Test acer predator helios neo 16 (2024)  : tout pour la puissance


Avec ses Predator Helios Neo, Acer tente de répondre à la question qui fait rêver tous les joueurs : peut-on (bien) jouer sans se ruiner ? Contrairement à ce que certains pourraient penser, la question est loin d’être « vite répondue »… et loin d’être évidente. De nombreux éléments entrent en ligne de compte, l’un des plus importants étant le prix de la machine.

L’univers du PC portable gamer répond à ses propres codes et Acer s’est forgé une réputation avec ses machines Predator. Dans cette famille d’ordinateurs portables, on trouve des Predator Helios Neo comme ce modèle de test que nous avons eu entre les mains pendant quelques semaines. Sans plus attendre, voici sa fiche technique complète : NomAcer Predator Helios 16 (PH16-72) Dimensions357,7 x 278,6 x 25,9 – 27,8 mm Poids2,80 kg Processeur- Intel Core i7-14700HX Processeur Graphique- NVIDIA GeForce RTX 4070 (8 Go GDDR6)- Intel Iris Xe intégrée Stockage- 2 To : 2 x SSD M.2 de 1 To (NVMe PCIe 4.0 x4) en RAID 0- 32 Go de DDR5 (2 x 16 Go) Écran- IPS de 16 pouces (40,6 cm)- Définition de 2560 x 1600- Format 16:10- Taux de rafraîchissement de 240 Hz- Antifreflet Caméra- Webcam 1080p Système d’exploitation- Windows 11 Home Clavier et Pavé tactile- Pavé tactile- Pavé numérique- Boutons Acer- RGB 4 zones Batterie- Batterie de 90Wh- Adaptateur d’alimentation 330 W Connexion- WiFi 6E- Bluetooth 5.3- 2 x USB-C/Thunderbolt 4- 2 x USB-A 3.2 Gen 2- 1 x USB-A 3.2 Gen 1- 1 x RJ-45- 1 x HDMI- 1 x prise casque- 1 x lecteur de cartes microSD Audio- Haut-parleurs- Microphone Coloris- Noir- RGB Prix de lancement- 2599 euros

Test acer predator helios neo 16 (2024)  : tout pour la puissance

Design

L’Acer Predator Helios Neo 16 en impose, et ce dans tous les sens du terme. Avec 2,8 kg sur la balance, il entre dans les catégories des ordinateurs « transportables ». Les dimensions sont relativement maîtrisées (357,7 x 278,6 x 25,9 – 27,8 mm) pour ce type de machine de 16 pouces. La qualité de fabrication est présente, même si nous ne sommes pas en présence des matériaux les plus nobles. Le Predator Helios Neo 16 mise surtout sur le plastique pour répondre à sa mission d’offrir le meilleur rapport performances/prix possible.

© JournalduGeek.com Alors que la tendance du moment va vers plus de sobriété, l’Acer Predator Helios Neo 16 (2024) se rappelle au bon souvenir des fans de « gaming ». Sans baver du RGB dans tous les sens, il cultive son format très brut avec des codes militaires (chiffres, symboles…). Ces derniers sont bien intégrés et bien que ce modèle ne cache pas ses origines (logo Predator, larges grilles de ventilation…), il le fait plutôt bien et l’ensemble reste agréable. © JournalduGeek.com Le Predator Helios Neo 16 répond à sa mission en le faisant efficacement et sérieusement, tout en conservant une certaine évolutivité. Il est possible d’accéder à la RAM et aux emplacements pour faire évoluer la partie stockage. En l’état, il y a de quoi voir venir et l’upgrade ne sera pas pour tout de suite. © JournalduGeek.com

Clavier et touchpad

Le clavier d’Acer est de bonne facture, offrant une frappe agréable avec une course assez courte et un retour rapide. La sensation est plaisante, même si ce n’est pas la même sensation qu’un clavier mécanique. Pour le gaming, on n’est pas déçu et le clavier comprend même un pavé numérique complet. Le fabricant doit quand même faire des sacrifices et ce pavé est un peu étroit, avec des touches directionnelles qui se glissent à son niveau. Rien de dramatique, mais il n’est pas rare d’appuyer accidentellement sur certaines touches avant de prendre ses marques. Enfin, le rétroéclairage est satisfaisant.
Du côté du pavé tactile, il est encore une fois efficace et agréable au toucher. La plupart des joueurs switcheront vers une souris externe, mais il est bon de constater que ce touchpad n’est pas bâclé.

Connectique

L’Acer Predator Helios Neo 16 est un bon élève dans le domaine puisqu’il propose une connectique assez complète. Sur la gauche, on trouve un port Ethernet RJ-45, un lecteur de carte micro SD, un port USB-A (3.2 Gen 1) et un port combo jack 3,5 mm. À droite du PC portable, Acer ajoute deux ports USB-A (3.2 Gen 2). Au dos, l’utilisateur accède à deux ports USB-C (3.2 Gen 2) compatibles Thunderbolt 4, un port HDMI 2.1 et le port d’alimentation. Cette connectique est exactement la même sur le modèle précédent et demeure un point fort de cette machine. On peut aisément envisager d’utiliser le Predator Helios Neo 16 en tant que machine principale à son domicile.

