L'achat de terrains pour le futur hôpital et les mesures d'économie d'énergie ont fait débat au conseil municipal de...


Deux parcelles vont être achetées pour les infrastructures autour du futur hôpital, notamment la voirie, pour 70.000 €. Devant les réticences de l’opposition, que « cette dépense conforte dans le fait que ce futur hôpital ne doive pas être construit à cet emplacement », et qui s’interroge « sur le coût que les Cosnois auront à supporter entre ces premières dépenses et tout ce qui a déjà été engagé », le maire reconnaît que « rien de précis n’a été défini et rien n’est chiffré ». Il sait que cet hôpital « va coûter plus cher que prévu. Alors, que fait-on ? On met le dossier sous la pile, ce qui voudrait dire qu’il n’y a plus de projet. C’était l’union sacrée autour de l’hôpital. Vous en voulez ou non, de cet hôpital ? »

Un hôpital digne de ce nom

Oui, assure Hicham Boujlilat, « je souhaite naturellement un nouvel hôpital digne de ce nom à Cosne. Mais vous avez raison de souligner que vous êtes prêts à vous résigner à avoir un hôpital sans plateau chirurgical ni maternité ou, à défaut, sans centre de périnatalité. Nous. Je suis prêt à faire voter une motion pour demander à l’ARS la réouverture du centre de natalité dès maintenant ». La priorité du maire étant que ce projet démarre au plus vite, sans prendre de retard, il promet que, « par la suite, on pourra peut-être œuvrer pour l’aménagement d’un bloc chirurgical ».

La pénurie de dentistes à Cosne-sur-Loire va rendre la situation intenable

Des mesures d’économie d’énergie

Trois autres sujets ont animé la fin de la réunion. Le maire informe l’assemblée des décisions qu’il a prises en raison du contexte d’inflation du coût des énergies : poursuite de l’installation des leds en partenariat avec le Sieeen partout dans la commune ; pour Noël : pas de patinoire, trop énergivore et le périmètre de pose des décorations sera revu ; la salle des fêtes sera fermée de samedi 15 octobre à vendredi 31 mars ; les fluides seront arrêtés pour cette période à la maison des associations, 33 rue des rivières Saint-Agnan et à la salle Edmé-Lavarenne ; les locaux de la collectivité seront appelés à la modération de la température et de l’éclairage. Il en sera de même pour les gymnases et salle de sport avec des contrôles (éclairage seulement du début de l’entraînement et extinction dès la fin) ; pour le foot, seuls les matches de l’équipe fanion sont autorisés en nocturne.

À l’annonce de ces mesures, Hicham Boujlilat. a réagi : « les Cosnois vont entrer en hibernation, c’est dommage d’en arriver là, c’est de la morosité que vous apportez aux Cosnois. Il y a des économies à faire, à l’image des 70.000 € dépensés pour acheter des terrains pour le futur hôpital ».

premium Face à la flambée des tarifs de l’énergie, des communes de la Nièvre vont réduire la voilure

Moins 42 élèves à l’école élémentaire

Patrick Ponsonnaille, adjoint chargé des affaires scolaires, dresse le bilan de la rentrée avec des effectifs en baisse : moins quarante-deux élèves, soit vingt-deux en maternelle, vingt en primaire. Il demande d’attendre décembre pour une confirmation définitive. À la question d’Hicham Boujilat sur les élèves qui fréquentaient l’école de Cours, « la moitié est retournée dans sa commune, les autres sont à Paul-Doumer ». Poursuivant son questionnement sur le devenir du bâtiment, le maire-délégué concède qu’existe un projet privé de Maison d’assistantes maternelles « et qu’on analyse la faisabilité du projet ».

Requalification des quais de Loire

Le débat avec l’opposition s’est transporté sur les rives ligériennes et la requalification des quais de Loire. Suite aux interrogations, le maire retrace la genèse du projet lancé en 2017, puis retardé par le Covid, expliquant notamment que les arbres n’ont pas été abattus par plaisir, mais par nécessité. Il lit la note envoyée à certains habitants qui s’en sont émus. Pour la suite, la liaison de la rue des Puits au Pont du P.O, il annonce que 644 personnes ont répondu à l’enquête sur les trois sens de circulation proposés. « Des avis se partagent quasiment de manière équivalente, rien n’est figé actuellement sur la solution adoptée ». Une réunion publique est prévue en octobre. Mais il rassure « pas d’abattage d’arbres sauf nécessité de sécurité ». Le groupe Cosne autrement conteste : « on avait émis des réserves. Il n’y a pas de concertation. C’est un aménagement qui dénature les quais ».

La prochaine réunion de conseil est programmée jeudi 8 décembre.