Volte-face d'Elon Musk, qui propose à nouveau de racheter Twitter


SAN FRANCISCO : Elon Musk a de nouveau changé d’avis : le patron de Tesla a finalement proposé à Twitter de racheter le réseau social au prix convenu en avril, à deux semaines du procès prévu entre les deux parties sur cette acquisition mouvementée.

L’entrepreneur « entend conclure la transaction envisagée par l’accord de rachat du 25 avril 2022 », selon les termes prévus, ont écrit ses avocats dans une lettre adressée au groupe californien lundi, et déposée mardi auprès du gendarme boursier américain, la SEC.

Seule condition exprimée dans la lettre.

Le titre de Twitter prenait plus de 22% à la Bourse de New York, après avoir été suspendu tout l’après-midi « en attendant des informations », après un article de l’agence Bloomberg qui a révélé ce rebondissement.

Elon Musk avait proposé au printemps d’acquérir la plateforme pour 54,20 dollars l’action, la valorisant donc à 44 milliards de dollars. Le conseil d’administration, d’abord très réticent, avait fini par accepter, mais l’homme le plus riche au monde était revenu unilatéralement sur cet accord en juillet.

Twitter avait alors lancé des poursuites pour le forcer à honorer son engagement, et tout indiquait qu’il était bien positionné pour l’emporter.

Mardi, le groupe a confirmé dans un bref communiqué « avoir reçu la lettre » et avoir l’intention « de conclure cette transaction » au prix défini.

«Contrat blindé»

« C’est un signe clair que Musk reconnaît que ses chances de gagner contre le conseil d’administration devant la cour du Delaware sont très faibles et que le rachat à 44 milliards allait devoir avoir lieu d’une façon ou d’une autre », a réagi l’analyste Dan Ives de Wedbush Securities.

Elon Musk avait bombardé Twitter de critiques avant et après la signature du contrat, accusant notamment la plateforme de censurer les utilisateurs.

Il avait justifié son retour en arrière en affirmant que la proportion de spams et de faux comptes sur la plateforme était largement supérieure à 5%, le chiffre avancé par l’entreprise de San Francisco.

Face à la plainte de Twitter, la présidente du tribunal spécialisé du Delaware devant traiter le dossier a accordé à l’entreprise un procès rapide, alors qu’Elon Musk voulait attendre l’année prochaine et demandait des quantités astronomiques de données.

Il devait théoriquement se tenir du 17 au 21 octobre, mais il n’aura pas lieu si Twitter accepte cette nouvelle offre.

« Twitter va vouloir un contrat blindé cette fois-ci, qui dira, en substance, +donne-nous l’argent et on peut conclure+. Ils vont vouloir que Musk avance une bonne partie de la somme totale », a commenté Adam Badawi, professeur en droit des affaires à l’université de Berkeley.

Le multimilliardaire n’a pas dit pourquoi il avait changé d’avis.

« Selon certaines spéculations, Musk aurait pu avoir à payer des intérêts substantiels s’il avait fait appel, et donc devoir débourser bien plus que les 54,20 dollars par action », note M. Badawi.

«Tempête d’inquiétudes»

Le clan Musk semblait avoir gagné un point lorsque Peiter Zatko, l’ex-chef de la sécurité de Twitter licencié en janvier, a accusé fin août le groupe d’importantes failles de sécurité, dans un rapport remis aux autorités américaines.

Mais lors d’audiences préliminaires avec la juge, les avocats du multimilliardaire semblaient peiner à étayer les accusations sur les comptes automatisés.

Un avocat de Twitter a ainsi fait état de deux rapports par des sociétés d’analyse de données engagées par l’homme d’affaires, Cyabra et CounterAction, qui ont évalué le taux de faux comptes à 11% et 5,3%, respectivement.

« Aucun de ces rapports ne soutient, même de loin, ce que M. Musk a dit à Twitter et au monde entier dans sa lettre du 8 juillet », a assené l’avocat, Brad Wilson, lors d’une audience.

Si la transaction a lieu, le risque que les régulateurs s’y oppose est faible, selon Dan Ives.

Mais l’idée à nouveau d’actualité que le patron de Tesla et SpaceX devienne propriétaire de Twitter « va causer une tempête d’inquiétudes et de questions de la part des utilisateurs et des politiques », a ajouté l’analyste.

L’accord d’avril avait en effet été accueilli avec beaucoup d’émotions, des angoisses de la gauche à la joie de la droite à l’idée qu’Elon Musk assouplisse le règlement et la modération des contenus.

« La plateforme va devenir un moteur de radicalisation s’il applique ne serait-ce qu’une fraction de ce qu’il a promis », a déclaré Angelo Carusone, président de l’ONG Media Matters for America, dans un communiqué mardi.