Refoulements de migrants: Regardez le vif échange entre le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et une journaliste néerlandaise lors d’une conférence de presse – VIDEO


Un vif échange entre le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et une journaliste néerlandaise l’ayant interpellé mardi sur des refoulements présumés de migrants, faisait du bruit mercredi matin sur les réseaux sociaux en Grèce. « Nous avons une politique migratoire dure mais juste », a riposté Kyriakos Mitsotakis d’un ton irrité et ferme mardi soir à la journaliste Ingeborg Beugel qui l’accusait de « mentir » sur ces allégations de refoulements de migrants par la Grèce, documentés récemment par plusieurs médias et ONG. »Vous ne pouvez pas entrer pas dans cet édifice (la résidence du Premier ministre, NDLR) et m’insulter, suis-je très clair là-dessus ? », a encore lancé Kyriakos Mitsotakis, en s’adressant en anglais à la journaliste, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue néerlandais Mark Rutte, en visite officielle à Athènes. Il répondait à la question posée par la journaliste: « M. le Premier ministre, quand allez-vous enfin arrêter de mentir sur les refoulements, de mentir sur ce qui se passe avec les réfugiés ? » »Je n’accepterai pas que quiconque pointe du doigt ce gouvernement et l’accuse de comportement inhumain », a averti Kyriakos Mitsotakis. Ses propos ont fait le buzz sur les réseaux sociaux mercredi, en particulier sur Twitter, parmi les journalistes grecs qui posent rarement des questions si ouvertement aux hommes politiques. « Ce doit être un choc désagréable pour le @PrimeministerGR d’être confronté à un journaliste qui n’est pas redevable du parti au pouvoir », ironise un un tweet. »La honte, le vrai journalisme fait mal en Grèce », proclame un autre tweet qui répond à des journalistes et hommes politiques grecs accusant la journaliste Ingeborg Beugel d’avoir une position « pro-turque ». Le hashtag #ollandesa (néerlandaise en grec) a été créé pour l’occasion. Le gouvernement grec a toujours démenti les allégations de refoulements de migrants par ses garde-côtes vers la Turquie voisine. Kyriakos Mitsotakis a à nouveau accusé mardi soir Ankara « d’instumentaliser » la question migratoire. Il a aussi reconnu qu’Athènes « interceptait des bateaux (passeurs, NDLR) venant de Turquie, comme nous avons le droit de le faire selon la réglementation européenne, et nous attendons des garde-côtes turcs qu’ils viennent les récupérer et les ramener en Turquie ».