Absentéisme à la Ville, budget participatif, vignettes Crit'Air... Le conseil municipal de Clermont-Ferrand en direct


Les élus clermontois ont voté à l’unanimité une aide de 400.000 € à la société clermontoise ACC M, spécialisée dans la réparation et la maintenance d’équipements de transports ferroviaires. L’entreprise, en pleine croissance, ambitionne de rénover et de reconstruire une partie de ses bâtiments sur un site qui appartient aujourd’hui à l’Etablissement public foncier (EPF) Auvergne pour le compte de la Ville de Clermont-Ferrand.

Maintenance ferroviaire : les ACC-M relancés sur les bons rails à Clermont-Ferrand

Afin d’accompagner ce projet, la Ville va donc l’aider à hauteur de 400.000 €, sous la forme d’un rabais sur la redevance annuelle 2022 payée par l’entreprise pour ce site (320.000 €) et d’une compensation sur une partie de la redevance 2021 (80.000 €).

« Cette décision marque la mobilisation très forte de la ville pour cette entreprise. Nous avions déjà procédé au rachat du site pour 4,5 millions d’euros. ACC M, c’est très important pour nous, même si ce n’est pas notre compétence première et même si on se dit que d’autres pourraient le faire », a relevé Marion Canalès, adjointe en charge de l’économie, en comparant les aides de la Ville aux « deux millions d’euros consentis par la Région sous forme d’avance remboursable ».

À Clermont-Ferrand, l’éclairage public va être éteint la nuit et le chauffage baissé dans les écoles et les gymnases

Les projets lauréats seront sélectionnés en juin 2023 et réalisés courant 2024 et 2025. Comme pour les deux premières éditions, au moins deux projets dans chacun des cinq quartiers clermontois seront sélectionnés. Avec deux évolutions majeures.

Le Bupa souhaite impliquer davantage de jeunes, qui peuvent proposer des projets et voter dès 11 ans  : « Nous travaillons par exemple avec le rectorat pour aller dans les collèges dès cet automne », a détaillé Charles-André Dubreuil, adjoint en charge de l’innovation démocratique. Cette troisième édition permettra également aux citoyens de proposer des projets de végétalisation, l’une des préconisations de la convention citoyenne.

Qui se cache derrière la fresque monumentale du coq, réalisée place du 1er-Mai à Clermont-Ferrand ?

Alexis Blondeau (groupe Ensemble citoyens ! ) en a profité pour demander  : « Miser sur les jeunes n’est pas suffisant, il est nécessaire de les accompagner. Vous oubliez une promesse de campagne majeure 😕 » Lucas Peyre, élu en charge du dossier, a assuré que l’engagement serait tenu, tout comme l’échéance 2023 :, nous aurions pu la faire très vite. Excusez-nous de prendre le temps de bâtir un projet sérieux. »

Les vignettes Crit’Air bientôt à Clermont-Ferrand ?

une démarche portée par l’État qui fixe à l’échelle du territoire de Clermont Métropole un certain nombre d’actions, sur la période 2022-2027, afin d’améliorer la qualité de l’air. « C’est un gros enjeu en terme de santé et d’environnement », a rappelé Nicolas Bonnet, adjoint en charge des mobilités actives et de la qualité de l’air.

Cette troisième édition du PPA définit ainsi seize actions autour de la mobilité (actions contre l’autosolisme, pédagogie…), sept sur les activités économiques (pour le secteur industriel et le BTP), sept sur le résidentiel-tertiaire (réduction des émissions de chauffage…), et quatre actions sur la gouvernance et la communication auprès des citoyens.

Clermont métropole s’engage à déployer des zones à faibles émissions à Clermont-Ferrand fin 2020

Et Nicolas Bonnet de citer plus précisément l’exemple du chauffage au bois (avec l’ambition de renouveler 150 appareils de chauffage au bois non performants) et celui de la pollution liée à la mobilité avec la mise en place, évoquée depuis quelques années déjà à Clermont-Ferrand, d’une Zone à faible émission mobilité (ZFE-m), qui repose sur le système des vignettes Crit’Air. « On commencera à réglementer les véhicules professionnels puis progressivement ceux des particuliers », a relevé l’élu à ce sujet.

Avant son éventuelle mise en œuvre, ce PPA, dont les actions ne seront pas systématiquement portées par la collectivité, est actuellement soumis à avis des 21 communes de la métropole. Clermont-Ferrand a donc délivré un avis favorable à l’unanimité.

