Le jour où la BBC a piégé Diana


C’était le 20 novembre 1995. Face à Diana, Martin Bashir. Elle lui parle de son mariage malheureux, de sa dépression, et se livre à une critique féroce de la famille royale… Un séisme. La Reine exige le divorce du couple princier. Vingt-cinq ans après, Martin Bashir est démasqué : il avait manipulé lady Diana. La très honorable télévision anglaise est éclaboussée par le scandale.

Le jour où la BBC a piégé Diana

B.C./B.B.C./SIPA

avait fait croire à Diana qu’elle était espionnée par son entourage. L’objectif : gagner sa confiance pour décrocher la grande interview sur l’échec de sa vie conjugale.C’était le scoop du siècle. Filmé au cœur du réacteur, le palais de Kensington, où résidait la princesse de 34 ans. Ce 20 novembre 1995, à l’écran, Diana ouvre de grands yeux cernés de khôl et parle d’une voix navrée : « Nous étions trois dans ce mariage, alors c’était un peu encombré. » Voilà pour la liaison entre Charles et Camilla. La réplique restera dans les annales pour sa tournure élégante. Mais, entre deux euphémismes, elle se confiait sans détour. Dépression à la naissance de William, boulimie… « Vous vous remplissez l’estomac quatre ou cinq fois par jour et ça vous réconforte. Puis votre ventre ballonné vous dégoûte et vous faites tout remonter. »

Diana doute même de la capacité de Charles à régner : « Le job au top, comme je l’appelle, lui imposerait d’énormes contraintes et j’ignore s’il pourrait s’y adapter. »

trop de téléspectateurs ont eu le même réflexe : brancher la bouilloire pour se consoler avec une tasse de thé Il fera un documentaire retentissant, mais très controversé, sur Michael Jackson, l’idole de l’époque. La princesse, elle, sera fauchée vingt et un mois après l’émission, le 31 août 1997, dans le tunnel de l’Alma.

Ces messieurs ne sont pas du genre à paniquer si des paparazzis rôdent

Bashir en fait trop. Diana, assure ce dernier, serait sur écoute même dans sa voiture, Charles l’aurait trompée avec Tiggy, la nounou des enfants, et le prince Édouard serait atteint du sida…

Bashir en fait trop Et la BBC détourne sciemment le regard

Diana se montre de plus en plus distante avec son secrétaire privé et quelques amis… Mais pour l’interview Les supérieurs de Bashir l’interrogent aussi mais il réussit à les berner. Forts de ses réponses et du courrier de Diana, ils décident de s’en tenir là, même quand la presse s’en mêle au printemps 1996. Sachant pourtant que lord Spencer est un témoin clé, ils ne l’interrogent pas. Et passent l’éponge.Outre les techniques plus que douteuses de Bashir, c’est cette enquête bâclée qui fait maintenant bondir l’Angleterre. Les pubs ont rouvert et la bière y coule à flots, mais rien ne va plus car la Beeb, institution aussi ancienne et vénérée que la Reine, a failli ! Une aubaine pour Boris Johnson et les conservateurs qui ne la portent pas dans leur cœur – trop critique, trop « gauchiste »… Tant pis pour son prestige, ses documentaires animaliers réputés, ses dizaines de chaînes, ses 35 000 employés dans le monde… Quant aux tabloïds, c’est à qui hurlera le plus fort. À croire qu’ils sont autonettoyants. En 1992, l’un d’entre eux publiait les enregistrements secrets d’une conversation téléphonique entre Diana et James Gilbey, un « ami ». Les lecteurs pouvaient payer pour entendre la bande originale au téléphone ! C’était le soir du nouvel an 1989, dans le Norfolk, avec la famille royale ; la princesse s’était isolée dans sa chambre. Son interlocuteur lui donnait du « darling », elle lui lançait moult baisers sonores, se plaignait de « cette foutue famille », déclarait que Charles faisait de sa vie « une torture »…

Un parfum de scandale flottait sur la cour une biographie de Diana, à laquelle elle avait contribué, avait déjà révélé sa dépression, sa boulimie, ses automutilations, la liaison entre Charles et Camilla… Le prince avait lui-même admis son adultère un an auparavant, lors d’une interview. Diana rêvait d’une revanche. À la télévision, comme Charles. Des années que le royaume bruissait de la « guerre des Galles » et que Diana se sentait épiée, traquée. Elle questionnait même des médiums à ce sujet. Le divorce était inéluctable.

Martin Bashir, 58 ans, retravaillait pour la BBC depuis 2016 sur les questions religieuses. Il a démissionné juste avant la sortie du rapport de lord Dyson

interrompues par la mort de Philip. Lors de la visite du porte-avions à son nom, elle marchait avec difficulté mais arborait un tailleur rouge vif et un grand sourire. God save le sang-froid de la Reine. Et celui de ses sujets, si souvent menacés de fièvre.