INTERVIEW. Victor Belmondo, juré au festival du film de Cabourg, actuellement sur grand écran dans "Envole-moi"


Publié le 13 Juin 21 à 10 :34 

Victor Belmondo, membre du jury courts-métrages du 35e festival du film de Cabourg, samedi 12 juin 2021 dans le hall du Grand hôtel.Le jury courts-métrages du 35e festival du film de Cabourg (Calvados) a récompensé vendredi 11 juin 2021 le film On n’est pas des animaux de Noé Debré. Rencontre samedi 12 juin 2021 avec un des membres du jury, l’acteur Victor Belmondo, à voir actuellement sur grand écran dans Envole-moi de Christophe Barratier, et prochainement dans Albatros de Xavier Beauvois.

INTERVIEW. Victor Belmondo, juré au festival du film de Cabourg, actuellement sur grand écran dans

Le Pays d’Auge : Victor Belmondo, est-ce votre première expérience en tant que membre d’un jury ?Victor Belmondo : J’avais déjà été juré courts-métrages une fois au festival Mamers en mars. C’est toujours un plaisir de voir des films de cette qualité-là, de nouveaux arrivants. Le court-métrage est un format très intéressant.

Est-ce que vous connaissiez déjà les autres membres du jury courts-métrages ?Non. Pour certains, nous nous étions déjà croisés mais pas plus que ça. Je les connaissais tous de nom mais on ne se connaissait pas personnellement.

Nous nous sommes très bien entendus.Les festivals sont une autre manière de se connaître dans le monde du cinéma…Oui, nous avons le temps de discuter, de se découvrir. Il y a une dimension de rencontres, humaine, qui est très agréable.

Pour le verdict du jury courts-métrages, est-ce qu’il y a eu une évidence ?Il n’y a pas eu qu’une seule évidence mais beaucoup. Il a fallu se mettre d’accord. Beaucoup de films nous ont plu.

Il a fallu choisir celui qui a plu à tout le monde.Quand vous êtes membre du jury et que vous êtes devant un film, à quoi êtes-vous attentif ?Je me laisse porter et je vois à quel point le film me touche. Je n’ai pas de critère préétabli.

J’essaie d’être plutôt neutre et de me laisser toucher au moment de voir le film.

Le Pays d’Auge)Etiez-vous déjà venu au festival du film de Cabourg Avez-vous eu le temps de profiter du cadre cette semaine sorti le 19 mai nous vous reverrons sur grand écran dans le nouveau film de Xavier Beauvois…Albatros avec Jérémie Renier a été une expérience fantastique, humaine avant tout.

Avoir pu côtoyer Xavier au quotidien a été très enrichissant au même titre que côtoyer Jérémie ou côtoyer toutes les personnes qui jouent dans le film et qui jouaient pour la première fois dans leur vie. Dans ce film, il y a beaucoup de personnes qui jouent leur propre rôle.Qu’est-ce qui vous intéressait dans l’histoire d’Albatros ?Il traite de sujets actuels, de la condition des gendarmes, de la condition des paysans, mais avant tout de la condition humaine.

C’était forcément fort d’aller travailler là-dessus.Les belles actualités cinéma s’enchaînent pour vous…Oui, je suis content. C’est un bon moment.

Je touche du bois pour que ça continue. En tout cas, je vais faire de mon possible pour continuer à travailler dur. Je suis très content d’avoir travaillé avec ces gens-là qui sont des gens que j’admire.

Comment vivez-vous la réouverture des salles de cinéma depuis le 19 mai 2021 ?Nous sommes ravis. Nous l’attendions. Je vais énormément au cinéma à titre personnel.

 Ça m’a vraiment beaucoup manqué. Nous sommes vraiment contents que les films puissent être vus, que les salles puissent reprendre vie. C’est un grand ouf de soulagement.

Cabourg est à une vingtaine de kilomètres de Villerville en longeant la côte. Vous êtes-vous déjà rendu sur les lieux du tournage d’Un singe en hiver, célèbre film avec votre grand-père Jean-Paul Belmondo, et Jean Gabin ?Pas encore mais j’aimerais beaucoup y aller. C’est d’ailleurs prévu que nous y allions avec Xavier Beauvois car Un singe en hiver est un film qui nous lie tous les deux, que nous aimons beaucoup.

Qu’est-ce qui vous plaît dans Un singe en hiver ?Beaucoup de choses, ce que ça dit de la solitude, de l’amitié, de l’ivresse, les dialogues de Michel Audiard. Tout est bon et tout est très fort dans ce film.

.