EN DIRECT : Vaccin anti-Covid : 30.472.434 personnes désormais primo-vaccinées en France


20 :00

Variant Delta : deux doses de Pfizer ou d’AstraZeneca efficaces à plus de 90% contre l’hospitalisation

Deux doses des vaccins Pfizer/BioNTech ou AstraZeneca/Oxford protègent à plus de 90% contre les hospitalisations après avoir contracté le variant Delta du coronavirus, initialement apparu en Inde, selon une étude publiée lundi par les autorités sanitaires britanniques.L’étude de Public Health England (PHE) montre une protection à 96% contre les hospitalisations après deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech et à 92% pour Oxford/AstraZeneca.Sur 14.019 personnes ayant contracté ce variant, seules 166 ont été hospitalisées, révèle l’étude menée entre le 12 avril et le 4 juin, soulignant qu’il s’agit « de résultats comparables à l’efficacité du vaccin pour éviter l’hospitalisation liée au variant Alpha », apparu fin 2020 dans le sud-est de l’Angleterre. »Cette preuve de l’efficacité de deux doses contre les variants montre à quel point il est crucial de se faire vacciner une deuxième fois », a estimé le ministre de la Santé Matt Hancock.19 :35

« Fort probable que le port du masque soit obligatoire » cet été, selon Djebbari

« Il est très fort probable que le port du masque soit obligatoire pour l’été » dans les transports, a prévenu le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebarri lundi soir sur franceinfo, alors qu’il répondait à une question sur l’assouplissement des mesures sanitaires dans l’avion ou encore le train.

« Ça me paraît être une recommandation de bon sens et ce sera d’ailleurs ce qu’appliqueront la plupart des pays européens », a-t-il souligné.

19 :28

Boris Johnson « confiant » à l’idée d’assouplir les mesures après le 19 juillet

Boris Johnson a fait savoir que la situation sanitaire du pays serait à nouveau examinée dans deux semaines, et qu’au regard de l’évolution de l’épidémie, le gouvernement se réservait la possibilité de lever toutes restrictions.Au cours de cette conférence, le Premier ministre britannique s’est dit « confiant » quant à la possibilité d’assouplir les mesures sanitaires après la date du 19 juillet.19 :18

472.434 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin en France

La vaccination continue de progresser sur le territoire national. 30.472.434 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19 ce lundi en France, et 14.364.587 ont reçu une deuxième injection.Au total, 44.837.021 doses de vaccin ont donc été administrées à ce jour en France, et 16.126.305 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet, c’est-à-dire qu’ils ont été pleinement vaccinés.19 :11

L’Angleterre repousse de quatre semaines la levée des dernières restrictions

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi soir repousser de quatre semaines la levée des dernières restrictions anti-Covid en Angleterre. Celles-ci seront donc appliquées jusqu’au 19 juillet.Lors de cette conférence de presse, Boris Johnson a fait part de la préoccupation du gouvernement à l’égard du variant Delta. Au Royaume-Uni, « le nombre moyen de cas double chaque semaine », a souligné le Premier ministre, et il augmente de « 61% dans le nord-ouest du pays ».18 :16

374 patients à l’hôpital en France, 2068 en réanimation

12.374 patients sont actuellement hospitalisés en France en raison du Covid-19, ce qui représente 325 nouvelles admissions en 24 heures, selon les chiffres publiés par Santé Publique France ce lundi soir.L’agence de santé publique rapporte 2068 patients dans les services de réanimation, soit 71 nouvelles admissions en 24 heures. Par ailleurs, 63 morts ont été enregistrés à l’hôpital en 24 heures.12 :21

Vaccination des ados: l’autorisation des deux parents nécessaire, la présence d’un seul requise lors de l’injection

Les deux parents doivent donner leur accord pour la vaccination contre le Covid-19 des adolescents, mais la présence d’un seul est requis lors de l’injection, a indiqué Jérôme Salomon sur RTL, à la veille de l’ouverture de la vaccination aux 12-17 ans. »La vaccination a déjà commencé dans certains centres et on a vu que c’était extrêmement simple », « très bien accepté par les adolescents (.), qui sont force de conviction », a précisé le directeur général de la Santé. « Ce sont eux qui ont le plus souffert de cette épidémie » et « beaucoup d’ados sont des ambassadeurs de la vaccination ».11 :39

Fin du port du masque : le ministère de la Santé assure qu' »aucune décision » n’est prise

Aucune décision n’a encore été prise » sur la fin du port du masque en extérieur.

« Aucune décision n’a encore été prise concernant le port du masque en extérieur dans les prochaines semaines, qui reste donc la règle. Les experts scientifiques seront amenés à se prononcer au cours du mois de juin sur une évolution de cette règle ».

Cette clarification survient après une interview sur RTL du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

Interrogé sur la possible fin du port du masque en extérieur à partir du 30 juin, prochaine étape dans le calendrier de levée des restrictions, le directeur de la DGS a répondu : « Si tout se passe bien, on lèvera encore un certain nombre de contraintes, le 30 juin, si les conditions le permettent ».

