une représentante onusienne en mission pour la protection de l’enfance


Dr Najat Maalla M’jid, Représentante Spéciale du Secrétaire Général du Système des Nations Unies en charge des questions de violence contre les enfants, termine ce samedi 27 novembre sa visite officielle de travail au Tchad, pays de Toumaï, berceau de l’humanité.Après sept (7) Jours de travail au Tchad en étroite collaboration avec la Coordonnatrice résidente du système des Nations Unies, la Représentante Spéciale a eu des échanges très fructueux avec les plus hautes autorités de la République, les responsables des organisations de la société civile, la plateforme inter-confessionnelle, les ambassadeurs, l’équipe pays du système des Nations Unies, les bailleurs de fonds, la banque mondiale et le Fond Monétaire Internationale. La Représentante Spéciale a également visité des programmes et services dédiés aux enfants. La Représentante Spéciale a également participé au lancement de la campagne nationale « Oranger le Tchad » visant à mettre fin aux violences basées sur le genre.Cette mission visait à renforcer la coopération entre le gouvernement du Tchad et le système des Nations Unies en vue d’accompagner le processus transitionnel en cours et de s’assurer que le développement, le bien-être et la protection des enfants contre toutes les formes de violences et d’exclusion sont dûment pris en compte.La situation de la violence reste une réalité quotidienne pour bon nombre des enfants, filles et garçons au Tchad. Selon l’Enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) de 2019, 85,3% des enfants de 1 à 14 ans ont subi toute méthode de discipline violente. Ajouter à cela, 7% des filles âgées de 0 à 14 ans ont subi une forme quelconque de mutilation génitale féminine (MGF) ; 55% des femmes âgées de 20 à 49 ans se sont mariées ou ont contracté une union conjugale avant 18 ans ; Environ 57% des enfants d’âge primaire ne sont pas à l’école.Cette tendance alarmante s’aggrave, du fait de l‘impact de la pandémie COVID19, des disparités et inégalités sociales, de l’insécurité alimentaire, des crises humanitaires et conflits, des changements climatiques, et de l’insécurité qui affectent le continent. Afin de pallier ces difficultés, le Gouvernement de la République du Tchad avec le soutien de ses partenaires a mis en œuvre de nombreuses actions pour prévenir et répondre aux violences faite aux enfants, mais beaucoup reste encore à faire.Dr Najat Maalla M’jid a été reçue par le Président du Conseil Militaire de Transition, le Général Mahamat Idriss Deby où elle a félicité le Président pour son engagement personnel dans la lutte contre les violences faites aux enfants et basés sur le Genre. Lors de cette audience, le Président a réitéré son fort engagement et insisté sur la nécessité d’une approche intégrée et synergique et du renforcement du partenariat avec les Nations Unies pour la protection et la promotion des droits de l’enfant.Lors de son audience avec le Président du Conseil National de Transition, la Représentante Spéciale a également plaidé pour la prise en compte de la protection des enfants et de leurs droits dans la nouvelle Constitution et dans le Plan National de Développement (PND). Elle a aussi souligné l’importance de la participation des enfants et des jeunes dans le processus du dialogue national inclusif.Afin de prévenir et de mettre fin à toutes les violences à l’égard des enfants, de manière durable et effective, l’équipe pays du système des Nations Unies en appui au gouvernement suivant le plan cadre de coopération 2017-2022, met un accent particulier sur la question des violences faites aux enfants et la mutilation génitale féminine. « Avec le gouvernement nous agissons sur plusieurs fronts à la fois afin d’investir dans l’accès équitable à des services intégrés inclusifs, protecteurs et de qualité, adaptés aux enfants et au genre, incluant l’éducation, l’alphabétisation, l’apprentissage numérique, la protection, la santé physique et mentale, la santé reproductive, la justice, le soutien aux familles, la protection sociale durable pour les familles et les communautés vulnérables.» a déclaré la Coordonnatrice résidente du système des Nations Unies Mme Violette Kakyomya.« Investir dans les enfants dès le plus jeune âge au Tchad ne peut pas attendre car les enfants ne sont pas seulement l’avenir, ils sont le présent et représentent un capital humain important. Investir dans les enfants contribuera grandement à la réalisation des Agenda 2030 et des Agenda africain 2040 et 2063. Les engagements politiques doivent être traduits en actions concrètes, durables, assorties des ressources humaines et financières requises, de système d’information et de mécanismes de redevabilité. Une mobilisation soutenue de tous les acteurs clés, y inclus les enfants et les jeunes est capitale, pour agir vite et mieux et de manière concertée.» a déclaré la Représentante Spéciale, Dr. Najat Maalla M’jid.


S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments