Se raser la tête, ce geste qui a été "extraordinaire" pour cette femme


Se raser la tête, ce geste qui a été « extraordinaire » pour cette femme

Se raser la tête, ce geste qui a été

FEMMES – Elle l’a fait. Après plusieurs mois d’hésitation, Aurélie Marchi s’est rasé la tête. Une folle idée qui lui taraudait l’esprit depuis de nombreux mois. Dans son livre “La Vénus se rebelle, publié mardi 11 mai aux Éditions Leduc, elle y partage son expérience qu’elle évoque avec légèreté dans l’interview ci-dessus accordée au HuffPost. “C’était génial. Un moment assez grisant en termes d’éveil à la liberté et de découverte de soi”, se souvient-elle. Cette période avec le crâne rasé, qui a duré deux ans, résonne pour elle comme une victoire. La victoire d’avoir pu s’affranchir du regard des autres.

Pour Aurélie, son livre est “une ode à la liberté d’agir” et “un plaidoyer pour l’acceptation de chacun”. L’autrice y traite de son expérience, du regard extérieur, mais surtout, des stéréotypes implantés autour de la chevelure féminine. Le message qu’elle veut faire passer, c’est que les femmes aux cheveux rasés, par choix ou pas, sont aussi belles que les autres. 

Drôles de questions

et même, ajoute-t-elle, “dans les dessins animés comme les Disney”. “La Vénus se rebelle”, c’est pour casser cette image qu’Aurélie a intitulé son livre ainsi. “Depuis toujours, les cheveux des femmes sont élevés en majesté. Vénus, la déesse de la beauté, est toujours représentée avec une certaine volupté et des cheveux longs”, analyse l’autrice, qui ne doute pas que la beauté peut se révéler ailleurs que dans une chevelure. Avec du recul, ces mésaventures, dues à ces stéréotypes, lui ont fait ouvrir les yeux. 

La beauté ne passe pas par les cheveux

/h3>