Saint-Etienne : Laurent Batlles : « Venir en Ligue 2, je ne le voyais presque qu'à Saint-Etienne »


Quelques jours après la reprise de l’entraînement, l’AS Saint-Etienne organisait une conférence de presse de rentrée ce mercredi. L’occasion pour le président exécutif Jean-François Soucasse et le directeur sportif Loïc Perrin de présenter le nouvel entraîneur, Laurent Batlles. Les trois hommes ont répondu aux questions des médias sur les ambitions et les objectifs pour cette saison 2022-2023 de Ligue 2.

> Saint-Etienne – Les Verts doivent vendre pour 20 millions d’euros cet été

Soucasse : « Je n’avais jamais autant attendu une nouvelle saison »

Jean-François Soucasse : « Je n’avais jamais autant attendu une nouvelle saison. On a vécu une véritable déflagration sportive, liée aussi aux incidents qui ont suivi les barrages. Pendant ce dernier mois, on a été actifs.

Beaucoup de choses ont été réalisées. On est passé d’un budget de 70 millions à 30 millions, c’est complexe. Dès le lendemain de la relégation, on s’est tous mis au travail pour poser les bases d’un projet ambitieux, dont Laurent Batlles sera le fer de lance.

Il a fallu aussi trouver des solutions pour conserver l’organisation et l’emploi au sein du club, ce n’est pas anodin. On a aussi été ravis de sentir qu’en-dehors de la sidération de la descente, on a senti très vite que les gens voulaient se projeter vers autre chose. C’est rassurant.

Les partenaires majeurs nous suivent, d’autres bonnes nouvelles vont être annoncées dans les prochaines heures. La vente du club ? Nous sommes salariés d’un club en vente, ce n’est pas une nouveauté. Si à chaque rumeur on s’arrêtait de travailler (…).

On continuera à travailler jusqu’au jour où une offre satisfera les actionnaires. Cela ne hante ni nos jours ni nos nuits. »

Perrin : « On voulait avoir de nouveaux visages pour la reprise »

Loïc Perrin : « Pourquoi Laurent Batlles ? Il répondait à tous les critères qu’on souhaitait.

Le premier, c’était l’aspect humain. J’ai eu la chance de jouer avec lui. L’autre point important, c’était la connaissance de ce championnat.

Laurent a vécu la montée avec Troyes. Laurent avait aussi la connaissance de l’environnement et du club. On a choisi Laurent après avoir remercié Pascal Dupraz, on voulait faire les choses dans l’ordre.

Laurent a rapidement accepté le projet. C’était la première étape avant de commencer à travailler sur l’effectif. On voulait avoir de nouveaux visages pour la reprise et on a réussi à signer trois joueurs (Chambost, Briançon, Giraudon).

Des joueurs dont on était sûrs au niveau de la mentalité, que Laurent connaissaient. On va continuer à travailler tout au long du mercato sur l’effectif avec des mouvements et de nouvelles recrues. On va aller sur des profils de joueurs libres ou qui réussiront à se libérer de leur club.

En fonction des ventes, on verra ce qu’on peut réinvestir sur d’autres joueurs ».

Batlles : « Le projet est sur deux ans, on n’est pas là pour vendre du rêve »

Laurent Batlles. Quand j’ai rencontré les dirigeants, j’étais dans l’attente d’un projet car j’étais au chômage après l’ESTAC.

Je voulais un projet L1 et venir en L2, je ne le voyais presque qu’à Saint-Etienne. Ce n’est pas un manque d’humilité. J’ai vécu certaines choses après mon passage à Troyes pour tenter de coacher une équipe de L1 dans la durée.

Mais ce projet à relever à l’ASSE m’intéressait. Il est sur deux ans, on n’est pas là pour vendre du rêve. On doit construire une équipe avec de l’envie, de l’humilité dans ce championnat compliqué.

J’arrive avec beaucoup d’ambitions et beaucoup de travail avec le staff et les joueurs. 

auprès de Christophe Galtier puis à la formation.

C’était important pour moi de prendre l’équipe première ensuite. J’ai hâte de vivre l’ambiance de Geoffroy-Guichard après les matchs à huis clos. Les trois points de retrait ? Tout le monde l’a appréhendé.

Ce n’est pas courant, j’appellerais le coach Blaquart pour savoir comme il a fait à Nîmes (sourire). Ce sera une motivation supplémentaire. L’ambition est de finir le plus haut possible.

A Troyes, j’avais l’habitude de faire des paliers tous les 10 matchs. Il faudra sans doute gagner 23 matchs si on veut monter. Mon projet de jeu ? La base est de mettre beaucoup d’intensité, d’être propre techniquement pour tenter de maîtriser le mieux le ballon.

Ensuite, c’est l’animation tactique qu’on y mettra qui fera que ça fonctionnera ou pas. Je rencontre les joueurs un par un, certains sont intéressés pour rester, d’autres pour partir. Mais je leur ai demandé d’être dans un état d’esprit de travail pour eux et pour nos séances.

»

/Icon Sport

Source : ASSE TV

.