Les notes de Wolves : Warriors : Stephen Curry fait du sale avec le sourire


Une saison NBA ce sont des matchs, des mecs qui les regardent et qui en parlent, mais aussi des mecs qui les regardent et qui les notent. Vengeance probable après une jeunesse passée à collectionner les zéros, et occasion rêvée en tout cas de lâcher de la punchline au kilo. Cette saison encore la Team Notes vous ravira donc de son imagination sans faille, en essayant tout de même de parler un tout petit peu de basket. Chiche ?

On va finir par croire que si les équipes défendent lors d’un match diffusé sur Bein Sports, elles finissent radiées de la NBA. C’est en tout cas ce que l’on aurait pu penser de ces Minnesota Timberwolves qui se sont fait ouvrir de tous les côtés par des Warriors qui étaient pourtant en mode Zone 30 aujourd’hui. Rudy Gobert a commencé son match de la même façon qu’on commence à se tâcher avec son café du matin après avoir fait tomber sa tartine du côté confiture. Malheureusement, le Français n’a pas vécu un match de tout repos. Comment noter cet énième match sans suspense ? A l’aide de JP Fanguin, la question elle est vite répondue.

Les notes de Wolves : Warriors : Stephen Curry fait du sale avec le sourire

# Minnesota Timberwolves

Rudy Gobert (3,5) : sur la première action du match, il se fait guillotiner par Andrew Wiggins, et pour la suite, il n’a pas ôté ses moufles sur les passes de KAT et a même tenté un eurostep encore plus long que le premier confinement. Propre défensivement mais crade offensivement.

Karl-Anthony Towns (6) : s’il regardait des vidéos de gorilles qui se castagnent il fut un temps, ce n’est probablement pas pour faire preuve de plus de dureté sur le terrain, mais pour se calmer en voyant ses passes à Rudy ne jamais arriver à destination.

Anthony Edwards (6,5) : il y a quelques mois, il se décrivait comme « Black Jesus », et vu la prestation de ses coéquipiers probablement ivres, il a probablement changé l’eau de beaucoup trop d’entre eux en vin. Ant-Man a donc décidé de prendre tous les tirs en fin de match. Ne prenez jamais de bucket KFC avec lui.

Austin Rivers (3,5) : à son entrée en NBA en 2011, il déclarait vouloir détruire LeBron James en 1 contre 1. On est 11 ans plus tard, la mission n’est toujours pas réussie, et même un objectif moins ambitieux comme Jordan Poole semble hors de portée pour le fils du Doc.

D’Angelo Russell (4) : s’il marque toujours ses quelques paniers par match, DLo le fait avec un pourcentage peu reluisant. Il a probablement trop mis en applique le son PETETE qu’il a lui-même composé.

Kyle Anderson (5) : comme d’habitude, il a fait le taf sans jamais accélérer. En même temps, il faut dire que dans un front si grand que même un Doliprane doit galérer à trouver la douleur un jour de migraine, c’est normal que l’instruction de courir galère à arriver jusqu’au cerveau.

Jaylen Nowell (6,5) : il est celui qui a maintenu les Wolves à flot lors du premier quart-temps. Ses shoots depuis la cheminée ont permis d’entretenir l’espoir. Même si son équipe ne joue pas pour le Christmas Day, on peut dire que c’était Nowell avant l’heure.

Bryn Forbes (4) : si on le retrouve dans une liste du magazine éponyme, c’est probablement dans un classement des pires matchs individuels du Sunday Night Live, mais pas ailleurs.

Naz Reid(4,5) : On n’a jamais vu quelqu’un aussi bien porter son prénom depuis The Panda’s Friend AKA Ron Artest. Un jeu vieillot et franchement… naze. On remercie Kev Adams pour l’inspiration.

Wendell Moore Jr.(4,5) : aucun tir marqué pour WMJ, qui a également des initiales de chaîne de télé dans le Wisconsin.

Nathan Knight (4,5) : aucun tir marqué pour NK, qui a (presque) également des initiales de fusil d’assaut.

# Golden State Warriors

Kevon Looney (5,5) : une palanquée de rebonds, plus de passes décisives que d’habitude, de la défense et même un tir, juste histoire de, pour Kevon Looney. That’s all folks !

Draymond Green (6,5) : le molosse a fait du dépassement de fonctions ce soir en nous gratifiant de sa meilleure performance au scoring depuis 2019 ( ! ) avec 19 points pour le Christmas Day. Le père fouettard n’est pas une ordure et on le préfère toujours quand il ne montre pas son outil sur Snapchat.

Andrew Wiggins (6,5) : dès la première action, il a décidé d’emprunter à Thor son marteau pour l’abattre sur le front de Rudy Gobert. La suite a été une promenade de santé pour le Canadien, qui a joué le rôle de l’ex toxique ce soir.

Klay Thompson (7,5) : que ça fait plaisir de voir que c’est le vrai Klay Thompson qui est de retour sur les parquets et que son sosie a également été banni du Target Center. Il a été le Splash Bro le plus en vue ce soir.

Stephen Curry (7) : quitte à désosser du loup, autant le faire avec le sourire. Le Chef a encore une fois marqué des tirs de relou et nous a offert ses fameuses célébrations. Il prendra même une faute technique en toute fin de partie alors que l’affaire est pliée, pour se rappeler au bon souvenir de Kevin Durant.

JaMychal Green (5) : le frère de Draymond est resté dans son registre, à savoir se castagner sous les panneaux. On a connu la série Les frères Scott, on aurait bien aimé connaître la série Les frères Green, mais ça aurait parlé de MMA et pas de basket.

Jordan Poole (6) : une efficacité retrouvée en sortie de banc et quelques shoots d’écervelé qui rentrent également. C’était Chicken Run ce soir pour Jordan Poole.

Donte DiVincenzo (4) : en voyant les Kings se séparer de lui, on aurait déjà dû s’en douter, mais on est bientôt en 2023, il faut laisser Donte DiVincenzo reposer en paix. La prochaine étape ? Les Shanghai Sharks avec Mario Hezonja.

Jonathan Kuminga (5) : 3/3 à 2 points et 0/2 à 3 points. L’ailier congolais a un pare-feu qui l’empêche de scorer à plus de 7 mètres 25.

Anthony Lamb (4) : un panier, quatre fautes et un différentiel de -14 pour le petit agneau. Saignante, l’entrecôte s’il vous plaît.

Moses Moody (5) : rentré juste pour faire le nombre et picorer un peu. Moody Woodpecker.

Score final : 137 à 114 pour des Warriors qui remportent leur deuxième match de la saison loin de leurs bases, du côté de Minnesota, le début de saison compliqué se poursuit. Prochain match ? Nuggets – Pelicans, en espérant que ces notes voient effectivement le jour, parce que sérieux, on est fatigués de ces matchs sans enjeu.