La vaccination à la traîne dans certaines communes : Christie Morreale explique pourquoi (vidéo)


Christie Morreale, la ministre wallonne de la Santé, était l’invitée du RTL INFO 19H ce lundi soir pour faire le point sur l’évolution de la vaccination. Elle a répondu aux différentes questions de Caroline Fontenoy.

Caroline Fontenoy : Comment expliquer la différence entre certaines communes et provinces, au niveau de l’âge des personnes qui ont déjà reçu leur convocation? Dans certaines provinces, on vaccine déjà les personnes de moins de 40 ans.

Christie Morreale : « C’est un peu comme l’état de santé en général de la population. On se rend compte qu’il y a une corrélation entre des personnes qui ne font pas très attention à leur santé et le fait qu’elles ne fassent pas la démarche d’aller se faire vacciner. On le voit avec le baromètre Solidaris. On doit redoubler d’efforts. Des campagnes générales ont été menées et maintenant des campagnes spécifiques vont être menées. Les médecins généralistes, les pharmaciens, les bourgmestres, échevins, les maisons de jeunes et agents de quartier vont être impliqués. On va multiplier les actions pour pouvoir descendre dans les quartiers, sensibiliser, répondre aux questions et inquiétudes afin de convaincre les derniers d’aller se faire vacciner. Le seul moyen de s’en sortir est d’aller se faire vacciner. La vaccination permet de se protéger et de protéger les autres. »

Caroline Fontenoy : Selon une étude récente, les Flamands sont plus disposés à se faire vacciner que les Francophones. Comment l’expliquer?

Christie Morreale : « Principalement par une hésitation vaccinale. Il y a un mouvement « antivax » en France, qui est très important. C’est le pays le plus « antivax » au monde. Culturellement, on regarde les médias français et les réseaux sociaux. Les complots et contre-informations circulent et viennent de là. On a un gros travail à faire. Il y a 35% des gens qui souhaitaient se faire vacciner au mois de novembre. Aujourd’hui, on est à plus de 70%. L’objectif est d’avoir un taux qui est le plus élevé possible pour éviter que les variants continuent de circuler. »

Caroline Fontenoy : Comment comptez-vous convaincre les personnes réticentes?

Christie Morreale : « On va faire des grandes campagnes de communication, à la télé, sur les réseaux sociaux, avec des influenceurs, les autorités communales, les médecins, les pharmaciens, les maisons de jeunes. Il y aura aussi des actions très ciblées à l’égard de certains publics. Je pense qu’il y aura un effet d’entrainement qui va fonctionner, comme avec les personnes les plus âgées. De cette manière-là, on arrivera à ce que tout le monde puisse être vacciné au mois de juillet. Il devrait y avoir une accélération qui va permettre de vacciner plus vite que prévu. »