sa méthode, Christophe Galtier, Lionel Messi


Luis Campos, qui occupe la place de conseiller football du Paris Saint-Germain depuis juin dernier en remplacement du directeur sportif Leonardo, a répondu aux questions de RMC Sport dans une interview diffusée ce vendredi soir. L’occasion pour le dirigeant portugais d’évoquer sa méthode, Christophe Galtier et Lionel Messi et l’importance de créer une équipe pour remporter des titres.

Salut bonsoir à tous, c’est un plaisir.

Campos « Je pense que j’ai une énorme opportunité de bien travailler et de faire un grand travail »

C’est un plaisir de vous recevoir. Que tu avais dit, on voulait te remercier d’avoir accepté d’avoir tenu ta parole.

Merci. c’est toujours un plaisir. Venir dans ce studio et parler de foot parce que c’est ce qu’on aime et je suis là pour parler de foot, parce que c’est ce que j’aime et c’est ce que j’ai de faire ça bien tous les jours.

Pourquoi avoir choisi le Paris Saint-Germain et pourquoi avoir accepté le PSG ?

Déjà, je dois remercier le président Nasser Al-Khelaïfi. Quand il m’a fait la proposition, j’ai pensé que ce n’était pas seulement une grande opportunité, mais aussi, c’était de continuer dans le football français. Parce que dans les 10 dernières années, j’ai fait beaucoup de travail dans ce championnat et le PSG c’est la grande référence du football français en ce moment. Je pense que j’ai une énorme opportunité de bien travailler et de faire un grand travail que j’espère pendant des années et des années et voir le résultat de mon travail.

Campos « Ma méthode d’une façon très facile, c’est un puzzle »

C’est un travail différent de Monaco et de Lille. Quelle est ta méthode ?

Ma méthode d’une façon très facile, c’est un puzzle. Le puzzle est un bon moyen de comprendre la méthode. Il faut trouver les bonnes pièces, pas seulement dans le 11 idéal, c’est Christophe Galtier qui le fait. Mais de trouver les joueurs qui ont les qualités et qui sont en lien avec le projet du club et les projets de l’équipe et qui sont capables de se connecter entre eux. Il faut que les pièces »clic » entre eux. Il faut trouver les bonnes pièces. Je pense que si vous voulez comprendre la méthode, les personnes m’ont aussi beaucoup au recrutement, c’est vrai que c’est une partie de ma vie. Mais après, il y a une autre chose qui pour moi est très importante, si le recrutement est bien fait, je donne toujours l’exemple de la tour Eiffel à Paris. C’est très joli, les grandes tours à Manhattan sont très jolies aussi, mais ce sont deux puzzles complètement différents. Si on met la tour Eiffel à Manhattan, ça sera bizarre. Mais quand on prend une petite partie de la tour Eiffel, on la met dans le puzzle de la tour de Manhattan, ça va rajouter de la beauté autour de Manhattan.

Qu’as-tu changé aujourd’hui par rapport à avant ?

Je pense que premièrement, c’est toujours très important de comprendre le contexte. Que quand le président m’a invité pour prendre le poste, la première chose que j’ai faite, c’est appeler Christophe Galtier, avant même d’appeler ma femme et ma mère, j’ai appelé Christophe Galtier. Je connais sa valeur et ses capacités et je sais aussi qu’on peut faire un travail ensemble parce qu’on a une grande mission. Parce que quand le directeur sportif, le conseiller sportif est bien associé à l’entraîneur, on gagne beaucoup de temps. Il faut avoir les personnes correctes, proches et je me suis très bien entendu avec Christophe Galtier et c’est la première personne que j’ai appelée après mon rendez-vous avec le président du PSG.

Campos « Les clubs qui ont gagné des titres, ce sont toujours des clubs qui ont joué en équipe »

Qu’est-ce qui te plaît chez Christophe Galtier qui te donne des certitudes pour le projet du PSG ?

Retrouver le plus vite possible toutes les grandes informations. Qu’est-ce que les supporters, ils aiment voir quand Paris joue… Ils doivent être contents quand on joue. c’est du football offensif.