Nouvel appel à projets pour le Lieu-Dit (ex Petit Vélo)

En 2021, la Ville a initié un projet de requalification de l’ancien Petit Vélo, dans le quartier Fontgiève. Nommé le Lieu-Dit, il est occupé une vingtaine de jours par mois par des artistes et des collectifs en résidence.

Isabelle Lavest, adjointe en charge de la politique culturelle, a rappelé que le “nom n’est pas définitif. Il s’agit de redéfinir ce lieu mythique et de poursuivre la démarche.” Après un premier appel à projet en 2021, auquel une vingtaine de collectifs ont répondu, un second a été lancé. Treize structures ont proposé leurs projets. Les élus ont voté à l’unanimité 62.000 euros d’aides.

Côté calendrier, après des travaux de mise en sécurité, le chantier de réhabilitation est programmé pour 2025-2027.

Un tiers-lieu solidaire quartier de la gare

L’association Habitat et Humanisme a pour projet d’ouvrir un tiers-lieu solidaire avenue Albert et Elisabeth. Objectif : rompre l’isolement, créer du lien et de la mixité sociale à travers des repas, des ateliers de préparation culinaire, ainsi que de nombreux ateliers pour « redonner confiance aux plus fragiles. On a beaucoup de chance d’accueillir ce lieu-là, un restaurant digne dans lequel on se sente bien », a indiqué Manuela Ferreira De Sousa, adjointe en charge de la vie associative.

Les habitants du quartier de la gare seront invités à s’impliquer puisqu’une quarantaine de bénévoles seront nécessaires pour faire fonctionner le lieu. 

L’absentéisme à la Ville en débat

La chambre régionale des comptes Auvergne-Rhône-Alpes a procédé au contrôle des comptes et de la gestion de la commune de Clermont-Ferrand, à compter de l’exercice 2015. « Ce rapport est extrêmement satisfaisant ». citant notamment l’analyse de la situation financière, qui « n’appelle pas d’inquiétude particulière » aux yeux de la chambre des comptes. Il a également cité deux grands chantiers, soulevés dans le rapport  : le transfert des biens à la métropole et le niveau élevé d’absentéisme. « C’est essentiellement lié à la pyramide des âges », a-t-il commenté.

« On a l’équivalent de 260 personnes chaque jour en arrêt maladie, s’inquiétait en réponse l’élu d’opposition Eric Faidy (groupe Ensemble citoyens ! ). La Ville connaît un taux d’absentéisme de 14 %, qui augmente chaque année et est plus élevé que la moyenne des autres collectivités (10 %). Je me pose la question de savoir si ceci ne peut pas cacher un véritable mal-être au travail, une pression des managers. Il est pour moi inacceptable qu’on ne s’occupe pas de la santé physique et psychologique des fonctionnaires. Ça doit être une priorité de la ville. »

Même sentiment pour Julien Bony (Groupe Avenir Républicain, opposition)  : « Vous avez éludé la question du mal-être au travail, l’absence de considération des agents, l’absence de dialogue social, en mettant tout sur le dos du vieillissement. Si vous ne creusez pas pour trouver les réelles causes de cet absentéisme chronique, je doute que vous trouviez les solutions », déplorait-il.

« On ne va pas le nier, on a un taux d’absentéisme important. répondait Frédéric Pilaud. tout en mettant en garde face aux comparaisons entre collectivités  : « Si on se place face à des communes de la même strate, on est globalement dans la moyenne. Ce n’est pas satisfaisant mais c’est important de le dire. »

Et Olivier Bianchi d’ajouter  : « Je ne connaissais pas vos appétences pour la médecine et la capacité à analyser les arrêts maladies », rétorquait le maire, lisant la page 48 de ce rapport, qui cite l’avancée en âge et la pénibilité des métiers des agents « comme principaux facteurs de l’absence au travail des agents clermontois ». « Je suis d’accord pour dire qu’il y a aussi des problèmes managériaux et nous y travaillons. Mais il y a une vraie situation liée à la pyramide des âges et à nos métiers, surtout quand on sait que 50 % de nos agents ont plus de 48 ans  !, je sais que cette lecture vous apporte des déceptions. Moi, elle m’apporte des satisfactions. »

Marielle Bastide et Arthur Cesbron