"C'était compliqué dans le vestiaire"


« C’était dur dans le vestiaire. Pour tout le monde. Parce qu’on avait plus d’ambition pour ce match. On a créé, on a eu beaucoup de centres, de situations. Mais on a pris beaucoup trop de buts ce soir pour pouvoir espérer mieux ». Amer. Sanjin Prcic, le milieu de terrain du Racing était abattu après la nouvelle défaite de son équipe. Cette fois face à Troyes, à la Meinau, à la maison. Défaite 3 buts à 2.

Les strasbourgeois menés 2-0 avaient pourtant recollé grâce à Habib Diallo et une superbe frappe du latéral droit Ismaël Doukouré. Mais Troyes a finalement marqué le but de la victoire grâce à une spectaculaire demi-volée de Xavier Chavalerin.

« On a fait une entame de match cohérente avant d’avoir un trou d’air. On s’est fait sanctionner. On est très bien revenus ensuite. Après l’égalisation, on n’a pas réussi à mettre une pression dans la surface de l’adversaire » a analysé l’entraîneur Julien Stéphan après le match. Le Racing est toujours avant dernier au classement, 19e de la Ligue 1. Alors Julien Stephan ne cache pas que la situation est compliquée. Il raconte ce qu’il a dit à ses joueurs, après le match dans le vestiaire.

Y croire encore, envers et contre tout

« Que certainement les commentaires seraient négatifs. Qu’on serait peut être même déjà enterrés dès ce soir de la part de tout le monde. Voilà ce que je leur ai dit. Et que le seuls à pouvoir rester debout c’était eux-mêmes, c’était ce groupe là avec ce staff, continuer à travailler et à y croire » raconte-t-il. « Je leur ai demandé de ne rien lire, de ne pas écouter surtout et de rester unis et debout, car la situation n’est pas bonne mais pas définitive. Si moi je n’y crois pas, qui va y croire ? On se bat, sur le terrain. Après il n’y a rien qui tourne pour nous. Le but à la 93e à Paris

le but exceptionnel là à 10 minutes de la fin de Chavalerin. On se bat, pas toujours juste, mais on s’accroche » analyse le coach.Les joueurs strasbourgeois vont devoir vite oublier cette cruelle défaite, car ils affrontent Angers vendredi à 18h en coupe de France à la Meinau. Avant de recevoir Lens, tombeur du PSG, et deuxième de Ligue 1 mercredi 11 janvier à 21h.

Julien Stephan a aussi répondu à une question sur son avenir personnel  : « Je peux parler de tous les sujets mais celui-là, je ne le maîtrise pas. Je travaille, la direction voit le travail qui est fait, vous poserez la question à qui de droit mais ce n’est pas à moi de répondre » a-t-il dit.A noter qu’une partie des supporters du Racing avaient boycotté le match contre Troyes, pour protester contre la tenue de cette rencontre un lundi à 15h.