Campos « Il est très important de comprendre le contexte et le contexte, ce sont les supporters du PSG »

Le spectacle, il existait déjà avant, c’est plutôt dans le fonctionnement, qu’avez-vous changé ?

Ça, c’est une bonne question, mais laisse-moi terminer la première question. Il est très important de comprendre le contexte et le contexte, ce sont les supporters du PSG, c’est ce qu’il pense des joueurs et de l’entraîneur. Il faut comprendre les joueurs qui sont là et ce qu’ils veulent, et comme je les connais déjà, je les ai appelés avant. J’ai essayé de comprendre comment on peut améliorer ce projet et comment on peut progresser comme équipe toujours. Et là, je me rappelle parfaitement d’avoir fait un premier rendez-vous avec Christophe, et là, on ne parle pas de la construction du puzzle, on a pensé comment imposer notre façon de travailler au joueur du PSG. Notre conclusion, c’était d’être nous-même. Ça veut dire, ce n’est pas pour aller au PSG qu’on va changer, qu’on va être tous les jours dans le contexte du PSG, mais on va profiter d’être nous-même et faire ce que nous savons faire.

Je pense que ça nous aide beaucoup parce que tout de suite ça nous a beaucoup aidé pour être mieux intégré plus rapidement. Sur la deuxième question, les egos et ce qui arrive au PSG, j’ai écouté beaucoup de choses bien sûr, mais je peux vous dire quelque chose qui pour moi est très important et juste, sinon je serai injuste. Je suis arrivé au centre Oredoo au Camp des Loges, j’ai trouvé que des travailleurs de club exceptionnels. Tous les salariés que j’ai connus au Camp des Loges sont vraiment top niveau. Intendant à la sécurité, à l’équipe médicale, l’équipe performance, le management, toutes ces équipes qui sont autour des joueurs sont vraiment top. C’est très important.

Il faut être juste et dire que quand je suis arrivé au PSG cela a été une belle surprise, une belle chose que j’ai remarquée tout de suite. On a besoin que ces personnes nous aident dans l’intégration, ça fait un compromis avec le club, avec l’équipe.

Campos « Il y a quelque chose de bien chez Christophe Galtier c’est la frontalité »

J’ai des petites critiques encore tout ne peut pas être parfait. Il y a un projet qui se met en place, ça prend du temps. Comment vous allez gérer les egos surdimensionnés des stars ? Ça fait partie de la gestion, est-ce que Christophe est capable de faire des choix forts même dans les gros matchs ?

Il y a quelque chose de bien chez Christophe Galtier c’est la frontalité. Il ne cache pas les problèmes. Il parle directement avec les joueurs, il est en contact avec le groupe, il est bien capable d’expliquer quelles sont les règles du jeu. Quand on dit, on doit être nous-même, on parle de rigueur et on parle d’harmonie. Parce que parfois les gens écrivent des choses, des règles très exacerbées. Oui les règles sont là, les gens arrivent à l’heure. Tous les joueurs sont arrivés à l’heure depuis le début de saison, c’est très important. Mais c’est parce qu’on a mis ça comme une règle ? Non, les joueurs, ils ont compris que les qu’on était en train de mettre en place une équipe qui a une qualité extraordinaire, qu’il n’y a pas seulement des règles uniquement dans le jeu au déjeuner, au petit déjeuner, mais aussi des compromis entre tous dans les règles du projet de jeu de Christophe qu’il faut défendre attaquer ensemble.

Campos « En deuxième mi-temps, on est en total contrôle du jeu »

Je vais prendre l’exemple du dernier match. Il n’y a pas de souci, Christophe va faire les efforts, tu me l’as dit. Dans le match contre le Maccabi Haifa, il aurait dû intervenir…

Il est intervenu à la mi-temps. À ce moment-là qu’il doit intervenir. Les 15 premières minutes sont très bien, il y a des grosses occasions. Après, il y a 30 minutes où on a donné l’opportunité à l’adversaire, parce qu’on n’a pas respecté notre principe de jeu et c’est de ça qu’il a parlé à la mi-temps. Mais après, en deuxième mi-temps, on est en total contrôle du jeu, on a commencé à respecter les principes de jeux, on a joué plus en bloc équipe et je pense qu’on est en total contrôle dans cette deuxième mi-temps. Peut-être pas encore un jeu très joli, mais il faut savoir qu’on a fait 7 h de voyage pour arriver en Israël. Ils sont plus habitués. Et il faisait très chaud et très humide.