8 :17

Jérôme Salomon prévoit la fin du masque en extérieur au 1er juillet « si tout se passe bien »

« Encore un tout petit peu de patience », implore Jérôme Salomon. Le directeur général de la Santé, invité de RTL ce matin, prévoit la fin de l’obligation du port du masque en extérieur au 1er juillet « si les conditions le permettent ».

« Si tout se passe bien, on lèvera encore un certain nombre de contraintes le 30 juin », date de la prochaine étape du déconfinement, a-t-il affirmé, tout en précisant que le masque demeurerait obligatoire en intérieur, où « il y a beaucoup plus de risques. »

6 :08

Couvre-feu, port du masque. Gilles Pialoux appelle à ne pas « aller trop vite » : « Nous ne sommes pas encore à marée basse »

Si les chiffres de l’épidémie « sont bons », c’est « indéniable », « nous ne sommes pas encore à marée basse », prévient Gilles Pialoux. Dans une interview au Parisien, le chef du service d’infectiologie de l’hôpital Tenon à Paris appelle à continuer de respecter les gestes barrières, en défendant « un package de prévention : vaccination + couvre-feu + dépistage + port du masque ».

« Aujourd’hui, le masque est diabolisé, le couvre-feu est mal respecté alors qu’en face, la vaccination patine », regrette-t-il. « Notre obsession à aller trop vite pourrait nous coûter cher. »

« Nous sommes en liberté conditionnelle », martèle le spécialiste. « Il faut aussi redire que les soignants ont besoin de répit, pour souffler et pour penser aux autres malades, hors Covid, dont les soins ont été déprogrammés. »6 :03

Invalides: Schiappa comprend « l’envie de faire la fête » mais « le virus est toujours là »

La ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a rappelé ce dimanche à l’intention des jeunes que « le virus est toujours là », tout en disant comprendre leur « envie de faire la fête », après des soirées géantes aux Invalides à Paris, interrompues par les forces de l’ordre. »La situation s’améliore, la vaccination avance (.), mais le virus est toujours là, la pandémie existe encore, donc il y a besoin de respecter les mesures sanitaires » a expliqué Mme Schiappa sur Europe 1, en soulignant « qu’il reste encore 12.000 personnes en ce moment qui sont hospitalisées parce qu’elles souffrent de formes graves de Covid-19 ».

« Je comprends et je partage évidemment l’envie de ces jeunes et ces personnes de se retrouver et de faire la fête », a-t-elle glissé auparavant. « Je vois à quel point la jeunesse a fait des sacrifices. »

Selon elle, l’évacuation de l’esplanade des Invalides par la police samedi soir « a pris du temps parce que l’idée était justement de faire le moins possible usage de la force en essayant de faire en sorte qu’il n’y ait pas de débordement ». Pour Marlène Schiappa, il s’agit maintenant de « trouver les voies et moyens – avec les concerts, avec les événements sportifs, avec d’autres choses – que cette fête puisse avoir lieu dans le respect des mesures sanitaires ».6 :01

La vaccination s’ouvre aux 12-18 ans ce mardi

Nous sommes à la veille d’un nouvel épisode de la campagne de vaccination : à partir de ce mardi, les 12-18 ans pourront recevoir le vaccin Pfizer/BioNTech, premier à avoir obtenu le feu vert pour être utilisé chez les mineurs.Annoncée le 2 juin par Emmanuel Macron et déjà mise en place dans plusieurs pays, la vaccination des adolescents se fera sur la base du volontariat avec accord des parents.Dans une réaction mercredi, le Comité national d’éthique (CCNE) a regretté la rapidité de cette décision, jugeant que « plusieurs indicateurs sont au vert et que la rentrée scolaire de septembre » aurait été une meilleure date de démarrage de la campagne.5 :59

Le taux d’incidence passe sous le seuil d’alerte de 50, pour la première fois depuis l’été dernier

Autre indicateur qui témoigne de la dynamique de l’épidémie : le taux d’incidence – le nombre de contaminations confirmées pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours – est passé sous la barre des 50, l’ancien seuil d’alerte fixé par les autorités. Ce n’était pas arrivé depuis le 25 août dernier.5 :57

Les chiffres d’hospitalisation et réanimation continuent de baisser

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l’évolution de l’épidémie de Covid-19. Les chiffres des hospitalisations et des malades soignés en réanimation ont poursuivi leur baisse ce dimanche, à des niveaux au plus bas depuis l’automne, selon les données de Santé Publique France.La France comptait 12.480 personnes hospitalisées à cause du Covid-19, un chiffre au plus bas depuis la mi-octobre. La décrue du nombre de patients traités en soins critiques, pour les formes les plus graves, se poursuivait aussi, avec 2106 malades, un plus bas depuis le 19 octobre dernier.Même scénario pour le nombre quotidien de nouvelles admissions dans ces services, avec seulement 26 malades. Un chiffre traditionnellement peu élevé le dimanche, mais pour lequel il faut remonter au 20 septembre dernier (24 patients en services de réanimations) pour en retrouver un aussi bas. Le pays se trouvait alors au tout début de la deuxième vague de l’épidémie.