C’est parti pour huit ans de chantier  : 5 choses à savoir sur la colossale et très longue rénovation du viaduc de Vilvorde


Pourquoi maintenant ?

Long de 1,7 kilomètre et haut de 35 mètres, le pont qui permet au Ring de Bruxelles de surplomber le canal de Willebroek souffre des affres du temps. La structure a été bâtie en 1977 et voit défiler quotidiennement plus de 140.000 véhicules.Face au projet flamand d’élargissement du Ring, l’exécutif Vervoort reste en retrait : “ce gouvernement ne défend pas Jette”, dénonce la communeAprès l’une ou l’autre interventions mineures, l’heure de la cure de jouvence a sonné pour le cinquantième anniversaire du pont, qui – contrairement au viaduc Herrmann-Debroux – a encore de beaux jours devant lui. La structure a en effet été créée pour durer cent ans et les autorités flamandes veulent avec ces travaux rendre possible à terme la création d’une quatrième voie dans chaque sens.

Quels travaux ?

Il est question d’une “rénovation totale” : réasphaltage de la route, entretien des piliers de soutien, renforcement, éclairage…Curiosité à savoir : les vastes piliers du viaduc sont en réalité creux. La rédaction a eu l’occasion, le printemps dernier, de visiter l’intérieur des pilastres. Lieu sordide et obscur, où la décrépitude se voit à l’œil nu. Ces piliers doivent dès lors faire l’objet de lourdes et complexes interventions.Construit au siècle dernier, le pont contient également de l’amiante, que la Région flamande compte enlever.

C’est parti pour huit ans de chantier  : 5 choses à savoir sur la colossale et très longue rénovation du viaduc de Vilvorde

Pourquoi huit ans ?

La fin de la rénovation lancée cet été est prévue pour… 2031. Pourquoi ces délais à première vue improbables pour une rénovation de 1,5 kilomètre ? Plusieurs raisons sont évoquées par la Werkvennootschap, agence publique en charge du chantier.D’une part, la complexité de la tâche. “Les conditions sont difficiles : des milliers de voitures, deux ponts, une hauteur de 35 mètres, la présence d’amiante…”D’autre part, la volonté de maintenir le trafic sur cet axe majeur du réseau routier belge. “Couper toute la circulation est un scénario impensable. On voulait absolument éviter cela.” Conserver la circulation implique alors des délais à rallonge. “Si on coupait tout trafic, on aurait peut-être pu faire les travaux en deux ans. Mais c’est impossible avec ce nombre de véhicules. On a donc essayé de trouver un équilibre.”

Quel impact sur le trafic ?

Dès cette rentrée, la mobilité au-dessus du canal ne sera pas un fleuve tranquille. “Ces travaux vont sans aucun doute entraîner des perturbations”, ne cache pas la ministre flamande Lydia Peeters (Open-VLD).Dès jeudi, les voies en direction de Zaventem seront rétrécies et limitées à 50 km/h. Aucun changement en revanche à ce stade en direction de Grand-Bigard.Des perturbations de plus grande ampleur seront attendues dès 2027 : le trafic sera alors réduit à cinq bandes (à la place de six) avec une limitation à 50 km/h partout.Un demi-milliard d’euros, huit ans de travaux, impact sur la circulation… : le méga-chantier de rénovation du viaduc de Vilvorde va démarrer

Combien ça coûte ?

Qui dit chantier titanesque, dit budgets pharaoniques. La rénovation est estimée à un demi-milliard d’euros (435 millions). Ce tronçon du Ring de Bruxelles étant situé en territoire flamand, c’est le gouvernement régional de Jan Jambon (N-VA) qui met la main au portefeuille. Et l’addition s’avère bien plus salée qu’annoncé. “Les prix ont augmenté, le coût du travail aussi. De plus, les travaux s’avèrent plus complexes que prévu”, commente l’agence flamande.La facture est également gonflée par les conditions de travail (nuit, week-end, et fériés). “On va travailler tous les jours, les nuits et les week-ends pour aller le plus vite possible.”