"Une vraie satisfaction", pour la vice-présidente du tribunal de Grenoble


la vice-présidente de tribunal judiciaire de Grenoble. Elle est l’invitée de France Bleu Isère au lendemain du « Plan d’action » dévoilé hier par Eric Dupond-Moretti

en particulier par les magistrats et tous les fonctionnaires des tribunaux pour les avocats, pour les magistrats, pour tout le monde, les greffiers. On demande de la sécurité juridique, que les choses se stabilisent, qu’on sache quel est le droit applicable. Alors oui, peut être réformer, mais il faut prendre le temps quand même de réfléchir en amont.Dans les annonces qui ont été faites hier, on se dit il y a beaucoup de positif, des recrutements, des hausses de budget. Est-ce qu’il y a des annonces qui vous inquiètent ?En fait le diable est dans les détails, il va falloir savoir comment les choses vont être mises en place. Et pour l’instant, les détails, on ne les a pas. Donc c’est vrai que pour l’instant, on attend de voir un peu comment les choses vont se décliner concrètement sur le terrain et par quels moyens.La grande satisfaction, c’est de voir que nous sommes enfin entendus. Les états généraux de la justice ont posé le constat que non, la justice ne va pas très bien et il faut vraiment mettre les moyens pour que cette justice puisse fonctionner normalement. Et c’est quand même un gage d’un bon fonctionnement démocratique que d’avoir une justice qui fonctionne bien. Ça, c’est une très grande satisfaction. Donc en cela, les annonces qui sont faites, bien sûr, elles s’inscrivent dans la droite ligne des conclusions du rapport. Mais là encore, il faut attendre les détails pour savoir exactement ce qu’il en sera.