comment la théorie d’un accident de laboratoire est revenue au premier plan


2020

comment la théorie d’un accident de laboratoire est revenue au premier plan


La virologiste Shi Zhengli

Face aux attaques, la Chine riposte.

Elle suggère, par exemple, que le virus aurait pu être introduit en octobre 2019 par des marines américains lors des Jeux militaires de Wuhan. Shi Zhengli, surnommée « Batwoman » en Chine, pour ses études spécialisées sur les coronavirus de chauve-souris depuis des décennies, confie ensuite au journal Scientific American qu’aucune trace du SARS-CoV-2 n’était présente dans les congélateurs de son Institut de Virologie, à Wuhan. Vidéo : Origine du Covid : la thèse d’une fuite d’un laboratoire est «une manipulation politique», affirme la Chine (Le Figaro)

Origine du Covid : la thèse d’une fuite d’un laboratoire est «une manipulation politique», affirme la Chine

Vidéos suggérées

    i&quot

    Le fils de Delphine Jubillar évoque «une violente dispute» entre ses parents peu avant la disparition, annonce le procureur

    Le Figaro

    i&quot

    Affaire Delphine Jubillar : «La piste de la disparition criminelle retenue», annonce le procureur de Toulouse

    Le Figaro

    i&quot

    «Le contexte de séparation était très conflictuel», déclare le procureur

    Le Figaro

    i&quot

    Affaire Delphine Jubillar : «Cette disparition ne peut pas être considérée volontaire» affirme le procureur de Toulouse

    Le Figaro

    i&quot

    Le Figaro

    i&quot

    Jeux olympiques 2020 : hésitations «jusqu’à la dernière minute» sur la présence de spectateurs

    Le Figaro

    i&quot

    Âge, profil, indices: les critères d’une disparition inquiétante

    Le Figaro

    i&quot

    «Delphine Jubillard s’occupait énormément de ses enfants», explique Margaux d’Adhémar

    Le Figaro

    i&quot

    Le Figaro

    i&quot

    Euro : Didier Deschamps s’attend «à du répondant» de la part de la Hongrie pour le deuxième match des Bleus

    Le Figaro

    i&quot

    TF1 a repris la musique des «Dents de la Mer» pour le générique de son JT, «une technique de manipulation» explique le mentaliste Fabien Olicard

    Le Figaro

    i&quot

    «Docteur House est mentaliste, comme Sherlock Holmes» : l’ingénieuse comparaison de Fabien Olicard

    Le Figaro

    i&quot

    Emmanuel Grégoire : «Nous allons bientôt régler la situation à Stalingrad»

    Le Figaro

    i&quot

    L’Allemagne appelle à «suivre de très près l’évolution» du variant Delta

    Le Figaro

    i&quot

    L’Espagne emboîte le pas à la France et abandonne le masque en extérieur

    Le Figaro

    i&quot

    «Une ode à l’amour et la danse» : «D’où l’on vient», le classique de Broadway, raconté par Lin Manuel Miranda et Corey Hawkins

    Le Figaro

    i&quot

    Le fils de Delphine Jubillar évoque «une violente dispute» entre ses parents peu avant la disparition, annonce le procureur

    Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans et mère de deux enfants a disparue depuis six mois dans le Tarn.

    Cédric Jubillar, son mari, a été mis en examen pour «meurtre aggravé». Le procureur fait un point sur l’enquête.

    Le Figaro

    i&quot

    Affaire Delphine Jubillar : «La piste de la disparition criminelle retenue», annonce le procureur de Toulouse

    Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans et mère de deux enfants a disparue depuis six mois dans le Tarn.

    Cédric Jubillar, son mari, a été mis en examen pour «meurtre aggravé». Le procureur fait le point sur l’enquête.

    Le Figaro

    i&quot

    «Le contexte de séparation était très conflictuel», déclare le procureur

    Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans et mère de deux enfants a disparue depuis six mois dans le Tarn.

    Cédric Jubillar, son mari, a été mis en examen pour «meurtre aggravé». Le procureur fait un point sur l’enquête.

    Le Figaro

VIDÉO SUIVANTE

Mystère autour de la mine de TongguanCe que la chercheuse ne mentionnera que quelques mois plus tard, c’est qu’un échantillon d’un virus nommé RaTG13, détecté en 2013 chez quatre patients ayant visité une mine dans la ville de Tongguan, dans la province de Yunnan, au sud-est de la Chine, a été étudié à l’Institut de Virologie de Wuhan.

Ce virus, aussi nommé RaBtCoV/4991, est proche à 96,2 % du SARS-CoV-2, dit-elle dans un addendum dans la revue Nature, en novembre 2020.Les deux virus restent cependant bien distincts, selon son équipe chinoise. « Ces patients n’étaient pas infectés par le SARS-CoV-2 », lit-on dans l’étude.

Les regards restent pourtant vissés sur Wuhan et son Institut de Virologie. Un article dans la revue BioEssays, datant d’août 2020, souligne qu’on y travaille sur des « gains de fonction », qui consistent à modifier, par exemple, un virus pour le rendre plus virulent, et mieux l’étudier. En même temps, l’idée du virus échappé du laboratoire est à nouveau mentionnée dans un article scientifique de la revue Médecine/Sciences.

Durant l’automne, les autorités chinoises, elles, persistent à suggérer que le virus du Covid-19 vient de l’étranger. Leur dernière théorie ? Le virus viendrait de l’importation de surgelés.Arrive 2021.

Après avoir affronté plusieurs vagues épidémiques, les autorités mondiales commencent, tour à tour, des campagnes de vaccination. En janvier, l’OMS, lance enfin une enquête dont les conditions se négociaient avec le pouvoir central chinois depuis des mois. Sur place, une équipe d’experts locaux et internationaux visite le fameux marché de Wuhan, qui regorgeait d’animaux de nombreuses sortes avant la pandémie.

Ils passent aussi par trois laboratoires locaux, ainsi que l’Institut de Virologie de Wuhan, examinent les dossiers de 76 000 patients compilés par plus d’un millier d’experts chinois et provenant de plus de 200 structures médicales de Wuhan, selon les informations du Wall Street Journal.Les ratés de l’OMSProblème  : les données fournies par les autorités chinoises sont des analyses, pas des données brutes. À l’Institut de Virologie, lorsque les experts demandent ce que sont devenues les données des virus stockés dans ses congélateurs – données en ligne jusqu’en 2019, comme l’a révélé le collectif d’experts D.

R.A.S.

T.I.C.

, le Dr Shi Zhengli leur répond qu’il a fallu les supprimer à cause de cyberattaques massives.

« La Chine a une culture du secret qui consiste à cacher tout ce qui peut nuire à sa capacité de contrôle » ou si c’est simplement pour éviter toute discussion, même dans le cas où ce n’est pas un accident.

 »