Trois accidents en 24 heures sur la RD103 à Saint-Agnan : "Il y a une responsabilité des usagers", pour le maire 


La RD103, dans le nord de l’Yonne, est le théâtre d’une série d’accidents de la route, depuis ce jeudi 22 septembre. En l’espace de deux jours, trois accidents ont eu lieu sur une portion de 10 km entre Villeneuve-la-Guyard et Villethierry, à hauteur de la commune de Saint-Agnan. 

La route vient de faire l’objet de travaux de réfection. « Les agents du Département ont fait une émulsion pour que le goudron ne colle pas après les roues, ils ont mis une couche importante de gravillons par endroits », explique le maire Bruno Chemin.

Tonneaux et « traumatisme crânien »

« J’ai eu une sacrée frayeur jeudi soir », souffle Antoine, 34 ans, habitué à prendre cet axe « pratiquement tous les jours depuis dix ans ». Il raconte avoir dérapé sur une bonne trentaine de mètres. « Depuis qu’il y a les gravillons, la route est devenue super dangereuse. Même en ne roulant pas vite, on peut facilement perdre le contrôle. Heureusement, j’ai pu freiner, sans partir dans le décor. »

Une jeune femme a eu moins de chance, jeudi soir, à Saint-Agnan. Aux alentours de 18 heures, sa voiture a fait plusieurs tonneaux, après avoir également dérapé. « Elle a un traumatisme crânien, elle a reçu des éclats de verre partout, sur les mains, les bras, la tête. Elle est très mal-en-point. Pour ce qui est de la voiture, elle est en miettes », relate Jean-Pierre Langellin, son père. 

coupure électrique sur l’autoroute A6. Le point sur les faits divers dans l’Yonne

Problème de signalisation

Sur place, l’homme assure avoir constaté « de gros tas de gravillons en plein milieu de la chaussée », confirmant les dires du maire. « Une dame qui roulait derrière ma fille m’a dit qu’elle allait à 60 ou 70 km/h. Ce n’est pas qu’une question de vitesse, il va falloir que le Département fasse quelque chose. » Un avis qui n’est pas forcément partagé par le premier édile : « Il y a une responsabilité des usagers de la route qui roulent trop vite. La vitesse est limitée à 80 km/h habituellement, mais avec les gravillons, elle devrait être abaissée à 50 km/h. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de panneaux. J’ai appelé le SRD (service routier départemental) pour leur demander de passer un coup de balai, mais normalement, les gravillons sont censés rester trois semaines. »

Yves Mantelet, installé sur la commune depuis 1985, est véritablement exaspéré par cette départementale devenue « extrêmement accidentogène ». « Ça a toujours été une route dangereuse, il faut l’avouer. beaucoup de camions, souvent des voitures ont une vitesse excessive. Mais avec les gravillons, c’est encore pire. Trois accidents en moins de 24 heures, ce n’est pas anodin. » Comme lui, d’autres habitants du village plaident pour une diminution temporaire de la vitesse. « Ou, du moins, que l’on interdise les dépassements durant un temps. »

Contacté.

premium Cambriolage dans une auto-école de Tonnerre : « J’étais défoncé et j’ai vu une opportunité »

Thomas Ribierre et Sid Benahmedreporters.com