Le sans-fil n’est pas en reste avec une prise en charge du Wi-Fi 6e pour jouer dans de très bonnes conditions sans se connecter.

Écran

Vous ne serez pas dépaysés si vous avez lu notre test du Predator Helios 16 lancé en 2023. Ce nouveau modèle est surtout une mise à jour technique et l’écran continue d’offrir les mêmes caractéristiques. Nous avons toujours droit à une dalle IPS de 16 pouces au format 16:10, offrant une définition 2560 x 1600 pixels. Le taux de rafraîchissement maximal est de 240 Hz sur ce modèle, qui revendique aussi un temps de réponse gris à gris de 3 ms.

© JournalduGeek.com À l’usage, l’écran se montre au niveau de la configuration qui l’accompagne. Il est suffisamment lumineux pour évoluer dans n’importe quelles conditions d’utilisation, surtout avec son traitement mat. Ce dernier est appréciable et autorise une partie de jeu dans un environnement très lumineux, ou en plein soleil.

Hardware et Performances

L’Acer Predator Helios Neo 16 embarque un processeur Intel Core i7-14700HX de quatorzième génération, couplée à une carte graphique NVIDIA GeForce RTX 4070. Le CPU repose sur une architecture à 20 cœurs, avec 8 cœurs performants et 12 cœurs efficaces. Le nombre de threads total atteint 28, avec une fréquence de base de 2,10 GHz et 5,50 GHz en turbo.

© JournalduGeek.com La partie graphique dispose de 8 Go de mémoire dédiée (GDDR6), avec une puissance jusqu’à 140 W. Il est également possible de basculer sur la solution intégrée Intel pour les usages légers. Côté stockage, on trouve des SSD de 1 + 1 To en PCIe 4.0 et configuré en RAID 0. © JournalduGeek.com La puissance est clairement au rendez-vous et ce duo i7/RTX 4070 montre dans les benchmarks qu’il en a dans le ventre. Si le processeur est à son avantage, les regards se tournent surtout vers la GeForce RTX 4070 pour les jeux. La carte de NVIDIA confirme qu’elle est à l’aise dans la plupart des situations, même dans la définition native de l’écran (2 560 x 1 600 pixels). Dans ce cas de figure, il n’est pas toujours possible de jouer avec tous les réglages au maximum sur les jeux les plus gourmands. En revanche, c’est envisageable sur des jeux plus anciens. La question ne se pose presque pas dans les titres compatibles avec le DLSS 3. Ce n’est plus une surprise, la technologie du géant vert est impressionnante et la RTX 4070 en profite pleinement. Une fois activé, l’IA (ou plutôt le deep learning) aide à gagner en performances dans les jeux.

Logiciel

Proposé sous Windows 11, ce PC portable gaming n’a évidemment aucun mal à faire tourner l’OS de Microsoft dans les meilleures conditions. Les performances sont au rendez-vous grâce à un processeur puissant et un SSD très rapide. © JournalduGeek.com

Refroidissement

Acer maîtrise toute cette puissance en proposant un système de refroidissement vraiment efficace. La chauffe reste maîtrisée même après une longue session de jeu et la machine redescend rapidement en température. Ce dispositif nous avait déjà impressionnés l’an dernier, il demeure efficace avec un i7 de dernière génération et une RTX 4070. Il aide aussi le Predator Helios Neo 16 à maintenir de belles performances dans les usages gourmands ou les jeux. Lorsque la machine est sollicitée, la soufflerie se fait entendre et les déciles montent à mesure que les ventilateurs s’agitent. La machine n’est pas un modèle de discrétion et il vaut mieux utiliser un casque lorsqu’on joue. En mode silencieux pour les tâches du quotidien, le Predator Helios Neo 16 se montre beaucoup plus sage.

Autonomie

L’endurance est rarement un point fort sur les PC portables dédiés au jeu vidéo. L’Acer Predator Helios Neo 16 confirme cette tendance à s’essouffler rapidement loin de la prise. Sa batterie de 90 Wh lui assure 4 à 5 heures d’autonomie dans les meilleures conditions, ce qui place le Helios Neo 16 dans la moyenne basse. En usage polyvalent ou pour travailler (bureautique), on se situe plutôt entre 2 et 3 heures d’utilisation. Il est possible d’optimiser l’autonomie en passant par la case réglage de la machine (Predator Sens, Nvidia Optimus) et Windows, mais est-ce vraiment utile ? Une telle machine est pensée pour s’exprimer à plein poumon, plutôt que pour être bridée dans ces usages afin de grappiller un peu d’autonomie. Il faut aussi tenir compte de la présence du bloc externe de 330 W. Assorti au PC portable d’Acer, c’est une véritable brique qui passe l’envie de se balader avec cette machine et son chargeur dans son sac. Évidemment, ce n’est pas une surprise en raison du positionnement de ce modèle.

Prix et disponibilité

Le modèle de test s’affiche actuellement sur le site Acer au prix de 2 599 euros. Vous pouvez également trouver une variante dotée d’un Intel Core i9-14900HX (encore plus puissant), à moins de 2 000 euros à l’heure de ces lignes.

🟣 Pour ne manquer aucune news sur le Journal du Geek, abonnez-vous sur Google Actualités. Et si vous nous adorez, on a une newsletter tous les matins.