pour « les Karachi », la vérité entravée