Campos « L’idée, c’est d’avoir un bloc équipe, ne pas avoir une grande distance entre les défenseurs et les attaquants »

Vous devez souvent parler avec Christophe être vous-même, c’est aussi cela, vous n’êtes pas que l’année dernière avec les trois stars de devant l’équipe prenait souvent le bouillon. À deux contre trois, on ne peut pas lutter, ce n’est pas possible. dans un match où il faudra densifier le milieu, si vous avez évoqué la possibilité d’enlever un des trois de devant ? Je dirais même un des deux de devant, Messi ou Mbappé, pour donner un peu plus d’équilibre à l’équipe ?

Déjà merci pour la question parce qu’elle est intéressante. Déjà, c’est Christophe Galtier qui fait le 11. C’est important. Vous me donnez l’opportunité d’expliquer quelque chose d’extrêmement important. Quand j’ai commencé à parler avec Christophe de ce projet, on a parlé d’abord du gardien, puis les latéraux qui sont très offensifs, ensuite les trois de devant qui sont vraiment des génies du foot, comment les intégrer. Tout ça arrive de la tête de Christophe Galtier, pourquoi ne pas jouer à trois pour avoir plus de sécurité. Après, on a fait la question du milieu de terrain, le milieu de terrain doit être différent avec des profils différents de ce qu’il y avait au PSG, c’est pour ça qu’on a fait les changements. L’idée, c’est d’avoir un bloc équipe, ne pas avoir une grande distance entre les défenseurs et les attaquants. Il faut aussi qu’on n’ait pas des joueurs de position au milieu de terrain. Il nous faut des joueurs avec beaucoup de volume, des box tout box et de faire la connexion. Quand Christophe m’a dit comment il voulait jouer avec ses joueurs, ça m’a aidé beaucoup à penser au profil du milieu de terrain qu’on devait aller chercher pour cette équipe. Et je pense que Christophe a pris une très très bonne décision, parce que l’équipe en ce moment, elle joue bien et elle joue bien, surtout quand les joueurs sont impliqués sur le projet équipe et ont compris les principes de jeu. Nos principes de jeux, la mise sous pression de l’adversaire, comme une équipe doit faire ensemble.

Campos « Les adversaires nous connaissent mieux qu’au début de saison »

Donc si j’ai la même vision que toi, ce que les trois de devant doivent faire c’est plus défendre et beaucoup plus courir que ça ?

Ils le font. Tout le monde, tout le monde, ils doivent. Ils sont dans un projet de jeu qui est différent de ce qu’il faisait l’année passée et le football, il faut s’entraîner, c’est pour ça que ça existe les entraînements. On a vu une progression dans notre jeu. Les trois derniers matchs bien sûr, mais on joue déjà trois fois par semaine et surtout les adversaires nous connaissent mieux qu’au début de saison. Cela veut dire que c’est à nous de progresser.

Campos « Je suis très content avec Messi »

Ça veut dire que Messi va davantage courir que ce qu’il le fait bravo !

Non, je suis très content avec Messi. Messi l’année passée, c’est un joueur qui a joué 20 ans à Barcelone, c’est l’icône de Barcelone. Tu changes un football complètement différent, un environnement complètement différent, ce n’est pas le football comme à Barcelone. Il arrive dans un championnat totalement différent. Ça veut dire qu’il a besoin de prendre son temps et cette année, on a un Messi que je pense de plus en plus capable d’arriver à un niveau beaucoup plus haut, d’une façon beaucoup plus naturelle que ce qu’il a fait l’année passée. Même moi, j’ai 58 ans, quand je change de ville, ça me coûte aussi beaucoup. Il faut prendre le temps.