Rugby / Pro D2. Qadiri en feu, Barthélémy décisif, la touche décevante... les tops et les flops de Grenoble


Romain Barthélémy  : il alterne le bon et le moins bon et, vendredi soir, on a vu du très bon “Barthé”. C’est lui qui délivre deux passes décisives pour les essais de Qadiri, d’abord au pied (10e) puis d’une passe en bout de ligne (16e). Et puis, il s’est montré très efficace dans son jeu au pied de dégagement et d’occupation, pour repousser les Normands dans leur camp.  Karim Qadiri  : frustré par son match de reprise à Oyonnax, l’ailier du FCG a répondu de la meilleure des manières, huit jours plus tard, en plantant deux essais à Rouen. Dans son style caractéristique  : puissant et funambule sur son aile gauche. Il aurait même pu réaliser le triplé, si un en-avant volontaire d’Olender ne l’avait pas privé d’une munition d’essai à dix mètres de l’en-but (73e).

Pio Muarua  : le Fidjien, habituel n°8 mais aligné désormais comme 2e ligne, a peut-être réalisé face à Rouen son meilleur match depuis son arrivée à Grenoble. Puissant et déterminé, il a cassé plusieurs plaquages et mis son équipe en marche avant en 1re période. S’il parvient à améliorer ses passes après contact, il deviendra redoutable.Felipe Ezcurra  : à nouveau titulaire en n°9, l’Argentin a conduit le jeu de son équipe avec clairvoyance. Il a aussi été décisif, au cœur d’une 2e mi-temps laborieuse des Grenoblois, en jouant vite une pénalité à la main pour offrir l’essai à son frère cadet Bautista (20-6, 61e). L’essai du bonus.Tanginoa Halaifonua  : l’international tongien, replacé comme 3e ligne aile après plusieurs piges en 2e ligne, est resté fidèle à lui-même  : féroce et destructeur. Ses plaquages ont fait mal aux Normands et il a sauvé un essai en plaçant un contre-ruck devant son en-but (27e). En bonus, il s’est même offert un plongeon dans l’en-but rouennais… pour un essai refusé par l’arbitre, qui avait sifflé depuis un petit moment un en-avant grenobloise. Ça a fait sourire “Noa”  !José Madeira  : avec sept lancers en touche, dont un contre, le 2e ligne portugais été le meilleur homme du match dans les airs. De loin.

LES FLOPS

Tristan Olender  : pour la troisième fois de la saison, Grenoble a gagné. Et pour la troisième fois, les buteurs adverses se sont plantés. Cette fois, l’ouvreur du RNR a raté deux pénalités sur quatre en 1re période, alors que le score n’était pas fait. Pire, Olender n’a pas fait des bons choix dans le jeu ; à l’image de cette passe au pied devant les 22 m isérois… qui termina dans les bras de Lucas Dupont (36e). Le FCG sait profiter des faiblesses adverses.La touche grenobloise  : six lancers perdus, trois par mi-temps. Que ce soit avec Jean-Charles Orioli ou Yanis Gimenez, les sauteurs du FCG n’ont pas toujours été trouvés. Sans doute une question de timing et de coordination car, en général, la touche des Rouge et Bleu fonctionne bien. Jean-Charles Orioli  : l’expérimenté n°2 du FCG avait de l’énergie à revendre. Trop. A l’image de ce plongeon en sortie de ruck, alors que Rouen poussait dans les 22 m alpins ; ce qui lui a valu un carton jaune logique (40e+2). Sans conséquence néfaste (seulement trois points encaissés en son absence), même si son équipe a dû redémarrer la 2e mi-temps à 14.La première ligne remplaçante du FCG  : la mêlée grenobloise avait été plutôt dominante en 1re période ; elle a flanché après le repos, avec quatre pénalités contre elles. Les entrées conjuguées des piliers Zack Gauthier et Régis Montagne (53e) n’ont pas permis aux Rouge et Bleu de garder leur assise dans cette phase de conquête. Et les Rouennais, logiquement, ont appuyé sur ce point faible en fin de partie, pour tenter de marquer un essai. En vain.