L'IA n'est ni intelligente ni artificielle


en effectuant des tâches telles que De grandes entreprises comme Meta et Amazon disposent de vastes équipes de développement de l’IA et affirment que celle-ci est au cœur de leur travail. Meta écrit que « notre avenir dépend de notre capacité à exploiter les technologies d’IA les plus récentes à grande échelle », et Amazon encourage ses clients à « innover plus vite avec l’ensemble le plus complet de services d’IA et.

»

L'IA n'est ni intelligente ni artificielle

« On entend très rarement une grande entreprise tech reconnaître la main-d’œuvre invisible qui se cache derrière une grande partie de cette technologie »

 « Pour moi, l’un des mythes autour de l’IA est de croire qu’elle fonctionne réellement de façon autonome.

Actuellement, le travail humain compense beaucoup de lacunes dans le fonctionnement de ces systèmes », affirme à Motherboard Laura Forlano, professeur associé de design à l’Institut de design de l’Illinois Institute of Technology. « D’un côté, l’industrie peut prétendre que tout ça arrive un peu comme par magie dans les coulisses, ou qu’une grande partie de ce qui se passe est du ressort de l’informatique. Mais nous savons que dans de très nombreux cas, qu’il s’agisse du contenu en ligne, de la façon de faire fonctionner un véhicule autonome ou des appareils médicaux, le travail humain est utilisé pour combler les lacunes de ces systèmes.

»Les personnes comme Kauffman, qui contribuent à créer les matières premières utilisées pour former ces systèmes, ont rarement une idée de ce que leur dur labeur servira à créer.« Nous travaillons souvent sur des projets dont nous ignorons la finalité , mais nous savons que nous travaillons sur certains de ces gros appareils technologiques. Et même si je n’ai pas besoin du statut d’employé, on entend très rarement une grande entreprise tech reconnaître la main-d’œuvre invisible qui se cache derrière une grande partie de cette technologie », estime Kauffman.

« On fait croire aux gens que l’IA est plus intelligente et plus avancée qu’elle ne l’est en réalité, et c’est pour cela que nous continuons à la former chaque jour. »Les entreprises de la tech embauchent des dizaines de milliers de gig workers pour maintenir l’illusion que leurs algorithmes d’apprentissage automatique sont entièrement autonomes, et que chaque nouvel outil d’IA est capable de résoudre un certain nombre de problèmes dès sa sortie de la boîte. En réalité, le développement de l’IA a beaucoup plus en commun avec les cycles de production de matériaux qu’on ne le réalise.

« Lorsqu’il y a ces relations d’externalisation du travail vers une main-d’œuvre à bas salaire et des pays à faible revenu, cela se double souvent de rapports d’exploitation, de moins bonnes protections et de moins bonnes conditions. »


il ne s’agit pas d’un emploi à impact Cela crée également une distance entre les travailleurs et l’entreprise elle-même lorsque le client est dans un autre pays, et que la plateforme se trouve dans un pays tiers », explique Howson. « Ils sont classés comme entrepreneurs indépendants, ils ont donc très peu de recours aux protections du travail locales, et aux cadres législatifs qui leur permettraient de se syndiquer ou d’engager des négociations collectives avec ces plateformes. »En raison de ce déséquilibre structurel du pouvoir, les travailleurs n’ont souvent pas la possibilité de s’exprimer à propos de leurs clients, qu’il s’agisse de préoccupations éthiques concernant l’ensemble des données avec lesquelles ils interagissent ou de violations du travail, comme le refus de leur verser un salaire convenable.

 

« De par mon expérience avec Amazon Mechanical Turk, j’ai pu constater que des robots et des personnes donnaient de fausses réponses aux questions. Ces dynamiques ont certainement une influence sur la qualité de ces ensembles de données. »

mais aussi bien souvent inutile de contester ces cas lorsqu’ils se produisent mais qui a rejeté toutes les tâches terminées qu’elle a reçues
« L’une des conclusions logiques que l’on pourrait tirer serait que si l’on ajoute plus de données correctes aux systèmes, ceux-ci finiront par s’améliorer.

Mais c’est une erreur. Ce n’est pas une question de quantité. »

« Et si cela n’est pas fait de manière équitable, c’est juste une autre forme d’exploitation. »VICE France est sur TikTok, Twitter, Insta, Facebook et Flipboard.VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.