de NoĂ«l. Les tarifs des chalets de NoĂ«l, qui n’avaient pas Ă©tĂ© rĂ©Ă©valuĂ©s depuis 2016, ont Ă©tĂ© rĂ©ajustĂ©s pour tenir compte des frais fonctionnels de gardiennage et d’Ă©lectricitĂ©. Le village est constituĂ© cette annĂ©e de 32 chalets et s’Ă©tend tout le long des Barques du 4 dĂ©cembre au 3 janvier. A noter qu’il n’y a pas eu de chalet en dĂ©cembre 2020 en raison de la crise sanitaire. Pour la mĂȘme raison, les mĂ©tiers de bouche sont proscrits cette annĂ©e et il n’y aura que trois chalets proposant du sucrĂ© Ă  emporter pour Ă©viter tout regroupement de personne sans port du masque. Les prix des droits de place des chalets s’Ă©chelonnent de 1550€ (3ml) Ă  2150€ ( 6ml), et les emplacements de 350 Ă  2000€. 

Projet immobilier du 11 rue Violet-le-Duc. Une opĂ©ration de rĂ©novation immobiliĂšre est prĂ©vue dans l’immeuble du 11 rue Viollet-le-Duc, situĂ© dans le pĂ©rimĂštre du site patrimonial remarquable de la ville. Pour bĂ©nĂ©ficier de la dĂ©fiscalisation loi Malraux, permettant une rĂ©duction d’impĂŽt consĂ©quente sur les travaux de restauration, le projet doit ĂȘtre dĂ©clarĂ© d’utilitĂ© publique. Une dĂ©libĂ©ration a Ă©tĂ© prise en ce sens afin de permettre Ă  l’amĂ©nageur la rĂ©alisation de ce projet qui prĂ©voit 13 appartements allant du T1 au T3. Le montant global de l’opĂ©ration est de 1,9M€. Cette opĂ©ration s’inscrit dans la volontĂ© de proposer un habitat de qualitĂ© en cƓur de ville.

Dans les rangs de l’opposition

Les diffĂ©rentes composantes de l’opposition ont fait plusieurs interventions. Le rapport d’activité de l’Arena a soulevĂ© de nombreuses questions. Jean-François Daraud qui  a reconnu  » avoir suivi le maire sur ce coup-là », le dĂ©plore aujourd’hui.   » Si l’Arena ne marche pas, il fallait le prĂ©voir, c’est une vraie prise de risques, vous vous ĂȘtes trompé » et demande » y a-t-il un plan B ? ».  Nicolas Sainte-Cluque est lui aussi intervenu. « La crise sanitaire a rĂ©duit considĂ©rablement l’activitĂ© de cet Ă©quipement : en 2020 sur les 17 spectacles prĂ©vus 9 ont pu se tenir et 8 matchs de volley sur 16. La structure, qui a bĂ©nĂ©ficiĂ© des mesures du chĂŽmage partiel, a Ă©galement gĂ©nĂ©rĂ© moins de dĂ©penses. On aurait donc pu logiquement s’attendre Ă  ce que la sociĂ©tĂ© privĂ©e S-PASS qui gĂšre cet Ă©quipement fasse une moins bonne annĂ©e d’un point de vue financier qu’avant le COVID, mais c’est finalement le contraire qui s’est passĂ© puisque son bĂ©nĂ©fice en 2020 est supĂ©rieur Ă  celui de 2019 puisqu’elle a rĂ©alisĂ© un bĂ©nĂ©fice de 107.500 €, soit 20.000 € de mieux qu’en 2019″, a-t-il relevĂ© en s’Ă©tonnant de la participation de la Ville maintenue Ă  690 000€.  » Certes, la ville ne pouvait pas contractuellement faire autrement, mais cela dĂ©montre que lorsqu’on nĂ©gocie un contrat il faut prĂ©voir l’impossible », note-t-il. La demande de davantage de concertation avec les habitants est Ă©galement revenue Ă  plusieurs reprises. Viviane Thivent des Robines l’a renouvelĂ©e Ă  propos du rapport du dĂ©veloppement durable.  » Concernant les dĂ©placements doux, le maillage progresse mais rouler Ă  vĂ©lo Ă  Narbonne c’est dangereux. Il y a des associations actives de cylistes et je vous engage Ă  travailler avec eux pour aller plus loin, plus vite ensemble », a-t-elle plaidĂ©. Idem sur la procĂ©dure de la rĂ©vision du PLU en demandant l’organisation de rĂ©unions. Le maire lui a rĂ©pondu  » organisez ces rĂ©unions, je vous donne la main ».